J'ai testé une conférence d'Henri Joyeux

Paris, le samedi 17 novembre 2018 – Pour offrir au grand public une information scientifique d’une meilleure qualité, il est parfois recommandé de s’en remettre aux experts. Cette préconisation doit cependant être suivie avec prudence, car la parole de certains de ceux qui se présentent comme des experts se révèle parfois totalement anti scientifique. Et, les discours de ces pseudo-experts, en raison de leur réputation, gage de légitimité, représentent un danger majeur. Le professeur Henri Joyeux en est un exemple type : depuis plusieurs années, le praticien véhicule un discours qui va totalement à l’encontre de la médecine basée sur la science et qui compte tenu de son "aura" n’est pas sans risque pour ceux qui l’écoutent.

Il convient en effet de rappeler que contrairement à ce qu’il avance régulièrement comme ligne de défense Henri Joyeux est farouchement hostile à la vaccination et ne se contente pas de discuter la pertinence de son caractère obligatoire. La lecture de différents passages de ses livres ou de son site internet permettait déjà de s’en convaincre.

Aujourd’hui, l’un de nos lecteurs nous en apporte une nouvelle démonstration en nous racontant une récente conférence du professeur Joyeux en Belgique. Cette expérience, si elle est avérée, confirmerait non seulement un discours ubuesque sur la vaccination, mais au-delà sur de nombreux sujets médicaux. A la lueur de tels propos, on constate que l’annulation de la radiation du professeur Joyeux par le Conseil de l’Ordre a sans doute omis de nombreux arguments en faveur de cette sanction...

Par le Dr Laurent Ferry

Me voilà assis à attendre le conférencier pour qui plus de 200 personnes ont fait le déplacement : Henri Joyeux. Le public belge est très hétéroclite. Des parents sont venus avec leur bébé.

Une librairie tournaisienne est venue vendre ses livres. Cette conférence se tient « au profit de la recherche médicale en ophtalmologie ». A quelle hauteur ? Qu'en retire Henri Joyeux ?
La conférence s'intitule "Manger mieux et meilleur, un outil de performance à tous les niveaux de votre être".

Il arrive.
Henri Joyeux est introduit par l'organisateur comme un "immense talent", une "belle personne" : le public applaudit. Il commence sa conférence par une pensée du Dalaï Lama avant d'embrayer sur le sujet de la soirée.

"Tous les jours je rencontre des personnes qui sont dans une véritable pathologie. Je regarde comment vivent ces gens. Si on leur avait dit, si on leur avait expliqué, si on leur avait appris à manger mieux et meilleur !" Il cite des maladies : diabète de type 1, Alzheimer, cancer... Puis laisse présager qu'il va nous apprendre quelque chose : "On nous fait croire... c'est faux…"

Henri Joyeux parle ensuite du Sida. "J'ai fermé les yeux à plus d'une centaine de jeunes du sida."
Il nous raconte une rencontre avec un patient, un jeune sidéen qui aurait diminué sa charge virale par 6, sans traitement, grâce au livre de… Henri Joyeux. "Le jeune sort de son sac mon livre "Changer d'alimentation" et mon livre sur les abeilles. Le changement d'alimentation a permis de réduire le taux viral. Il a mangé plus de végétal, laissé tomber les protéines animales, le gluten, le lait...".

Un calcul inepte

Alors que, rappelons-le, le thème de la conférence est "manger mieux", Henri Joyeux commence à parler des vaccins. Il interpelle des parents venus avec leur bébé de 4 mois. "Ils veulent vacciner les enfants à deux mois mais un enfant allaité par sa maman, il est vacciné par sa maman. Son système immunitaire, il est en construction. Ha bon, docteur, il faut combien de temps pour construire le système immunitaire de ce bébé qui a 4 mois. Il est beau, je le vois hein." Il se perd ensuite dans un calcul dont je cherche encore l'explication : "Il faut, à partir du jour de la conception, vous allez compter le temps de la grossesse, 9 mois, ça fait 268 jours grosso modo et vous ajoutez deux années de 265 de croissance 265 ça vous fait 8 jours. Le système immunitaire, le nôtre, il est mature grosso modo à l'âge de deux ans".

