Une campagne pour lutter contre l’alcoolisation massive des jeunes

Paris, le 17 juillet- Pour lutter contre des comportements d’alcoolisation de plus en plus alarmants chez les jeunes, le Ministère de la santé est à l’initiative d’une vaste campagne d’information et de sensibilisation contre les dangers de la boisson. Cette campagne précèdera l’instauration à l’automne prochain de mesures visant à réduire l’accessibilité de l’alcool auprès des plus jeunes. Les autorités publiques s’inquiètent de l’augmentation des phénomènes liés à l’excès d’alcool comme le « binge drinking », les comas éthyliques, les accidents et agressions. Les prochaines mesures annoncées portent sur l’interdiction de l'offre et de la vente de toute boisson alcoolique aux moins de 18 ans, l’interdiction des « open bars » (où la vente d'alcool se fait au forfait et à volonté) et l’interdiction de la consommation d'alcool sur la voie publique à proximité des établissements scolaires. En cas d'infraction, Roselyne Bachelot a déjà annoncé que c'est l'adulte et non le jeune qui sera sanctionné. Les sanctions encourues pourraient atteindre un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende.

La campagne de communication a pour objectif de changer le regard des jeunes sur l’alcool, un produit de plaisir qu’ils ont à tort l’impression de pouvoir maîtriser. Un spot télé mettra en scène un groupe de jeunes s’amusant dans une soirée très arrosée jusqu’à ce que la fête déborde : vomissements, agression sexuelle, bagarre, noyade... Ce spot sera diffusé à partir du 18 juillet sur TF1, M6, les chaînes du câble et du satellite destinées aux jeunes ainsi qu'au cinéma. Parallèlement, des spots radio seront diffusés sur leurs stations favorites et un site Internet (www.boiretrop.fr) ouvert pendant un mois.

AC

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article