Conflit d’intérêt : n’avez-vous donc rien à déclarer ?

Dans le domaine des essais cliniques, les conflits d’intérêt peuvent avoir un impact sur la façon dont les essais sont conçus, conduits, interprétés ou diffusés. De nombreux travaux ont montré qu’ils sont associés à la publication de résultats plus souvent statistiquement significatifs ou de conclusions favorables. Pour réduire leur influence, les concepteurs des essais disposent de plusieurs moyens : s’adjoindre un statisticien indépendant, créer un comité indépendant de surveillance et de sécurité des données, exclure les personnes travaillant pour un sponsor commercial, etc.

Des stratégies pour contourner la manipulation

Le British Medical Journal publie une enquête sur la perception des conflits d’intérêt par 20 praticiens familiers des essais cliniques. L’objectif était d’identifier et d’analyser leur expérience des conflits d’intérêt, leur ressenti de l’influence de ces derniers sur leur façon de travailler et de préciser les stratégies utilisées pour réduire cette influence.

Deux thèmes prédéfinis émergent des entretiens : l’influence des conflits d’intérêt et les stratégies mises en œuvre. L’influence des conflits d’intérêt se manifeste sur le choix de l’objet de comparaison, la manipulation du déroulement de la randomisation, l’arrêt prématuré des essais, la fabrication de données, l’accès bloqué aux données et le truquage des résultats. Les participants reconnaissent disposer de nombreuses stratégies méthodologiques pour gérer ces conflits d’intérêt à différentes étapes des essais : mise en place de procédures de divulgation, exclusion du financeur de l’élaboration du design de l’essai et de son analyse, comités indépendants, contrats exigeant un accès total aux données et l’absence de restriction du financeur sur l’analyse des résultats et leur publication.

Problème de définition

Mais deux thèmes supplémentaires, non prévus, reviennent aussi au fil des entretiens : la définition des conflits d’intérêt et leur déclaration. Les participants à l’enquête n’ont pas tous la même définition du conflit d’intérêt ou du seuil à partir duquel ils considèrent que celui-ci existe. Certains estiment que des conflits d’intérêt non commerciaux, comme le financement d’essais par des agences gouvernementales avec un agenda précis pour les résultats, ont un impact aussi important, voire plus important, que les conflits d’intérêt commerciaux et sont plus souvent difficiles à repérer et à gérer.

Les auteurs avouent leur surprise devant le fait que seulement 8 des 20 participants considèrent avoir été confrontés à une influence abusive au cours d’un essai clinique. Cela peut signifier que dans la plupart des essais les conflits d’intérêt ne représentent pas un problème. Mais cela peut aussi venir des différents seuils de tolérance utilisés pour définir un conflit d’intérêt ou pour considérer qu’il pose question.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Østengaard L. et coll. : Influence and management of conflicts of interest in randomised clinical trials: qualitative interview study. BMJ 2020;371:m3764

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article