Il minimise ensuite les dangers des maladies contre lesquelles on vaccine : "Contre l'haemophilus influenzae B qui peut donner des méningites des rares fois chez des enfants qui sont en très mauvaise santé. On a donné à penser à traiter la coqueluche. Coque ... On a tous eu la coqueluche, la coqueluche il vaut mieux l'avoir enfant que l'avoir adulte on peut l'avoir plusieurs fois. Puis, il y a l'hépatite B. Comment un enfant peut-il attraper l'hépatite B ?!».

Les dangers du lait et autres poncifs

Retour après cette digression à l'alimentation. Le lait donnerait le cancer : "Plus vous consommez du calcium d'origine animale, plus vous aurez de l'ostéoporose, plus vous aurez de l'acidité et l'acidité fait le chemin du cancer. ". Puis : "Nous ne sommes plus dans l'alcoolisme mais dans le lactolisme."

Il cite plusieurs fois ses livres et parle de son site internet, de sa lettre, parle d'une boîte qui vend des compléments alimentaires. Il parle de ses "recherches". Le tout sur un fond de complotisme : "On se fout de tout, on nous manipule, on nous prend pour des con... sommateurs."

De façon régulière, il parle de ses confrères avec mépris : "Dans les facs de médecine, je connais mes collègues. Il en sont encore au régime du diabétique, de l'hypertendu."

Il parle avec vulgarité et, à plusieurs reprises, sort des stéréotypes sur les nationalités :
"Les Anglais n'ont pas de palais".
"Je n'ai rien contre les Polonais ou les Turcs,…"
"Le riz blanc, il faut le laisser aux Chinois"
"Le Nutella, faut le laisser aux Italiens".

Sans transition, il se met à parler d'un procès qui l'a opposé à la télévision publique belge : "La RTBF ce sont des coquins. Je peux le dire publiquement. Je leur ai fait un procès. L'avocat a dit : "je vous défends gratuitement". On a gagné."

La conférence s'achève sur des questions-réponses. Une question porte sur l' Hélicobacter pylori.
Henri Joyeux répond que l'Hélicobacter est dû au lait et qu'il suffit de prendre du propolis... Et ne pas écouter son "tubologue"...

Quelques réflexions après cette expérience édifiante

C’était une conférence ennuyeuse. On n'y apprend rien.
Henri Joyeux fait des leçons d'anatomie-physiologie niveau CP et ses connaissances paraissent basiques (il cite par exemple la radio, le scanner et l'écho comme outils de diagnostic du cancer... Connaît-il les progrès effectués, comme l'imagerie par résonance, le PETscan, les marqueurs tumoraux,...? ).

Le discours est vide, on ne rentre avec aucun conseil nutritionnel intéressant pour la santé, même pire. Il recommande du vin, du chocolat la nuit,... Et les caries ? Un œuf à la coque chaque matin... Et le cholestérol ?

Il donne aussi des conseils dangereux pour ceux qui les appliqueraient. Je pense notamment aux sidéens, aux parents qui ne vaccineraient pas leurs enfants, à la personne qui ne prendrait pas son traitement contre l'hypertension,… Des conseils qui vont à l'encontre des connaissances scientifiques actuelles.

Concernant plus particulièrement la vaccination, il laisse croire que l'allaitement suffit pour protéger les enfants des maladies infectieuses. C'est tout simplement faux. Il ne protège par exemple pas du tout contre la diphtérie et le tétanos. Et si l'allaitement offre une petite protection pour certaines maladies, l'effet n'est pas assez important pour remplacer les vaccinations recommandées.

Ces propos sont extrêmement problématiques. On connaît les risques en cas de non-vaccination… Il semble ignorer que la coqueluche est responsable de décès de bébés chaque année, partout dans le monde et aussi en France et en Belgique.

