Les maladies inflammatoires intestinales rendent-elles sourd ?

Des ORL américains se sont intéressés à la relation, peu explorée jusque-là, entre maladies inflammatoires intestinales chroniques, maladie de Crohn et rectocolite hémorragique, d’une part, et hypoacousie neurosensorielle (de perception) d’autre part.

Pour ce faire, ils ont analysé, rétrospectivement, les cas d’hypoacousie et de surdité  neurosensorielles survenus chez des patients atteints de maladie inflammatoire intestinale, adressés en service ORL hospitalier à Boston et à Houston, entre 1993 et 2004, pour divers symptômes dont une perte auditive.

Ils ont analysé soigneusement les dossiers des patients et pris en compte nombre de paramètres : l’âge ; le déroulement chronologique de la maladie inflammatoire intestinale, ainsi que les traitements médicaux suivis et les interventions chirurgicales effectuées ;  les antécédents familiaux d’hypoacousie ou de surdité ; les expositions au bruit, et celles aux médicaments ototoxiques ; les symptômes accompagnant la perte auditive (vertiges, acouphènes, par exemple) ; les données de l’examen otoscopique et celles de l’audiométrie.

Ils ont recensé 38 patients atteints de maladies inflammatoires intestinales, parmi lesquels 22 avaient une hypoacousie neurosensorielle documentée. Parmi ces derniers, 3 ayant une cause susceptible d’expliquer une dysfonction de l’oreille interne (un cas d’otite moyenne chronique, un cas lié à la prise d’aminoglycosides et un cas de rubéole congénitale) ont été exclus de l’étude.

Parmi les 19 patients restants, 6 hommes et 13 femmes, 14 avaient une rectocolite hémorragique et 5 une maladie de Crohn. Quatre avaient été traités par 5-aminosalicylate, seul l’un d’entre s’étant plaint d’une perte auditive avant la mise en route de ce traitement. Neuf patients s’étaient plaints de symptômes, isolés ou associés (acouphènes chez 8 patients, vertiges chez 2, sensation de plénitude dans l’oreille chez 2). Aucun des patients n’avait été traité par aspirine au long cours.

L’hypoacousie neurosensorielle, bilatérale chez 16 patients, unilatérale chez 3, était apparue avant l’âge de 50 ans chez 12 d’entre eux, après l’apparition des symptômes gastro-intestinaux chez 16.

L’analyse relève, en outre, chez 6 patients (35 %), une comorbidité auto-immune, dont la polyarthrite rhumatoïde et la granulomatose de Wegener.

Cette étude rétrospective associe aux maladies inflammatoires intestinales, une affection extra-intestinale, l’hypoacousie neuro-sensorielle. Elle ne permet pas d’affirmer que cette relation est causale. Elle suggère que l’hypoacousie neurosensorielle pourrait, dans ce contexte, être l’expression d’une dysfonction auto-immune, et les auteurs s’interrogent sur le rôle du traitement par le 5-aminosalicylate. À éclaircir par des études complémentaires.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Karmody CS et coll. : Sensorineural hearing loss in patients with inflammatory bowel disease. Am J Otolaryngol, Publication en ligne le 1er octobre 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article