Borderline mais pas incurable

Le diagnostic de personnalité borderline (en anglais : BPD, borderline personality disorders) suscite souvent impuissance et désespoir. Un découragement affectant les patients comme les soignants : selon une croyance trop répandue chez les professionnels de la santé mentale, l’intervention thérapeutique serait inefficace en matière de personnalité borderline. Idée reçue, mais les thérapeutes hésitent à informer le patient de ce diagnostic, pour sa connotation supposée d’incurabilité, et par crainte d’une réaction incontrôlée que cette révélation pourrait susciter chez l’intéressé.

Des progrès sont pourtant apparus ces dernières années, mais trop de thérapeutes assimilent encore cette problématique à une fatalité inexorable. Certes, les patients concernés « consomment » l’offre de soins en psychiatrie dans une proportion bien plus grande que ne le suggèrerait la simple prévalence de ce diagnostic dans la population (1 à 2%). Mais il faut réviser l’opinion commune selon laquelle les personnalités borderline ne changent jamais et qu’aucun espoir d’amélioration par une psychothérapie n’existe.

Des travaux récents ruinent cette conception pessimiste, puisqu’ils concluent que « 40 % des borderline sont en rémission après 2 ans », et que « 88 % ne rencontrent plus les critères diagnostiques du DSM III révisé après 10 ans », périphrase américaine et politiquement correcte pour « sont présumés guéris » ! Une étude contrôlée (STEPPS : Systems Training for Emotional Predictability and Problem Solving*) montre ainsi l’intérêt de renforcer les thérapies cognitivo-comportementalistes (20 séances hebdomadaires, combinées à une approche d’inspiration « thérapie familiale » impliquant les proches). Cette étude confirme une amélioration des troubles affectifs, cognitifs, relationnels, de l’impulsivité et de l’humeur. Et plaide pour une approche plus sereine de cette pathologie, en particulier pour la révélation du diagnostic, sans catastrophisme désormais.  

* présentation sur le site américain : http://www.steppsforbpd.com/

Dr Alain Cohen

Référence
Silk KR : Augmenting psychotherapy for borderline personality disorder: The STEPPS program. Am J Psychiatry 165 : 413-415, Avril 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article