Pour l'Haemophilus influenzae, ce qu'il prétend est faux. Et quand bien même cette bactérie ne toucherait que les enfants "en très mauvaise santé", ne peuvent-ils pas avoir la chance d'être protégés par la vaccination des autres enfants ?

Si vous voulez être en bonne santé, mangez sainement, diversifié, équilibré mais n'allez pas à une conférence de Henri Joyeux.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (29)

  • En matière de pharmacopée c'est que du business

    Le 17 novembre 2018

    C'est l'éternelle confrontation entre les adeptes de la médecine naturelle et les barons de la médecine conventionnelle.
    Nous ne sommes pas contre cette dernière qui a fait beaucoup pour l'humanité en matière de progrès dans les soins.
    Malheureusement, en matière de pharmacopée c'est que du business.
    Même chose pour les produits des laboratoires de santé naturelle.
    Ainsi les recommandations de la médecine conventionnelle concernant certaines maladies chroniques sont à côté de la plaque, je pense notamment aux maladies que vous avez cité dans l'article comme le diabète par exemple ou le cholestérol.

    Encore une fois, c'est les laboratoires de recherche qui sont responsables de beaucoup de dérives. Je suis convaincu qu'ils pourraient trouver des traitements pour des maladies chroniques s'ils le veulent. Mais cela ne les arrange pas. C'est une source d'argent beaucoup trop importante.

    R.

  • L'obscurantisme règne

    Le 17 novembre 2018

    Bravo! Très bon rapport d'une "conférence" à laquelle le Professeur Joyeux à confirmé son adhésion au complotisme et prouvé l'évanescence de sa culture scientifique. Inquiétant pour nos enfants! Ce qui est aussi surprenant, c'est la position du Conseil de l'Ordre concernant l'annulation de sa radiation. L'obscurantisme règne dans toutes les sphères.

    Dr Didier Geist

  • Article maladroit

    Le 17 novembre 2018

    Quand on attaque ce triste sire on se doit d'être parfait ; manger un œuf n'a jamais augmenté le taux de cholestérol.

    Dr Pierre Castaing

  • Attention aux arguments !

    Le 17 novembre 2018

    D'accord pour s'opposer aux arguties de ce sinistre Joyeux mais si c'est pour parler des oeufs qui "donnnent du cholestérol" on n'élève pas beaucoup le niveau...

    Dr EG

  • Haro Joyeuxsement sur le Baudet

    Le 17 novembre 2018

    Les bactéries multi résistantes, les maladies nosocomiales, la pollution qui gangrène notre alimentation, le tandem Monsanto / Bayer c'est aussi ça la "science"...

    Dr B. Lamy

  • Le sectarisme des deux côtés

    Le 17 novembre 2018

    Il y a des vérités des deux côtés.
    Le sectarisme des deux côtés est la plus mauvaise attitude ! Il faut garder de la retenue et prendre du recul par rapport au réel. La bonne attitude n'est jamais toute blanche ou toute noire…

    Dr Roland Plumeau

  • Bravo

    Le 17 novembre 2018

    Bravo à notre confrère qui a eu le courage d'écouter toutes ces sornettes.


    Dr Michel de Guibert

  • C'est un clown dangereux

    Le 17 novembre 2018

    Crois t-il à ce qu'il dit ?
    A t-il la moindre preuve à l'échelle d'un pays ?
    Mais il fait des bénéfices financiers, c'est tout.


    Dr Xavier-Jacques Weber

  • Le Dr Ferry eut mieux fait de s’abstenir

    Le 18 novembre 2018

    Je ne sais pas si cet article a été écrit par le Dr Ferry, mais si oui il eut mieux fait de s’abstenir et pour une fois je regrette que le JIM l’ait relayé.
    En effet plus vaseux que ça c’est pas possible, décousu et encore plus inepte je pense que les propos de l’orateur, on y sent un parti pris non négligeable...car enfin il me parait impossible que des éléments positifs n’en soient pas sortis.
    Je vais prochainement assister pour la première fois à Marseille à un congrès de médecine naturelle ou Mr Joyeux participera, je souhaite vivement que le JIM me laissera m’exprimer.

