2019-nCoV : on en sait plus sur le profil des patients décédés

Pékin, le mercredi 5 février 2020 – En même temps qu’elles livraient leurs dernières données épidémiologiques, les autorités sanitaires chinoises ont analysé le profil des patients décédés d’une infection à 2019 n-CoV.

Depuis le début de l’épidémie on a recensé 24 597 cas (dont 24 384 en Chine) et 493 décès (dont un aux Philippines et un à Hong Kong).

De 0,16 à 2,1 % de mortalité…

La Commission nationale de la santé a précisé que parmi ces 491 patients, 80% étaient âgés de 60 ans ou plus et 75% souffraient déjà de problèmes de santé. Le plus jeune patient décédé avait 36 ans et le plus âgé 89.

Le taux de mortalité s'élève à 2,1%, a souligné la Commission, soit un taux plus faible que celui du SRAS (9,6%) qui avait causé la mort de 800 personnes à travers le monde en 2002-2003, dont 349 en Chine continentale et près de 300 à Hong Kong.

La république populaire note également que plus de 97% des victimes du nouveau virus sont originaires de la province de Hubei (dont Wuhan est la capitale) et que le taux de mortalité des personnes contaminées en dehors de cette région n'est que de 0,16%.

La Commission a par ailleurs confirmé mercredi quelques 892 cas de guérison à travers le pays.

Dans ce contexte, la Chine continue de renforcer ses mesures : plusieurs agglomérations de la province du Zhejiang, située à des centaines de kilomètres de Wuhan, ont ainsi imposé depuis mardi de nouvelles restrictions des déplacements.

Dans le Henan, province limitrophe du Hubei, la municipalité de Zhumadian a ordonné qu'une seule personne par foyer soit autorisée à quitter son domicile, une fois tous les cinq jours, tout en promettant des primes en cas de dénonciation de personnes venues du Hubei.

A Hangzhou (plus de 200 cas rapportés), les rues sont désertées tandis qu’un drone militaire somme les citoyens chinois de rester chez eux…et encore une fois à dénoncer les personnes originaires du Hubei.

L’OMS et son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus ne trouve rien à redire à ces méthodes et a même salué les mesures draconiennes : « il existe une fenêtre de tir grâce aux mesures fortes prises par la Chine (...). Ne laissons pas passer cette fenêtre » a-t-il ainsi insisté mardi soir.

La croisière ne s’amuse plus

Plus anecdotique, depuis hier, les autorités japonaises ont entrepris de rechercher des cas de contamination sur un immense bateau de croisière, le Diamond Princess, arrivé lundi soir près du port de Yokohama, au sud-ouest de Tokyo, car un cas de coronavirus a été détecté à Hong Kong chez une personne qui s'était auparavant trouvée à bord.

Ce sont finalement dix personnes qui ont été testées positives et hospitalisées, tandis que les 3 700 autres passagers et membres d’équipage ont été confinés sur le navire pour une période de à 14 jours…

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • De la contagion en Europe

    Le 05 février 2020

    Des chercheurs allemands: "Les personnes qui présentent des symptômes bénins ou précoces de rhume peuvent être en mesure de transmettre le nCoV 2019 à d'autres personnes".
    https://flutrackers.com/forum/forum/-2019-ncov-new-coronavirus/-2019-ncov-studies-research-academia/827569-german-researchers-persons-who-have-mild-or-early-symptoms-of-common-cold-may-be-able-to-transmit-2019-ncov-to-other-persons

    Une communication européenne de qualité et coordonnée, c'est pour quand ?

    Dr Bertrand Carlier

  • Insuffisant

    Le 05 février 2020

    Moui, trois lignes sur le sujet en réalité... est-ce bien sérieux pour un article d'une revue médicale, paramédicale..?

    Quel type d'antécédents ?
    Etaient ils en phase aiguë d'une pathologie chronique ?
    Quelles comorbidités ?
    Quels traitements avaient ils ?
    Poursuivaient ils un traitement immunosupresseur ou dépresseur ?
    Qu'avaient-ils fait, ingéré, cotoyé....?

    Hélène d'Agostino (IDE)

  • La réponse de la rédaction

    Le 06 février 2020

    En effet les informations provenant de Chine sur les comorbidités des patients décédés demeurent lacunaires, mais ce sont les plus précises dont nous disposons à ce stade, en l’absence de publication internationale.

  • Patients décédés de moins de 36 ans ?

    Le 10 février 2020

    La borne basse des décès de Chine (36ans)semble erronée puisque l'ophtalmologue lanceur d'alerte avait 34 ans.
    Tout cela semble encore bien opaque, ce qui contribue à augmenter l'anxiété dans la population.

    Françoise Boyer (pharmacien)

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.