Psoriasis : un traitement systémique est parfois préférable d’emblée

Une équipe toulousaine rapporte 3 cas de psoriasis pour lesquels des traitements topiques inadaptés n’ont pas permis de contrôler la maladie et ont été à l’origine d’effets secondaires.

Il s’agissait d’un homme présentant un psoriasis pustuleux et généralisé qui a bénéficié pendant de nombreuses années de traitements dermocorticoïdes qui n’ont pas empêché rechutes et aggravations. Le recours au méthotrexate à des doses modérées a permis de contrôler la maladie qui ne l’avait pas été pendant des années. Le 2ème patient souffrait, là encore, d’un psoriasis sévère évoluant depuis 50 ans, peu ou mal contrôlé par les traitements topiques. L’existence d’un alcoolisme interdisait la mise sous méthotrexate et c’est l’infliximab qui a été choisi permettant une diminution rapide du PASI et une amélioration des tests de qualité de vie. Le 3ème cas concerne une femme présentant un psoriasis évoluant depuis 15 ans qui a bénéficié de plusieurs traitements systémiques avec finalement une réponse à l’infliximab rapide et de qualité.

Ces observations classiques permettent surtout d’insister sur le fait que les traitements systémiques les plus récents, en particulier les anti-TNF, permettent souvent le contrôle rapide de psoriasis jusque-là à peine améliorés par des traitements locaux, lesquels ne sont pas dénués d’effets secondaires. Le 1er cas présentait des signes d’insuffisance surrénalienne liée à l’utilisation au long cours des dermocorticoïdes. Il faut donc, à l’heure actuelle, envisager ces traitements dans des situations où l’efficacité doit être rapide et complète.

Dr Patrice Plantin

Référence
Gardinal I et coll. : Moderate to severe psoriasis: from topical to biological treatment. J Eur Acad Dermatol Venereol., 2009; 23: 1324-6

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article