    Dr Patricia Erbibou

  • De tout !

    Le 18 novembre 2018

    En réponse à "R." on peut se demander pour cette conférence qui fait de l'argent ! Même si ça ne m'a jamais semblé un péché !

    Certes l’œuf quotidien n'est peut-être pas cholestérolémiant... mais il y a pas si longtemps c'était une vérité, puis ce fut une erreur... ne soyons pas trop péremptoires avec des sujets bien difficiles et probablement multifactoriels.

    En tant que microbiologiste (retraité) j'affirme que H. influenzae est un pathogène important et fort agressif aussi chez l'adulte. Beaucoup admettent que nombre des morts de la grippe espagnole le furent de sur-infection à S. aureus et H. influenzae (d'où son nom signifiant "grippe". C'est dire à quel fréquence il fut trouvé).

    Et je ne vois pas en quoi l’immaturité du système immunitaire interdirait de le stimuler. Il l'est d'ailleurs, et plus à cet age qu'à tout autre, par la multitude d'Ag que rencontre pour la première fois le nourrisson. On accuse même sa trop faible stimulation (ou la pauvreté de diversité de stimulation) de faire le lit de maladies comme l'asthme... Alors ? Une pétition de principe ?

    Dr Yves Gille

  • Chasse aux sorcières

    Le 18 novembre 2018

    En ce qui concerne les maladies contagieuses chez les nourrissons, ne faudrait il pas tout d'abord apprendre aux gens à ne pas les toucher à tout bout de champ sans s’être lavé correctement les mains, sans leur postillonner dessus... ?
    Les progrès en hygiène ont toujours permis les plus grandes avancées en matière de santé...

    Et pardon pour ce discours sur la conférence du Pr Joyeux relaté par on ne sais qui (?), mais dans ce commentaire je ne vois pas la moindre démarche scientifique, mais juste une chasse aux sorcières....
    Sommes nous vraiment au 21e siècle?

    Joelle Pous (IDE)

  • Un peu d'humilité

    Le 18 novembre 2018

    Je suis atterré de toutes ces allégations...cette prose orientée pour déconsidérer quelqu'un qui a voué sa vie à la médecine est proprement indécente et peu digne. Certes on peut être en désaccord sur le fond... mais c'est souvent par croyances ou principes... je n'écarte aucune thèse et je me donne le moyen d'être critique (lecture) pour le bien de mes patients...

    Chers confrères un peu d'humilité et de décence.


    Dr Dominique Chazal

    Dr D CHAZAL

  • Le siècle des lumières...

    Le 19 novembre 2018

    On pense qu'il est derrière nous en notion historique... pourtant il reste encore beaucoup de lumières à allumer. Lorsque j'entends un(e) médecin "patenté" à la télé, aux heures de grandes écoutes, dire que la "norme" de température du corps est à 37°C, et qu'en dessous, 36°C c'est de l'hypothermie, au dessus 37°C5 c'est déjà de la fièvre... on en est encore au 19ème siècle ! Un métabolisme basal est propre à chacun, comme il existe les petits dormeurs et les grands dormeurs sans que ce soit pathologique, certains ont un métabolisme basal "hypocalorique" et d'autre "hypercalorique" en terme de température corporelle. Certaine brûlent tout ce qu'ils mangent quand d'autres stockent le peu qu'ils ingèrent.
    Pourquoi vouloir normer à tout prix sur un chiffre ? L'humain se réduit-il à une somme de chiffre fussent-ils "médicaux" ?

