Accès à l’identité des donneurs de gamètes : 170 personnes se sont manifestées en un mois

Paris, le jeudi 13 octobre 2022 – La révision des lois de bioéthique a prévu la mise en place d’une commission destinée à recueillir les demandes des personnes majeures nées d’un don de gamètes et qui souhaiteraient pouvoir avoir des informations sur le donneur. La commission a vu le jour il y a juste un mois, le 7 septembre.

Elle est composée d’un magistrat, de représentants des ministères de la justice, des affaires sociales et de la santé, de différentes personnalités du monde médical, de la sociologie ou du droit, de membres d’associations et de nombreux agents administratifs.

Stéphanie Kretowicz qui la préside avait expliqué il y a quelques semaines dans la Croix les démarches réalisées par la Commission pour chaque demande : « Nous contacterons le centre de dons auquel les parents du demandeur ont eu recours, qui regardera dans ses archives. Ensuite, la commission a des pouvoirs d’investigation lui permettant d’avoir accès aux fichiers de l’Insee ou à ceux de la Sécurité sociale pour identifier les donneurs, les localiser et les contacter. À l’époque où ils ont donné, l’anonymat étant la règle et la loi n’étant pas rétroactive, ceux qui voudront garder un anonymat strict pourront le faire. Les autres, ceux qui accepteront, devront transmettre à la commission un formulaire de consentement. Une fois enregistrées, les données seront transmises à l’Agence de la biomédecine pour constituer un registre. Sous quelle forme seront-elles transmises au demandeur ? Cela devra être précisé dans le cadre de la commission ».

Pas encore le temps (incertain) des retrouvailles


A ce jour, selon des données dévoilées par Stéphanie Kretowicz hier, 170 personnes se sont rapprochées de la commission en espérant avoir des informations identifiantes sur leur donneur. Parallèlement, la commission a été contactée par 87 donneurs désireux de transmettre les informations les concernant, pour le cas où les enfants nés de leur don se manifesteraient.

Il n’existe cependant encore aucune donnée sur le nombre de requêtes ayant abouti. En effet les obstacles peuvent être nombreux : outre le refus du donneur (impossible pour les donneurs depuis le 1er septembre mais cela ne concernera des demandes que dans au moins 18 ans !), la disparition du CECOS concerné ou encore le décès de la personne empêcheront un éventuel rapprochement. « La question sera de savoir comment accompagner ces déceptions » avait d’ailleurs remarqué Stéphanie Kretowicz.

Combien de personnes concernées : un secret bien gardé !


Comment interpréter ces 170 demandes alors qu’en France on estime que 70 000 personnes sont nées grâce à un don de sperme ou d’ovocyte (mais toutes ne sont pas majeures) ? L’estimation du nombre de personnes qui pourraient contacter la commission est difficile à évaluer, les travaux sur le sujet n’étant pas univoques. Stéphanie Kretowicz avait cité « une étude américaine » qui aurait « montré que la moitié des adultes nés de dons souhaite connaître ses origines ».

Les chiffres retrouvés dans la littérature sont en réalité souvent plus bas, oscillant plutôt autour de 20 %. Des travaux conduits en Suède, qui a été un pays pionnier dans l’accès à l’identité des donneurs, avaient même retrouvé un chiffre encore plus faible avec moins de 7 % de sujets ayant voulu avoir des informations sur leur « parent » biologique.

Les commentaires avaient fait remarquer que la raison d’un taux aussi faible résidait probablement en partie dans le fréquent maintien d’un secret concernant les circonstances de la conception des enfants nés grâce à la Procréation médicale assistée (PMA). Cependant, ce que l’on constate également dans les quelques travaux conduits sur le sujet c’est que la révélation tardive (et/ou accidentelle) de ces circonstances semble favoriser le désir de retrouver son donneur et qu’au contraire les enfants qui ont été dès leur plus jeune âge avertis du recours à la PMA par leurs parents seraient en moyenne moins souvent curieux de connaître « leur » donneur.

Or, si dans les premières heures de la PMA, le secret était fréquent (voire encouragé par certaines équipes), il est aujourd’hui, à mesure que ces techniques ont pris une plus large ampleur et concernent même désormais des couples de femmes (au sein desquels le secret est bien plus complexe à garder !) plus rare et en tout cas déconseillé par les praticiens.

Cependant, certains opposants à la levée de l’anonymat avaient mis en garde contre un retour du secret si jamais il devenait plus facile d’avoir des informations sur les donneurs (c’est ce que décrivait en 2018 dans nos colonnes le professeur Wolf, directeur du CECOS de l’hôpital Cochin à Paris). Ce qui alors pourrait accroître les demandes auprès des commissions ad hoc en cas de révélations tardives ou subites. Comme une forme de cercle vicieux.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article