L’interleukine 6, source de tous les maux dans la pseudo-polyarthrite rhizomélique

La pseudo-polyarthrite rhizomélique (PPR) est un rhumatisme inflammatoire du sujet âgé caractérisé par une raideur douloureuse des ceintures scapulaires et pelviennes en rapport avec une inflammation articulaire et péri-articulaire..

Ces symptômes rhumatologiques s’associent à des manifestations systémiques telles que la fièvre, une anorexie, une perte de poids et à un syndrome inflammatoire biologique avec élévation de la vitesse de sédimentation et de la C reactive protéine.

Le mécanisme physiopathologique liant inflammation tissulaire et manifestations systémiques n’est pas clair.

Les cytokines interviennent dans de nombreuses pathologies inflammatoires et ont un rôle dans la PPR. Cependant, le type cellulaire en cause, le lieu de production des cytokines circulantes et l’influence du traitement ont été peu étudiés.

Une équipe espagnole a mené une étude chez 34 malades atteints de PPR active non traitée et les a comparés à 17 sujets sains.

Chez tous les participants, la concentration de cytokines circulantes a été mesurée ainsi que les taux de cytokines intra cellulaires dans les cellules CD13 et CD 14 par cytométrie de flux et enfin, un dosage de cytokines a été effectué dans le surnageant de cultures de cellules mononucléaires sériques.

Les niveaux d’IL6 circulante étaient significativement plus élevés chez les malades que dans le groupe contrôle avant traitement.

Un traitement par corticoïdes a entraîné la baisse du taux d’IL6 circulante.

L’analyse des cytokines intra cellulaire montrait que les monocytes circulants ne produisaient pas plus de cytokines pro inflammatoires chez les malades par rapport aux contrôles.

Il existait une discordance entre les taux sériques d’IL6 et son absence de production élevée par les cellules monocytaires et T circulantes. Il n’était pas mis en évidence de profil TH1 dans le sérum.

En conclusion, la PPR active est caractérisée par un taux élevé d’IL6 circulante sans élévation des autres cytokines pro inflammatoires. La corticothérapie fait baisser la concentration d’IL6 rapidement.  Puisque les monocytes circulants ne produisent pas de cytokines pro inflammatoires en quantité élevée, l’IL6 pourrait provenir des tissus inflammatoires. Une nouvelle étude du profil cytokinique et des cellules à l’origine de la production de l’IL6 dans la PPR pourrait être intéressante et ses résultats contribuer à de nouvelles options thérapeutiques.

Dr Juliette Lasoudris-Laloux

Référence
Alvarez L et coll. : Circulating cytokines in active polymyalgia rheumatica. Ann Rheum Dis., 2010 ; 69 : 263-269

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article