Cardiologie interventionnelle : la voie radiale est-elle vraiment privilégiée ?

La Société Européenne de Cardiologie (ESC) recommande l’abord par voie radiale plutôt que fémorale pour les interventions coronariennes percutanées. Elle se base sur des essais randomisés montrant que la voie radiale comporte un moindre risque de complications hémorragiques et de mortalité toutes causes.

Cette recommandation est-elle suivie par les professionnels et a-t-elle eu un réel impact pour les patients ? Pour répondre à cette question une étude a été réalisée en Allemagne, portant sur les procédures coronariennes percutanées menées, dans un but de diagnostic ou interventionnelles, dans 148 centres privés, entre 2012 et 2018. Rappelons que la recommandation de la voie d’abord radiale par l’ESC date de 2015, renouvelée en 2018. L’analyse porte sur près de 190 000 procédures.

L’abord fémoral reste prédominant

Si les données confirment une montée en puissance de l’abord par voie radiale, avec un taux d’utilisation passant de 13 % à 49 % des procédures au cours de la période étudiée, l’accès par voie fémorale reste prédominant dans la majorité des sites. La voie radiale est préférée pour les procédures programmées (coronaropathies stables), mais moins fréquemment employée dans la prise en charge des infarctus avec élévation de ST et encore plus rarement en cas de choc cardiogénique (7,2 % vs 92,2 %). Ceux-ci représentent d’ailleurs près de la moitié des procédures avec voie d’abord fémorale. La proportion de centres qui utilisent exclusivement la voie fémorale (0 % d’abord radial) diminue au fil des années et est passée de 68 % en 2010 à 32 % en 2018. Le taux de réussite des procédures est sensiblement le même dans les deux groupes (92,6 % pour la voie radiale, 91,6 % pour la voie fémorale).

Globalement, les complications graves sont rares et en diminution avec le temps. Les complications sévères cardiovasculaires ou cérébro-vasculaires sont toutefois moins fréquentes en cas de voie d’abord radial (0,12 % vs 0,24 %).

Pour les auteurs, les données confirment que l’accès radial doit être préconisé comme voie d’accès par défaut. Ils estiment toutefois que, pratiqué par un opérateur expérimenté, l’abord fémoral est sûr et ne devrait pas être totalement abandonné, notamment lors des procédures complexes et à hauts risques.

Dr Roseline Péluchon

Références
Reifart Jet coll.: Acceptance and safety of femoral versus radial access for percutaneous coronary intervention (PCI): results from a large monitor-controlled German registry (QuIK). BMC Cardiovascular Disorders, 2022 ; 22:7. doi.org/10.1186/s12872-021-02283-0

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article