Coronavirus : l’Allemagne bon élève de l’Europe

Berlin, le mercredi 1er avril - Avec 710 morts pour 68 000 cas avérés de Covid-19, l’Allemagne présente un taux de létalité apparent de 1 % contre 9 % en Italie et 5 % en France. Cette différence s’expliquerait certes  par la jeunesse relative du peuple allemand et la qualité de son service de santé mais surtout par un biais statistique : l’Allemagne dépiste massivement par PCR sa population ce qui diminue bien sûr mathématiquement la létalité apparente. Grâce notamment à l’aide des laboratoires vétérinaires (aide refusée en France pour l’instant), nos voisins réalisent près de 500 000 tests par semaine et espèrent pouvoir en réaliser 200 000 par jour d’ici fin avril, contre 12 000 tests quotidiens seulement en France !

Ce dépistage massif permet aux Allemands d’isoler les malades et donc de réduire les contaminations. Sur le modèle coréen, le gouvernement fédéral envisage également de mettre en place la géolocalisation des personnes infectées. Cette stratégie permet à nos voisins d’appliquer un confinement plus relâché que le nôtre. Ces bons résultats s’expliquent également par une meilleure préparation : Berlin semble avoir pris dès janvier conscience du risque épidémique en Allemagne et a mis à profit les quelques semaines d’avance dont le pays bénéficiait.

Toujours pas de confinement aux Pays-Bas

Dans le reste de l’Europe, l’épidémie continue de faire des ravages. L’Italie et l’Espagne, les plus touchés par le virus, ont dû déplorer un lourd bilan ce mardi, avec respectivement 837 et 849 morts. Aux Pays-Bas, qui compte déjà 1 039 décès, le premier ministre Mark Rutte a prolongé jusqu’au 28 avril la fermeture des lieux publics mais exclut encore toute mesure de confinement. Une ˝bonne nouvelleʺ cependant : la vente de cannabis à emporter a été maintenu !

Changement de ton aux Etats-Unis et au Brésil

Aux Etats-Unis, le président Donald Trump a opéré un nouveau revirement. Alors qu’il espérait encore il y a quelques jours un retour à la normale pour mi-avril, il a reconnu ce mardi que son pays allait traverser « deux semaines très difficiles ». Il appelle désormais les citoyens à remplir leur « devoir patriotique ». Son administration estime que l’épidémie pourrait couter la vie à entre 100 000 et 240 000 Américains. 4 000 personnes sont décédées dans le pays depuis le début de l’épidémie, dont 1 000 dans la seule ville de New York.

Même changement de ton au Brésil. Le président Jair Bolsonaro, souvent présenté comme l’alter ego du président Trump, a reconnu que ce qu’il qualifiait jusqu’à présent de « petite grippe » constituait en réalité « le plus grand défi de notre génération ». Mais le chef de l’État continue de s’opposer à son gouvernement et aux États fédérés sur l’opportunité d’un confinement généralisé et se dit inquiet des conséquences d’une telle mesure sur l’économie. « Nous devons sauver des vies sans oublier les emplois ».

Inquiétude autour du pèlerinage à La Mecque

En Russie, l’arsenal répressif du régime se met au service du confinement. Le Parlement a adopté une loi prévoyant des peines allant jusqu’à 7 ans d’emprisonnement en cas de violation de la quarantaine et 5 ans pour la diffusion de fausses informations. Les données des opérateurs téléphoniques ont été réquisitionnées pour s’assurer que les citoyens russes respectaient les mesures de distanciation sociale. Par ailleurs, le Centre de recherche Vektor déclare avoir commencé à tester un vaccin sur des animaux de laboratoire.

Les musulmans du monde entier sont dans l’expectative après que l’Arabie Saoudite ait enjoint aux fidèles de stopper leur préparatif pour le pèlerinage à la Mecque de juillet, pour lequel 2 millions et demi de croyants sont attendus.

3,6 milliards de personnes sont désormais confinés dans le monde (45 % de la population). Mais le confinement n’est pas le même pour tous. Le temps de l’épidémie, le roi de Thaillande Rama X a décidé de s’enfermer avec 20 jeunes femmes dans un hôtel de luxe des Alpes bavaroises. On souhaite pour lui que l’épidémie dure le plus longtemps possible.

QH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Thailande

    Le 02 avril 2020

    On voit bien la qualité des hommes politiques des USA et du Brésil; des grandes gueules vide de sens. Le courage du Roi de Thailande est à souligner.
    Réfléchissons bien avant de voter.

    Dr El Mostafa Lansari

Réagir à cet article