Assistants médicaux, CPTS : « peut-on encore parler de médecine libérale » ?

Interview du Dr Jérôme Marty, Médecin généraliste, Fronton, président de l'Union Française pour une Médecine Libre - Syndicat (UFML-S)

Le plan « Ma santé 2022 », présenté par le Président de la République en septembre dernier, prévoit le déploiement d’assistants médicaux et de CPTS (Communautés professionnelles territoriales de santé).

Afin d’ajuster ces dispositifs imaginés en haut lieu, des négociations sont en cours entre l’assurance-maladie et les syndicats représentatifs de médecins libéraux et d’autres professionnels de santé.

Pour savoir ce qu’aurait dit le Dr Jérôme Marty, président de l’UFML-S*  dont  l’organisation est trop jeune pour avoir participé aux élections professionnelles, le JIM lui a donné la parole.

*Union Française pour une Médecine Libre - Syndicat

Réagir

Vos réactions (1)

  • Merci à Jérôme

    Le 11 mai 2019

    Tout est dit.
    Une précision: 50 à 55 heures de travail pour un médecin généraliste dans un cabinet de groupe dans une zone non désertifiée ! Quid dans une région désertifiée?

    Dr S.P.

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.