Aimants avalés, des corps étrangers bien particuliers

Des équipes des hôpitaux de Bicêtre et de Genève attirent l’attention sur la particularité de certains corps étrangers ingérés par l’enfant, en l’occurrence des aimants. Ils rapportent le cas d’un enfant de 7 ans, examiné  aux urgences pour douleurs abdominales et vomissements après avoir, sur une période de 4 jours, avalé 3 aimants, pari tenu face aux amis ! La radiographie de l’abdomen sans préparation a montré 3 barres métalliques radio-opaques, alignées dans la fosse iliaque droite, et l’enfant a été opéré, même si son état clinique était rassurant. Les 3 aimants se sont avérés situés dans 3 segments digestifs différents, aimantés entre eux et comprimant les parois digestives, avec des lésions pré-perforatives des segments comprimés. Les suites dans ce cas, ont été simples. Mais les auteurs alertent sur les complications décrites après l’ingestion, espacée dans le temps, de 2 aimants au moins ou d’un aimant et d’un corps étranger métallique. Ce qui impose dès l’ingestion connue, l’extraction sous endoscopie des corps étrangers n’ayant pas passé le pylore et, en cas de corps étranger ayant franchi le pylore, la  surveillance en milieu chirurgical et l’extraction chirurgicale dès les premiers symptômes.

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Raquillet C et coll. : Avaler des aimants : un pari dangereux. Congrès des Sociétés françaises médico-chirurgicales pédiatriques (Nantes) : 4-7 juin 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.