    Lorsque j'enseignais en école d'infirmière je leur disais " il y a deux normes : celle qui est médicale, qui nous montre une balise pour l'être humain, puis les normes du patient. Partir de sa norme est aussi important que de se référer à celles de la médecine. Si son métabolisme basal est plutôt "hypocalorique" et que sa température basale est à 36°C, on doit s'inquiéter à 37°5 C. c'est un degré et demi de plus, ce peut être un vrai début de fièvre. Si sa basale est à 37°C, ce n'est qu'un demi degré en plus." Un patient lorsqu'il a été déjà malade connait sa température basale pour y être revenu après un épisode d'hyperthermie. Certains supportent très bien 39°C quand d'autres sont très mal à 38°C. Mais qui la lui demande ? Car qui admet qu'un individu ne puisse pas entrer dans les "normes" finies et donc rigides décrétées par la médecine ?

    Le patient se connaît et sait quand ça ne va pas. Mais la médecine veut le plus souvent faire entrer l'individu dans ses normes.
    Je ne crédite absolument pas le professeur Joyeux. Je discute ici d'une approche différente que l'on peut avoir sur les "normes" médicales qui sont imposées comme vérités en France. Cela contribue à discréditer certains échanges avec les malades lorsqu'ils évoquent "leurs normes".

    C.D.

  • Le message de Marc Aurèle

    Le 19 novembre 2018

    "Dionète m'a appris à ne pas m'empresser pour des choses frivoles, à me défier de ce que les charlatans et les imposteurs racontent sur les incantations magiques, les évocations de démons et autres choses du même genre..."

    Marc Aurèle (Pensées pour moi-même)

    Dr YD

  • Polémique sans intérêt !

    Le 21 novembre 2018

    Ce commentaire n'apporte absolument aucun argument concret, du pur dénigrement, alors que Joyeux fait salles combles comme les 1700 auditeurs de sa conférence 2017 au salon bio de Strasbourg (prenez en de la graine quand le congrès annuel des MG Pte Maillot a du mal à réunir 600 personnes dans ses conférences) et le signataire , comme beaucoup de médecins, n'a aucune notion de vaccinologie d'ailleurs inexistante du cursus universitaire... et les exemples sont vraiment mal choisis: le vaccin tétanique est un placebo pour une affection non immunisante, 250 morts années 20, 150 années 30; introduction et obligation introduite en 1940, la mortalité est remontée à 987 en 1943 et à 1031 en 1944, il aura fallu attendre 1975 pour retrouver les chiffres d'avant guerre. Si vous aviez étudié un minimum l'histoire de la diphtérie, vous auriez constaté qu'elle a diminué de la même façon dans les régions qui ont vacciné que dans celles qui n'ont pas vacciné (Suisse -Vaux/Genève; Hongrie - Budapest/campagne...). En France 4.000 morts en 1915, descendus à 670 avant l'introduction et obligation du vaccin en 1938, 200 en 1950. Par contre, suite à l'introduction du vaccin il y eut un pic de 3.300 morts et il en fut ainsi (incidence x6) à l'introduction du vaccin un peu avant chez les Prussiens qui ensuite l'ont abandonné. Pour le HIb des vaccins polyvalents, b = 3% des affections à HI comme le d, le a = 10%, le f = 32%, 45% ne sont pas typés et 7% ne sont pas typables... Donc revoyez votre copie, cher docteur comme tous ceux qui vous suivent.... Je peux amplement vous développer le sujet. C'est affolant comme beaucoup de certitudes reçues sur les bancs de la fac disparaissent à mesure qu'on approfondit la chose mais je vous le concède, il faut du temps...

    Serge Rader, pharmacien

  • Les dogmatismes ferment l'esprit au progrès

    Le 22 novembre 2018

    Dr Laurent Ferry, si vous souhaitez combattre des inepties n'en sortez pas vous même: qu'importe si le lait maternel ne protège pas le bébé contre le tétanos (je n'en suis pas sûre mais je veux bien vous croire), on voit mal comment celui ci peut le contracter vu le mode de transmission...
    D'autre part, quel dommage d'ironiser ainsi et de rejeter tout en bloc, nous avons encore tellement à apprendre! Tous les dogmatismes ferment l'esprit au progrès.

