Sympathectomie thoracique thoracoscopique dans le traitement de l’hyperidrose : quels résultats à long terme ?

L’hyperidrose (HI) se caractérise par une hypersudation (palmaire, palmo-axillaire, palmo-plantaire) sans commune mesure avec les besoins de la thermorégulation. Parmi les diverses approches possibles, la toxine botulique (TB) et la sympathectomie thoracique (ST) semblent actuellement avoir une place privilégiée à côté des topiques locaux, des anti-cholinergiques ou encore de l’ionophorése.

Une équipe allemande rapporte ainsi les résultats à long terme, sur une courte série de patients, de la ST par Chirurgie Thoracique Vidéo-assistée (CTVA). Il s’agit de 15 patients ayant tous bénéficié d’une ST bilatérale plus de 10 ans auparavant et qui ont été retrouvés et interrogés. Ils étaient alors plutôt jeunes (âge moyen 28+/-9ans) et avaient tous constaté un échec ou une intolérance aux traitements antérieurs.

L’intervention réalisée sous anesthésie générale avait consisté, en vidéo, en une sympathectomie selon différentes modalités (selon les pratiques, la topographie de la sudation etc…). Elle avait été bilatérale.

D’une façon générale les résultats se sont dégradés avec le temps (moins pour les HI palmaires que pour les HI axillaires ou plantaires). Mais surtout on note l’apparition fréquente d’une hypersudation compensatrice et d’une hypersialorrhée. De même des douleurs costales et des paresthésies pouvaient persister.
Finalement au bout de 10 ans, 7 patients sur 15 restaient satisfaits, 2 étaient dubitatifs et 6 regrettaient d’avoir été opérés.

Cette courte série montre que seuls 60 % des patients sont toujours satisfaits plusieurs années après une ST pour hyperhidrose.

En effet une sudation compensatrice (dans un autre territoire que celui pour lequel l’intervention a été décidée) apparaît selon les séries chez 30 à 90 % des patients. Ils tolèrent relativement bien cet état de fait (eu égard aux désagréments initiaux) qui ne s’améliore pas avec le temps.

L’hypersialorrhée (notée chez 3 à 47 % des patients dans plusieurs études) est probablement sous-estimée car considérée comme un désagrément mineur.

Quant aux paresthésies pariétales douloureuses elles sont communes à toutes les procédures thoracoscopiques.

La chirurgie reste (avec la toxine botulique) l’un des traitements les plus efficaces pour l’hyperhidrose (en particulier palmaire). Les résultats immédiats souvent spectaculaires se dégradent avec le temps. Les effets secondaires, souvent désagréables mais tolérés -comme en témoignent les forums de discussion sur Internet- doivent être clairement explicités avant l’intervention. Car il n’existe aucun traitement efficace lorsqu’ils apparaissent. A noter que la toxine botulique n’en est pas exempte non plus.

Dr Roland Charpentier

Références
Walles T et coll.: Long-term efficiency of endoscopic thoracic sympathicotomy : survey 10 years after surgery.
Interact Cardiovasc Thorac Surgery 2009; 8 : 54-57

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article