Covid-19 : la riposte est-elle plus redoutable que le virus ?

Interview du Pr Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris


Chapitres


Depuis l’identification d’une nouvelle souche de coronavirus, le SARS-CoV 2, deux visions s’affrontent. Ceux qui croyaient à l’extrême dangerosité de ce nouvel agent pathogène et ceux qui n’y croyaient pas.

Parmi ces derniers, le Pr Eric Caumes* appelle ici à raison garder.

*Chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Assistance publique-Hôpitaux de Paris)

Réagir

Vos réactions (15)

  • La population ne sais plus à quel saint se vouer

    Le 25 février 2020

    Il semblerait que nous n'ayons pas appris les leçons du passé.
    H1N1, puis H5N9, et aujourd'hui le coronavirus...
    nous recommençons à déballer sur la place publique les désaccords, conflits et différences de point de vue professionnel et scientifique mettant en danger les possibilités d'action auprès de la population pour la prévention que pour le traitement.

    La population ne sais plus à quel saint se vouer et c'est bien normal on ne peut pas leur reprocher de ne pas suivre des recommandations parcellaires contradictoires peu claires. La santé publique c'est d'abord la santé du public. Il serait temps qu'on s'en souvienne.

    Dr Alain Deccache
    Professeur émérite de santé publique Université catholique de Louvain

  • Mesures préventives

    Le 26 février 2020

    Je ne comprends pas que l’on oublie d’interdire aux citoyens de cracher par terre, de jeter les mégots et chewing-gums.
    Serait il possible de faire remonter ces préconisations?

    Dr J Vasseur

  • Des leçons constructives

    Le 26 février 2020

    Très bonne analyse, claire, précise, sans langue de bois. Les décisions prises sont certes critiquables à posteriori, c'est bien plus facile à posteriori, et nous le savons bien en matière de diagnostics ou de traitements médicaux, mais surtout, la bonne nouvelle, l'analyse de cette épidémie et de ces prises de décisions nous permettront d'en tirer des leçons constructives et j'espère universelles.

    Dr Martine Papaix-Puech

  • Enfin...

    Le 26 février 2020

    ...quelqu’un qui a les pieds sur Terre.

    Dr Jean-Jack Tamssom

  • La raison et les peurs

    Le 26 février 2020

    Merci au Professeur Eric Caumes pour cette mise au point sur nos vraies connaissances de cette nouvelle maladie émergente.

    Tout à fait d'accord avec lui sur le fait que les politiques ne font que de la politique (politiquement correcte) et ne s'appuient pas suffisamment sur les scientifiques pour prendre leur décision.
    Par ailleurs la consommation de viandes de forêt met non seulement des espèces sur la voie de leur extinction (cas du pangolin entre-autre) mais est à l'origine de nombreuses maladies émergentes parfois gravissimes (Ebola. Toxoplasmose amazonienne...).Quid des décisions politiques en ce sens ?

    Dr Christian Marty

  • Et la bise !

    Le 01 mars 2020

    Merci pour cet exposé clair et complet.
    Dans les mesures de prévention on ne parle que très rarement de cette habitude néfaste qui s'est répandue depuis plusieurs années se faire la bise à tout bout de champ même vis à vis de personnes qui vous voient pour la première fois.

    Dr Françoise Noir

  • Merci au Pr Caumes de parler franc

    Le 01 mars 2020

    En démocratie avoir des données scientifiques vaut mieux que de prendre des mesures de type psychologique et contraphobiques liées au principe de précaution.

    Les études historiques sur les grandes épidémies du Moyen Age semblent confirmer que le confinement dans une ville s'est régulièrement accompagné d'une plus grande gravité de l'épidémie, simplement parcequ'il y a toujours eu des fuites.

    Le principe de précaution devrait plus servir à orienter la recherhce fondamentale vers le long terme qu'à réagir aux crises ponctuelles: voir les propos de Bruno Canard dans Le Monde.

    Dr Francis Abramovici, Rédacteur en Chef de La Revue Médecine https://www.jle.com/fr/revues/med/revue.phtml

  • Merci pour la conclusion surprenante et rassurante

    Le 01 mars 2020

    Merci de cette mise au point qui met du baume au coeur des médecins de terrain, dont la plupart ont fort à faire pour endiguer l'angoisse grandissante, alimentée par le catastrophisme des médias, de leurs patients !

    Comment pouvait on imaginer endiguer une épidémie aux contours cliniques si pauvres en recommandant simplement aux patients "à risque" d'appeler le 15 avant d'être hospitalisés, par mesure de précaution ?