    Lydia Defillon (SF)

  • Dogmatisme

    Le 24 novembre 2018

    Très bien Lydia. Bravo.
    Votre réaction me parait aller dans le bons sens en face des certitudes que "on" veut imposer . Nous sommes nombreux dans ce cas mais peu s'expriment.
    Ma contribution plus haut allait dans le même sens.

    Dr Roland Plumeau

  • Empirisme et démagogie (à Madame Defillon)

    Le 24 novembre 2018

    En partant du principe empirique que le jardinier qui retire de sa paume l'épine du rosier qu'il taillait était auparavant un nourrisson, on comprend mieux le concept de vaccination et de prévention primaire.

    Méfions nous cependant de l'empirique, qui laisse parfois entrevoir de fausse vérité, pour nous rappeler que la science est là justement pour nous en premunir : un exemple ne fait pas une loi immuable.
    Dans le cas contraire, on tombe dans le dogmatisme.

    Monsieur Joyeux quant à lui ne vise apparemment pas à remettre en cause sainement les certitudes.
    En prenant pour argent comptant le rapporteur de cet article, sa démarche semble axée sur des bénéfices plus personnels...

    Dr Nicolas Bartolomeo

  • Le vaccin tétanique soi-disant un placebo !

    Le 24 novembre 2018

    L'inénarrable Serge Rader ose écrire : "le vaccin tétanique est un placebo pour une affection non immunisante" (sic).
    S'il est exact que l'affection est non immunisante, oser dire que la vaccin antitétanique (anatoxine) est un placebo discrédite définitivement l'auteur de cette assertion.
    Heureusement, le tétanos a presque disparu, moins d'un dizaine de cas par an, grâce à la vaccination, alors qu'il y avait encore environ 400 cas par an quand j'ai commencé mes études de médecine, le plus souvent chez des personnes âgées, et un peu plus jeunes chez les femmes que chez les hommes ayant fait leur service militaire, qui n'étaient plus vaccinées depuis longtemps à l'âge adulte.

    Aujourd'hui les seuls et rares cas de tétanos sont le fait de personnes non ou mal vaccinées, comme cet enfant de 8 ans l'été 2015 à Tours qui, de plus, avait été victime d'un faux-certificat de vaccination par son pédiatre (aujourd'hui radié de l'Ordre des Médecins).
    Serge Rader est dangereux: il y a des mots qui tuent !

    Dr Michel de Guibert

  • Le tetanos selon Serge Rader

    Le 24 novembre 2018

    Selon M. Serge Rader, le tétanos est non immunisant donc le vaccin ne sert à rien. Il devrait réviser un peu alors je me permets de lui donner ce petit résumé.
    Qui est le coupable ? Clostridium tetani, dans une plaie, avec des toxines !
    • L'agent pathogène du tétanos est un bacille/bactérie anaérobie qui est présent un peu partout dans l'environnement sous forme de spores. Il s'agit d'une forme "dormante" sous laquelle il ne se reproduit pas, il est en attente des conditions favorables à sa germination (c'est-à-dire à son "réveil").

    • Des spores dormantes peuvent être introduites dans le corps humain à l'occasion d'une blessure. Les plaies profondes, punctiformes, les plaies contenant des tissus dévitalisés ou un corps étranger créent un environnement plus favorable au développement du Clostridium tetani, mais n'importe quelle effraction cutanée, même la plus superficielle, peut permettre l'infection.

    • Si la plaie est très mal ou pas oxygénée (environnement anaérobie, par exemple: plaies infectées, contenant des tissus nécrotiques ou des corps étrangers), la spore se réveille et le bacille commence à se multiplier sur place, il n'est pas mobile. Quand un bacille meurt, il libère des toxines, dont la tétanospasmine, extrêmement neurotoxique.

