Las Vegas : même la médecine n’échappe pas au hasard !

Las Vegas, le lundi 3 mars 2008 – A Las Vegas, le spectaculaire est roi et avoir de la chance est la première des qualités. Il semble que les soins médicaux n’échappent pas non plus à cette règle. La semaine dernière a en effet été révélé dans la grande ville du Nevada un scandale sanitaire d’une ampleur rarement égalée : quelque 40 000 personnes soignées au cours des quatre dernières années dans une clinique de la ville ont été invitées par les autorités à se faire rapidement dépister des virus de l’hépatite B et C et du virus du Sida. Ce rappel est la conséquence d’une enquête réalisée au cours des dernières semaines après la découverte de six cas d’hépatites C chez d’anciens patients de ce centre. L’inspection a mis au jour des méthodes particulièrement inquiétantes, telle la fréquente « réutilisation des seringues » ou encore « l’utilisation de doses individuelles d’anesthésiant pour plusieurs patients ». Pour les autorités sanitaires, le risque pour les patients reçus dans cette clinique d’avoir été contaminés par le virus de l’hépatite C est loin d’être négligeable. L’affaire devrait certainement connaître des suites judiciaires : une plainte au civil en nom collectif pourrait être déposée, tandis que le procureur du comté de Clark n’a pas exclu de lancer des poursuites criminelles contre les responsables de la clinique. D’ores et déjà, l’établissement a été fermé et sa direction semble vouloir chercher à se dédouaner. « Nous voulons adresser nos profondes excuses aux nombreux patients qui ont placé leur confiance en nous pendant toutes ces années et nous voulons leur assurer que nous avons pris des mesures pour que de tels faits ne se reproduisent jamais » ont déclaré les représentants de la clinique.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article