    Comment l'hôpital aurait-il pu faire face au vu du nombre inéluctablement croissant de patients concernés, sans parler de son fonctionnement déjà à flux très tendu?
    Inéluctablement, ce sont les braves généralistes, une nouvelle fois les oubliés du système dont il sont censés être les pivots, qui seront les premiers concernés par la prise en charge des patients plus ou moins atteints...
    Merci pour la conclusion surprenante et rassurante du Pr Caumes, qui montre, par l'absurde, que ce virus fera du mal à l'économie, mais du bien à la planète finalement.

    Dr Rémy Gries

  • Bas les masques !

    Le 01 mars 2020

    Concernant le port du masque simple, recommandé quand on a le nez qui coule ou de la fièvre, les masques sont totalement indisponibles. Donc on fait des recommandations impossibles à suivre par le public.
    Par ailleurs certes ils ne protègent pas des particules aériennes mais tous ceux qui le portent vraiment au quotidien le savent, ils protègent très bien de la transmission manuportée car vous n’avez plus accès à votre bouche ! C’est juste une remarque de bon sens.

    Donc toutes les salles d’attente de tous les cabinets et lieux médicaux publics et privés devraient être au minimum équipés largement. Et où sont les masques ? Nous ne pouvons pas équiper les cabinets car aucun grossiste n’en délivre depuis le 8 février! Réquisitions d’état. Je ne comprends pas cette (dès) organisation !

    Dr Sophie Tourtet

  • Le coronavirus et la redécouverte de l'hygiène

    Le 02 mars 2020

    Merci au Professeur Caumes pour cette mise au point, loin du catastrophisme médiatique et pour le discret rappel du rôle central des généralistes. Il est souhaitable que nos politiques prennent en compte le bon fonctionnement de la médecine qui ne sera possible que par la bonne coordination entre la médecine de ville et l'hôpital. Les mesures les plus élémentaires d'hygiène sont rappelées alors qu'elles devraient être évidentes pour tous ! Le fait de se laver les mains est essentiel mais par saine curiosité observer les personnes sortant des toilettes et qui vont se laver les mains en sortant vous serez effarés par le pourcentage très bas.

    Dr Hervé Favoriti

  • Aller à la guerre ...sans fusil

    Le 09 mars 2020

    Je crois savoir que l'age médian des médecins est de 59 ans et il inclut les médecins "administratifs" qui prétendent donner des ordres aux libéraux des campagnes en leur disant d'aller à la guerre ...sans fusil!

    Dr Jean-Paul Vasse

  • Prise de conscience

    Le 14 mars 2020

    Est il normal, que les voyages touristiques à destination de pays dont l'état sanitaire ne leur permettraient pas de faire face à une épidémie comme celle que nous vivons soient maintenus ? Tanzanie, Sénégal...Afrique du sud qui vivent du tourisme. Alors que des pays comme la Norvège interdisent l'entrée des ressortissants italiens, français...et imposent une quarantaine, on peut allègrement se rendre dans ces pays d Afrique... Je m interroge sur les conséquences.

    Manona (IDE)

  • Méconnaissance coupable de l’Administration

    Le 16 mars 2020

    On assiste comme toujours au grand décalage entre 1/ ceux qui soignent (bravo pour votre étude et analyse, Pr Caumes) et qui ont tous notre admiration et 2/ les politiques et administratifs des Hôpitaux qui sont incapables d’avoir les visions previsionistes qui n’écoutent qu’eux mêmes.Le don, comme nous l’a appris Mr Mariani, député RN hier sur BFMTV de la France de 19 tonnes de masques à la Chine qui nous « envoi » le Virus est une honte... Par ailleurs toutes ces mauvaises et contradictoires décisions recentes de Macron et Philippe sont des erreurs et ont semé le trouble dans la population des Français.

    Il aurait fallu prévenir il y a un mois alors que l’épidémie était au top en Chine et faire immédiatement barrage en Europe (où est l’UE ?) à ce virus en faisant un confinement immédiat et surtout prévoir les besoins hospitaliers en personnel et matériel et des cliniques privés sans oublier les Médecins Generalistes qui sont tous démunis. Ce fait est encore plus grave et est une méconnaissance coupable de l’Administration... Une autre gouvernance est urgente pour notre pays qui va sombrer corps et âme si nous continuons comme ça. D’ailleurs le pourcentage d’abstention de 54 p cent aux élections récentes démontrent ce fait.

    Dr Jean-Paul Gamondes

  • Pitié

    Le 17 mars 2020

    Merci au Pr Caumes d’avoir eu tort avant tout le monde, d’avoir rassurer les vivants sans leur éviter la mort.
    Au Pr Caumes la réanimation reconnaissante.

    Dr P.Eck

  • Tabagisme et Covid-19

    Le 22 mars 2020

    Cette pandémie est une occasion majeure pour expliquer aux fumeurs qu'ils sont des victimes idéales de ce virus à tropisme respiratoire. Il faudrait en profiter: ''confinez-vous et cessez de fumer'' devrait être le leitmotiv quotidien !

    Dr Jean-Paul Baro

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.