Des tests très positifs pour les pharmacies

Paris, le jeudi 27 janvier 2022 – Le dépistage massif a permis aux pharmacies de dégager des revenus substantiels.

Un écouvillon en or. Depuis 18 mois que les Français se font régulièrement testés pour la Covid-19 et les pharmacies qui réalisent les tests antigéniques et qui délivrent des autotests ont dégagé des revenus importants de cette activité. Pour chaque test antigénique, une officine reçoit 25 euros (35 euros jusqu’en mai dernier) de la part de l’Assurance maladie, pour un prix d’achat compris entre 2,5 et 3,5 euros (ne tenant pas compte du temps nécessaire à l’examen et à son enregistrement). Pour les autotests, la marge brute est un peu moins importante : ils sont achetés entre 2 et 3,5 euros chez les grossistes et vendu 5,2 euros.

11 millions de tests par semaine en France

Avec 168 millions de tests PCR et antigénique réalisés en 2021, la manne financière est importante. Selon la Caisse nationale d’assurance maladie, les 16 000 pharmacies qui réalisent ou vendent des tests (sur les 21 000 officines) ont dégagé en moyenne 82 000 euros de chiffre d’affaires supplémentaire en 2021 à la suite de l’épidémie. Pour les 10 % de pharmacies les plus actives, le chiffre d’affaires Covid-19 s’élève à plus de 300 000 euros, soit 20 % de revenus additionnel. La ruée sur les tests des dernières semaines, liée à la vague Omicron et au protocole sanitaire dans les écoles, devrait accroitre encore ces revenus: 11 millions de tests sont réalisés en France chaque semaine en ce mois de janvier.

Une telle opportunité financière a conduit de nombreux prestataires à proposer aux pharmaciens de s’occuper de toute la logistique des tests en fournissant le matériel et les effectifs et en percevant en échange entre 10 et 12 euros par test. Mais certaines de ces  entreprises n’ont parfois pas de scrupule à contourner la réglementation. En effet, en principe, un « barnum » (une tente dans laquelle tout à chacun peut se faire tester dans la rue), doit être affilié à une pharmacie. Elle doit donc se trouver à proximité d’une officine et le test doit être lu par un pharmacien. En pratique, on aura tous constaté (notamment à Paris) que nombreuses sont les tentes qui sont installées sans aucune pharmacie à la ronde.

1 milliard d’euros en décembre 2021

Dans ces barnums, ce sont souvent des étudiants en santé qui officient. Généralement, ils ne sont pas salariés des prestataires et agissent en tant qu’ « auto-entrepreneurs ». Une stratégie bien connue qui permet de contourner les dispositions du droit du travail et d’imposer des horaires de travail très « souples » (jusqu’à 13 heures par jour). En principe, la lutte contre ces barnums illégaux relève des agences régionales de santé (ARS), mais selon une enquête du journal Libération, peu d’actions seraient concrètement entreprises.

Si le dépistage massif est une aubaine pour certaines pharmacies, il représente à l’inverse une source de dépenses importantes pour l’Assurance maladie. Les tests ont couté 6,7 milliards d’euros à la collectivité en 2021, dont 1 milliard pour le seul mois de décembre. Pour réduire les couts, le gouvernement s’est pour le moment contenté de supprimer le droit à la gratuité pour les non-assurés sociaux et les non-vaccinés depuis le 15 octobre dernier. Selon Libération, l’Assurance maladie plancherait actuellement sur une diminution du prix des tests antigéniques et des autotests. La fin de la politique de dépistage massif n’est en revanche pas à l’ordre du jour.

La manne financière n’est donc pas prête de se tarir.

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • "Big Pharma" pour "Big Pharma"

    Le 30 janvier 2022

    Article courageux, lucide, mais peu commenté, allez savoir.
    Un travail " Big Labo " serait utile.

    Notons, à l'heure du "tout éthique" que les commentaires sont moins virulents ou absents, quand il s'agit de s'interroger sur le Covid - Business et ses juteux profits individuels bien loin des GAFAs , du "Big Pharma" ou de l'IHU.

    Du Mac Do au Labo : De la à penser qu'un décrescendo souhaitable dans l'hystérie testante ferait des grincheux ou des nostalgiques ?

    Dr JP Bonnet

Réagir à cet article