Traitement de la polyurie nocturne par desmopressine chez l’adulte : quels effets hydroélectrolytiques ?

La polyurie nocturne (PN), définie comme une excrétion urinaire nocturne dépassant 35 % de la diurèse des 24 h affecte la qualité du sommeil et, partant, celle de la vie. Elle est en général sensible à la desmopressine (DDAVP) analogue de l’hormone antidiurétique naturelle, ou vasopressine. Dans l’énurésie de l’enfant, elle s’est révélée augmenter l’excrétion de calcium ; il a donc paru intéressant d’évaluer son effet sur l’excrétion hydroélectrolytique chez l’adulte.

 L’étude a concerné 16 hommes de 61 à 84 ans, atteints de PN, sans antécédents d’insuffisance cardiaque, de diabète, de défaillance hépatique ni d’accident vasculaire cérébral, et sans œdèmes des membres inférieurs. La dose de DDVAP a été de 0,1 mg le soir, doublée le second soir en cas de non réponse. Le traitement a duré de 1 à 5 jours. Différents paramètres ont été comparés (pourcentage de la diurèse nocturne par rapport à la diurèse totale, excrétions d’ions urinaires, etc.) avant et après traitement.

La dose de 0,1 mg a suffi chez 14 des 16 patients pour réduire la PN, tandis que les 2 autres ont nécessité 0,2 mg/j. Le volume urinaire nocturne a été réduit en moyenne de 1 100 à 600 ml, soit un volume horaire abaissé de 130 à 72 ml (p<0,001), cependant que le pourcentage de la diurèse nocturne passait de 51 à 35 % de la diurèse des 24 h. Les mictions nocturnes se sont raréfiées sous traitement. Les urines étaient beaucoup plus concentrées après DDAVP, l’osmolalité passant de 339 à 552 mmol/l. La calciurie, tant nocturne que des 24 h a augmenté (de 166 à 200 mg/j). A l’inverse, l’excrétion urinaire de potassium, tant nocturne que des 24 heures a été notoirement abaissée par le traitement (passant de 41 à 36 mEq/j). En revanche, les excrétions de sodium et de chlorures n’ont guère été modifiées, non plus que les taux sanguins de potassium, sodium, ni calcium.

La desmopressine est donc un moyen efficace de lutter contre la polyurie nocturne, mais il faut prendre garde, si on compte l’utiliser au long cours, aux modifications de la calciurie et de la kaliurie qu’elle induit.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Chang Y-L et coll. : Short-term effects of desmopressin on water and electrolyte excretion in adults with nocturnal polyuria. J Urol. 2007; 177 : 2227-30.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article