Calendrier de patients mis à nu : un joli coup face à l’isolement

Paris, le mardi 17 décembre 2019 – Des gants de boxe comme simple appareil. C’est le fil rouge du calendrier réalisé par les agences eVeDrug et Acteurs de Santé, présenté le 30 novembre dernier à Deauville au Festival de la Communication en santé. Pourtant, la violence est totalement absente de ces beaux clichés en noir et brillant. Les sourires, l’audace, la pugnacité des personnages principaux des douze mois de 2020 prennent toute la place.

Tendus vers un même but

D’habitude, ils sont habillés. Et ils mènent plusieurs combats de front : dans leur chair, contre leur maladie ou celle de leurs proches et à l’échelon collectif pour donner aux patients atteints des mêmes pathologies qu’eux les conseils dont ils auraient aimé bénéficier ou les soutiens qu’ils ont eu la chance de recevoir. Malgré ce travail de partage, ils ne se connaissaient pas, travaillant le plus souvent de façon un peu cloisonnée dans leur propre réseau. La rencontre, au festival de la communication, a été une révélation pour la plupart d’entre eux : si les maladies contre lesquelles ils se battent sont très différentes, ils ont eu à faire face à des épreuves et des difficultés communes. Et tous poursuivent la même ambition : sortir les patients de l’isolement.

Briser la solitude

C’est le sens de la plupart des messages glissés par chaque patient ou groupe de patients qui ont accepté de se déshabiller pour illustrer les pages du calendrier. Ces petites phrases sont les mantras du mois. Pour « mettre un visage sur les douleurs chroniques » clame pour épicer mars et son printemps Edwige Vattier, de l’Association francophone pour vaincre les douleurs (AFVD) ou pour « donner l’envie aux patients atteints de la maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique d’aller chercher toutes ces petites ressources que nous avons en nous » lui répond du mois d’avril où il s’est découvert plus que d’un fil Jean-Michel Hedreux de l’Association François Aupetit.

Se mettre à nu dans tous les sens du terme

La réalisation de ce bel objet et l’acceptation des patients qui ont été sollicités par Claude Touche d’eVe Drug dont c’était l’idée originale et Stéphanie Chevrel et Gaël de Vaumas qui avec Acteurs de Santé n’ont pu que le suivre ont été rendues possible par la présence de la photographe Nathalie Oundjian qui a su déshabiller les candidats de leurs naturelles appréhensions. « J’ai été mis en confiance par Nathalie. Qu’est-ce qui pouvait m’arriver ? A moi ? Rien du tout » résume le héraut du mois d’août, Claude Pinault du Groupe de soutien des patients atteints du syndrome de Guillain Barré dans le reportage réalisé par les agences pour évoquer la réalisation du calendrier. Ainsi, alors que cette mise à nu était pour beaucoup un acte militant destiné à rappeler l’importance de leur « cause » et la nécessité de dépasser les tabous, elle est également devenue pour certains un moment de réconciliation avec leur corps. Il faut dire que ces malades sont habitués à se déshabiller régulièrement devant les médecins comme l’a rappelé Edwige Vattier, mais grâce à cette séance, pour un instant, les corps n’étaient plus seulement des objets d’étude, des objets souffrants mais des instants de grâce. « Je me suis sentie belle » raconte ainsi Éléonore Piot de Villars, de l'association Lympho'sport et d’autres lui font écho. Aussi, plusieurs messages jouent avec cette idée du dévoilement : il s’agit de « montrer que les patients atteints de sclérose en plaques n’ont rien à cacher » déclare pour réchauffer janvier Sébastien Kübler de la Ligue contre la sclérose en plaques, tandis que les six compères de CERHOM (association française pour la lutte contre le cancer de l'homme, cancer du testicule, cancer de la prostate et cancer génito-urinaire) ont choisi de poser tels les Dieux du Stade afin de « mobiliser les hommes pour qu’ils se mettent à nu devant leur médecin et soient dépistés des cancers masculins ».

Des acteurs incontournables

Vendu sur le site internet d’eVeDrug (https://evedrug.fr/calendrier/) au profit des associations participantes, ce bel objet produit en l’honneur des 30 ans du festival de la communication en santé est un exemple d’expérience positive et attractive en la matière. Il rappelle également combien, comme le souligne Stéphanie Chevrel, les associations de patients jouent un rôle essentiel en matière de communication en santé et ont à cet égard toujours été des partenaires du festival.

Aurélie Haroche

Référence
Les douze associations représentées sont : Ligue contre la sclérose en plaques - Lympho’sport - Association Francophone pour Vaincre les Douleurs, Afvd – AFA Crohn RCH - Association petit ange ensemble contre la méningite - Les triplettes roses - Patients en réseau - Groupe de soutien des patients atteints du syndrome de Guillain Barré - Fibromyalgie France - Cerhom - Association Skin - Dessine-moi un mouton.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Merci

    Le 17 décembre 2019

    Chère Aurelie, quel magnifique article, quelle plume. Quelques minutes de discussion et comme toujours une compréhension parfaite du sujet avec une sensibilité à l’extrême. Nous vous remercions au nom des 12 associations d’avoir si justement relayé cette information.

    Stéphanie Chevrel et Claude Touche

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.