De l’utilité d’un hypolipémiant avant un pontage coronarien

Le bénéfice des statines dans les suites de pontages coronariens est démontré. Leur intérêt en pré opératoire a en revanche été peu étudié hormis en chirurgie vasculaire où, d’après une étude récente, il semble que les statines puissent réduire le risque des complications cardiaques per opératoire.

Quelque 5 000 dossiers (n : 4 789) de patients ayant bénéficié d’un pontage coronarien entre 1995 et 2001 ont été revus de manière rétrospective.

Il ressort de cette analyse que les patients ayant reçu un traitement hypolipémiant dans les 30 jours précédents l’intervention (n : 2 334) ont eu une moindre mortalité hospitalière que ceux (n : 2 045) n’ayant pas reçu ce type de traitement (1,4 % versus 2,2 % ; risque relatif [RR] : 0,62 ; intervalle de confiance à 95 % [IC] : 0,40-0,96 ; p : 0,03). Après ajustement sur les facteurs confondants, l’analyse multivariée retrouve toujours une moindre mortalité dans le groupe traité mais sans atteindre la significativité (RR : 0,83 ; IC : 0,5-1.37 ; p : 0,46).

Il semble donc que les meilleurs résultats dans le groupe traité puissent essentiellement s’expliquer par un profil de risque moins marqué, et globalement une utilisation plus exhaustive des thérapeutiques préventives disponibles. Le groupe traité par hypolipémiants était en effet légèrement plus jeune (âge moyen : 66 +/- 10 versus 68 +/- 10 ans), plus fréquemment diabétique (31 % versus 28 %) mais surtout plus fréquemment sous bêtabloquant (77 % versus 70 %).

Cette étude présente l’inconvénient majeur d’être rétrospective avec par conséquent une absence de randomisation du traitement évalué. Il apparaît donc impossible, sur la base de ce travail, de conclure au bénéfice des hypolipémiants dans les 30 jours précédant un pontage coronarien.
Une étude randomisée de bonne méthodologie est indispensable pour répondre à la question posée.

Docteur Olivier Meillard

Références
Powel BD et coll. : “Influence of preoperative lipid-lowering threapy on postoperative outcome in patients undergoing coronary artery bypass grafting.”
Am J Cardiol 2007; 99 : 785-9

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article