Exposition in utero au distilbène : quel est le risque de cancer du sein ?

La prise de distilbène (DES) est associée à une augmentation de la fréquence du cancer du sein chez les femmes ayant pris cette molécule dans les années 50 à 70 pour lutter contre le risque de fausse-couche. Cette hormone de synthèse entraînant des malformations génitales chez les enfants de ces femmes, il est logique de se demander s’il n’existe pas également une augmentation du  risque de cancer du sein chez les filles. C’est l’hypothèse que souhaitaient développer JR Palmer et coll. en entreprenant cette étude de suivi depuis les années 70.

Durant la période de surveillance il y a eu 102 nouveaux cas de cancer du sein parmi les femmes exposées au DES in utero (98 591 années-personnes) et 76 dans le groupe non exposé (35 046 années-personnes). Le risque relatif global ajusté sur l’âge était de 1,40 (IC95 % 0,89-2,22). Après 40 ans, le risque relatif passait à 1,91 (IC95 % 1,09-3,33) et à 3 après 50 ans (IC95 % 1,01-8,98).

Cette étude prospective est la première a révéler l’existence d’une relation épidémiologique entre l’exposition in utero au DES et le risque ultérieur de cancer du sein après 40 ans.

Abstraction faite de la faiblesse de cette relation épidémiologique avec des bornes inférieures des intervalles de confiance à la limite de l’unité, ces données suggèrent une influence possible de l’environnement hormonal prénatal dans l’apparition ultérieure du cancer du sein chez l’adulte incitant à poursuivre les recherches dans cette voie.

Ce n’est pas la première fois que l’hypothèse qu’un facteur prénatal puisse influencer le risque d’une maladie de l’adulte est soulevée. Cela doit conduire le clinicien à beaucoup de prudence dans l’utilisation des médicaments chez la femme enceinte.

Dr Jean-Michel Brideron

Référence
Palmer JR « Prenatal diethylstilbestrol exposure and risk of breast cancer. » Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2006;15:1509-14.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article