Corticoïdes ou acide hyaluronique pour infiltrer les genoux arthrosiques ? Les deux…

Face à une gonarthrose symptomatique qui devient de plus en plus invalidante, les infiltrations d’acide hyaluronique (AH) ou de corticoïdes permettent souvent de soulager la douleur et de temporiser, l’objectif étant de repousser le plus possible le moment de la prothèse. La combinaison d’AH et de corticoïdes injectés in situ au même moment sont-elles supérieures aux infiltrations d’AH en monothérapie ?

Pour le savoir, un petit essai randomisé, mené à double insu contre placebo, a été entrepris dans lequel ont été inclus 57 patients d’atteints d’une gonarthrose symptomatique diagnostiquée selon les critères cliniques et radiographiques de l’American College of Rheumatology, un score de Kellgren-Lawrence de 2 ou 3 faisant partie des critères d’inclusion. Deux groupes ont été constitués par tirage au sort selon la nature des infiltrations réalisées sous contrôle échographique à raison d’une par semaine pendant trois semaines consécutives : AH en monothérapie (n = 29) ou AH+ corticoïdes (n = 28).

Le critère de jugement principal était les scores obtenus sur l’échelle WOMAC (Western Ontario and McMaster Universities Osteoarthritis). Les critères secondaires ont inclus la performance physique (durée d’une marche rapide sur dix mètres et test des levers de chaise d’une minute) et le score KOOS (Knee Injury and Osteoarthritis Outcome Score). Les évaluations ont été faites avant chaque infiltration, respectivement une semaine, puis un, trois et six mois après le début du traitement.

Bénéfice plus important avec les « co-injections » de corticoïdes et AH

Dans les deux groupes, la douleur a diminué de manière significative et la performance tant physique que fonctionnelle s’est améliorée parallèlement. Cependant, le bénéfice s’est avéré plus important sur tous les plans et jusqu’au terme du suivi dans le groupe traité par AH + corticoïdes versus AH, l’interaction groupe x temps étant significative quant aux critères suivants : douleur estimée selon le score WOMAC (p = 0,005), performance physique (p= 0,005), test des levers de chaise (p = 0,032), et douleur selon le score KOOS (p = 0,001).

Les infiltrations in situ combinant acide hyaluronique et corticoïdes sont-elles à recommander face à une gonarthrose symptomatique invalidante ? Les résultats de cet essai randomisé plaident en faveur de cette stratégie dont le rapport bénéfice/risque mérite cependant d’être évalué sur une plus grande échelle.

Dr Philippe Tellier

Référence
Chun-Ping Wang et coll. : Effects of Repeated Coinjections of Corticosteroids and Hyaluronic Acid on Knee Osteoarthritis: A Prospective, Double-Blind Randomized Controlled Trial: Repeated Coinjections for Knee Osteoarthritis. Am J Med. 2021; S0002-9343(21)00814-7. doi: 10.1016/j.amjmed.2021.11.016.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Corticoïdes seuls?

    Le 08 février 2022

    OK, mais qu'en serait-il des corticoïdes seuls?

    Dr Jacques Malghem

Réagir à cet article