Détection échographique de cancers de la thyroïde après irradiation dans l’enfance

L’irradiation de la tête ou du thorax pour cancer dans l’enfance est associée à une augmentation du risque de cancer différencié de la thyroïde. Les recommandations suggèrent d’effectuer une palpation de la thyroïde tous les ans, une échographie et une cytoponction si un nodule est palpé.

Cette étude proposait une surveillance échographique 2 ans après l’irradiation, répétée tous les 2 ans en cas de normalité. Si un nodule de moins de 5 mm était détecté, l’échographie était répétée 6 mois plus tard. S’il mesurait plus de 5 mm, une cytoponction était réalisée suivie d’une thyroïdectomie totale avec curage ganglionnaire en cas de cytologie confirmant un cancer ou suspecte.

L’analyse rétrospective de cette stratégie diagnostique a montré qu’elle était efficace pour détecter les cancers papillaires dont la moitié était invasifs. Ces cancers sont d’autant mieux traités que dépistés précocement ; la palpation thyroïdienne est insuffisante pour détecter les tumeurs malignes infracentimétriques, donc la surveillance échographique selon ces modalités est recommandée.  

Dr Stéphanie Bernard

Référence
Ehtisham S et coll. : Papillary thyroid cancer is commonly detected when routine ultrasound screening is used for evaluation after radiation exposure during childhood cancer treatment. 8th Joint Meeting of the Lawson Wilkins Pediatric Endocrine Society / European Society for Pediatric Endocrinology (New York) : 9-12 September 2009.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.