La vitamine D, déterminant de la masse et de la force musculaire ?

La sarcopénie est une perte progressive de la masse musculaire et de la force associée au vieillissement. Les personnes âgées présentent fréquemment une malnutrition, une anorexie et une diminution du taux de vitamine D. Récemment, il a été mis en évidence un rôle de la vitamine D dans le métabolisme musculaire lié à la présence de récepteurs à la vitamine D  (VDR) dans le tissu musculaire squelettique et plusieurs études ont montré que l’expression des récepteurs VDR diminuait avec l’âge. Cependant, le lien entre  niveaux de vitamine D et la masse musculaire ou la force reste mal connu.

Les auteurs de ce travail ont étudié les relations entre taux sérique de 25-hydroxyvitamine D (25 (OH) D), 1,25-dihydroxyvitamine D (1,25 (OH) 2D), hormone parathyroïde (PTH) et masse musculaire squelettique.

Trois cents onze hommes (âge moyen, 56 ans, 23-91 ans) et 356 femmes (âge moyen, 57 ans, 21-97 ans) tirés au hasard dans la population générale ont été inclus dans l’analyse.

La masse musculaire squelettique a été évaluée par absorptiométrie à rayons X et la force musculaire par la  force de préhension et le moment de force isométrique lors de l'extension du genou).

Il n’existait aucune association entre taux sériques de 25 (OH) D ou de PTH et les mesures de la masse musculaire ou de la force, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes. Cependant, chez les sujets de moins de 65 ans, il y avait une association statistiquement significative entre un faible taux de 1,25 (OH) 2D et une  faible masse musculaire chez les hommes et les femmes et un  faible moment isométrique de l’extension du genou chez les femmes, après ajustement pour les facteurs confondants potentiels .

Des taux bas de 25 (OH) D ou des taux élevés de PTH ne semblent pas contribuer à la sarcopénie ou à la faiblesse musculaire chez l’adulte. Le lien entre une faible concentration sérique de 25 (OH) D et le risque de chute accru rapporté précédemment dans d'autres études peut être dû à des facteurs qui affectent la fonction neuromusculaire, plutôt que la force musculaire. L'association entre un taux faible de 1,25 (OH) 2D, une masse musculaire basse et un faible moment d’extension du genou, en particulier chez les sujets  jeunes nécessite des explorations supplémentaires.

Dr Juliette Lasoudris Laloux

Référence
Marantes I et coll. Is vitamin D a determinant of muscle mass and strength? Journal of Bone and Mineral Research. Published en ligne le 13 septembre 2011

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article