Fonctions cognitives : miser sur les caroténoïdes aussi !

Des associations positives entre la prise de fruits et légumes et la protection des fonctions intellectuelles ont été souvent observées. Parmi les composés des fruits et légumes, les flavonoïdes ont été plus particulièrement impliqués dans ces bénéfices. Cette nouvelle recherche porte sur les effets d’une autre catégorie de composants, les caroténoïdes, sur les fonctions cognitives subjectives.

Dans cette étude prospective menée aux USA, 49 483 femmes âgées de 48 ans en moyenne à l’inclusion ont été suivies sur 30 ans, de 1984 à 2012 et 2014. La consommation alimentaire a été relevée 12 fois au cours de l’étude par questionnaire de fréquence alimentaire. Les fonctions subjectives cognitives ont été mesurées par un questionnaire portant sur la mémoire et les fonctions cognitives en 7 points, en 2012 et en 2014. Notons que les résultats de ce questionnaire, préalablement validé, sont étroitement corrélés aux mesures de déclin cognitif. Les scores de fonctions cognitives subjectives ont été répartis en 3 niveaux, « bon » (0 points, 40,8 %), « moyen » (0,5–2,5 points, 46,9 %), et “faible” (3–7 points, 12,3 %).

Moins de risque d’avoir de mauvais scores de fonctions cognitives

Une consommation élevée de caroténoïdes a été associée à une diminution du risque d’avoir des scores « moyen » et « faible », après prise en compte de facteurs confondants. Cette baisse atteignait 14 % entre les quartiles extrêmes pour le risque d’avoir des fonctions cognitives subjectives moyennes (Odds ratio OR 0,86, intervalle de confiance à 95 % IC 95% : 0,80-0,93; p < 0,001) ; et 33 % pour le risque d’avoir des fonctions subjectives faibles (OR 0 ,67, IC 95% : 0,60- 0,75 ; p < 0,001). Parmi les différents caroténoïdes, ces associations ont été confirmées avec le β-carotène total, le β-carotène alimentaire seul, l’α-carotène, le lycopène, la lutéine et la zéaxanthine, et la β-cryptoxanthine. Après ajustements mutuels, les associations persistaient pour la β-cryptoxanthine, le lycopène, la lutéine et la zéaxanthine.

Rappelons quelques sources importantes de ces caroténoïdes :
•    β-carotène : carottes, patates douces orange, feuilles vertes
•    α-carotène : carottes, citrouilles
•    lycopène : tomates et dérivés
•    lutéine, zéaxanthine et béta-cryptoxanthine : maïs, courgettes, kiwis, épinards, poivrons orange, concombre, petits pois, choux de Bruxelles, brocolis, jus d’orange, œufs.  

Plusieurs études, dont certaines françaises, avaient déjà rapporté une protection cognitive avec une alimentation riche (ou des taux sériques élevés) en caroténoïdes ; d’autres études d’imagerie avaient montré un meilleur fonctionnement cérébral avec une alimentation riche en ces composés.

Plutôt les aliments que les compléments

Quel effet des caroténoïdes en compléments ? Dans cette nouvelle étude, les auteurs ont mis en évidence un lien protecteur avec le β-carotène total, le β-carotène alimentaire, mais pas celui provenant de compléments. Par ailleurs, les nutritionnistes ont à l’esprit les effets délétères de compléments alimentaires en β-carotène sur le cancer du poumon, dans les études ATBC et CARET. La prudence s’impose donc pour ces compléments.

Le β-carotène pourrait agir sur l’activité des télomérases et les caroténoïdes dans leur ensemble par un effet antioxydant.

Dans l’ensemble, ces études précisent les effets protecteurs vraisemblables des fruits et légumes sur la cognition.

Dr Viviane de La Guéronnière

Références
Yuan C et coll. : Long-Term Intake of Dietary Carotenoids Is Positively Associated with Late-Life Subjective Cognitive Function in a Prospective Study in US Women. The Journal of Nutrition, 2020 ; publication avancée en ligne le 9 mai. doi : 10.1093/jn/nxaa087.
Boccardi V et coll. : Beta-carotene, telomerase activity and Alzheimer’s disease in old age subjects. European Journal of Nutrition, 2020. doi: 10.1007/s00394-019-01892-y.
Zwilling CE et coll. : Nutrient biomarker patterns, cognitive function, and fMRI measures of network efficiency in the aging brain. NeuroImage, 2019, doi: 10.1016/j.neuroimage.2018.12.007.
Lindbergh CA et coll. : Relationship of Lutein and Zeaxanthin Levels to Neurocognitive Functioning: An fMRI Study of Older Adults. J Int Neuropsychol Soc., 2017. doi: 10.1017/S1355617716000850.
Kesse-Guyot E et coll. : Carotenoid-rich dietary patterns during midlife and subsequent cognitive function. Br J Nutr., 2014. doi: 10.1017/S0007114513003188.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article