Manifestations thrombo-emboliques au cours du lupus érythémateux aigu disséminé : implication des plaquettes et de la P-sélectine

Au cours du lupus érythémateux aigu disséminé (LEAD), l’existence d’anticoagulants «lupiques» augmente le risque thrombo-embolique et, dans ce cas, un syndrome inflammatoire chronique est souvent rencontré. Les plaquettes pourrait jouer un rôle clé dans la pathogénie de cet dernier.

A ce titre,  certains polymorphismes affectant les gènes codant pour la P-sélectine et les taux des récepteurs plaquettaires correspondants permettent-ils de prédire le risque thrombo-embolique au cours de cette maladie de système ? C’est à cette question que répond une étude de type cas-témoins dans laquelle ont été inclus 107 malades atteints d’un LEAD : 1) avec antécédents de maladie thrombo-embolique (n=74), à type de thrombose veineuse (n=56), artérielle (n=12) ou des deux (n=6) ; 2) sans antécédents de ce type (n=33).

L’allèle Pro175 de la P-sélectine s’est avéré un peu plus fréquent en cas de thrombose veineuse (odds ratio, OR, 3,167, p=0,0594). Cet allèle n’a pas été rencontré en cas de thrombose artérielle (OR, 0,10, p=0,0238), de sorte que son absence pourrait protéger de cette complication (ce qui reste à prouver).

Les taux plasmatiques de P-sélectine, mesurés pendant un intervalle médian de 35 mois (extrêmes, 2-329 mois) après la dernière thrombose se sont avérés plus élevés en cas de thrombose veineuse (p=0,0096 versus témoins), mais pas en cas de thrombose artérielle (p=0,4713). Aucune corrélation n’a été établie entre les polymorphismes précédents et les taux plasmatiques de P-sélectine.

Le polymorphisme répété CA au sein de la région non codante 3’ du gène CD154 a été significativement associé à la survenue de thromboses artérielles (OR, 4,035, p=0,0138). Aucune différence intergroupe significative n’a été mise en évidence quant aux taux plasmatiques de CD54.

Au cours du LEAD, les polymorphismes affectant les gènes qui codent pour la P-sélectine et le CD54, respectivement Thr715Pro et CA, semblent influer sur le risque de thrombose veineuse et artérielle, chacun à leur manière. Les taux plasmatiques de P-sélectine soluble sont élevés en cas d’antécédents de thrombose veineuse, mais la valeur prédictive de ces anomalies biologiques susceptibles de retentir sur la coagulation reste à établir.

Dr Philippe Tellier

Référence
Bugert P et coll. : “The risk for thromboembolic disease in lupus anticoagulant patients due to pathways involving P-selectin and CD-54.” Thromb Res 2007; 97: 573-580.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article