Obésité : où l’on reparle du bénéfice d’une taxe sur les aliments

Paris, le mardi 5 août 2008 – L’apposition d’une taxe sur les produits gras, sucrés et riches en sel a souvent été présentée comme une mesure salutaire pour lutter contre la progression de l’obésité. Elle est également plébiscitée par ceux qui y voient une façon de combler le déficit de l’Assurance maladie. Le rapport récemment remis sur ce sujet au ministre du budget Eric Woerth par l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) donnera raison à ceux qui ont toujours prôné l’institution de taxes sur les produits gras. Les experts plaident en effet pour l’instauration d’un tel dispositif financier qui pourrait prendre la forme d’une taxe sur les boissons sucrées, d’une augmentation des droits sur l’alcool et d’une hausse de la TVA sur certains aliments. Par ailleurs, les experts remarquent que les fast-foods ne devraient pas être épargnés par une telle mesure. Ils insistent cependant pour ce que « cette action fiscale » si elle était retenue soit présentée « comme une mesure de financement de l’assurance maladie, produisant par ailleurs un effet de signal à l’égard des consommateurs et des industries agro-alimentaires ».

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article