    Ce sont les toxines qui sont responsables des symptômes du tétanos, et non les bacilles. Les toxines, contrairement aux bacilles, sont mobiles et non anaérobies, et elles en veulent à votre système nerveux.
    La quantité de toxine suffisante pour déclencher la maladie est très faible.

    • Tellement faible que la réponse immunitaire ne pourra pas se mettre en place. La dose mortelle est d'environ 175 nanogrammes pour un adulte de 70 kg (1 nanogramme=0.000000001 gramme). Il n'y aura pas fabrication d'anticorps pour neutraliser les toxines avant qu'elles atteignent les terminaisons des axones.

    • Sachant cela, il suffit, pour procéder à la vaccination, de présenter au corps une quantité très élevée d'une version inactivée de la toxine, appelée anatoxine. Cette anatoxine est non toxique pour le système nerveux et a l'avantage, si elle est administrée en quantité suffisante, d'induire la fabrication d'anticorps (appelés antitoxines) capables de neutraliser les "vraies" toxines.

    Une primo-vaccination, que ce soit chez le nourrisson ou l'adulte, consiste en plusieurs injections qui contiennent chacune au moins 30 microgrammes d'anatoxines (les notices indiquent 40 UI ou 10 Lf, sachant que 1 milligramme correspond à 320-400 Lf). La dose immunogène est donc au moins plusieurs centaines de fois supérieure à la dose létale.
    J’espère que cela lui suffira pour comprendre. Par ailleurs les données épidémiologiques qu’il assène sont fausses, qu’il nous en donne les sources.

    Plus généralement, il est souvent dit que la médecine est un art mais il me semble qu’elle est basée aussi sur la science. Et en science, tout ce que l’on affirme doit être démontré et pouvoir être reproduit. On attend les démonstrations scientifiques des assertions du Pr Joyeux et de ses adeptes.

    Jean-Pierre Guichard (pharmacien)

  • Sources

    Le 24 novembre 2018

    Vous devriez indiquer vos sources, Jean-Pierre Guichard !
    http://rougeole-epidemiologie.overblog.com/vaccination-contre-le-t%C3%A9tanos-et-d%C3%A9sinformation

  • Assumer (réponse à R)

    Le 25 novembre 2018

    Quand on porte des accusations aussi graves (les laboratoires de recherche (=les chercheurs) ne veulent pas trouver de traitement car ça rapporte trop de laisser les gens malades), il faut au moins signer son accusation. La diffamation, ça s'assume !


    Dr Blandine Courtot

  • Douter toujours

    Le 25 novembre 2018

    La recherche de la vérité (si elle existe...) commande plus de douter que d'affirmer péremptoirement, ou de se moquer jusqu'à la caricature... Quoiqu'il en soit, il y a un principe que la France oublie allègrement, marquant l'obscurantisme du pouvoir officiel, y compris médical, est celui de la liberté d'expression, chère à Voltaire. Quant à l'histoire de la Médecine, elle est remplie d'erreurs, vendue pourtant un jour comme une vérité officielle. Le doute et la modestie sont les vertus cardinales du vrai scientifique.

    Dr Christian Trape

  • Navrant

    Le 25 novembre 2018

    C’est navrant et insultant pour les médecins que le discours du "bon" Dr Joyeux soit encore écouté.

    Dr Roland Cezannebert

  • Torchon

    Le 25 novembre 2018

    Où est le vrai, où est le faux ! Chaque chercheur veut un scoop et on voit un oeuf publié "hypercholesterolémiant" puis après, le même oeuf devenir hypocholestérolémiant. Ajoutez à celà la corruption entretenue par Big Pharma et on arrive au "tous pourris",dommage qu'un docteur en médecine attaque un autre docteur en médecine (fut-il professeur) et qu'un rédacteur en chef laisse publier ce torchon.

    Dr Pierre Rouzaud

  • Cholesterol et oeuf

    Le 25 novembre 2018

    Y a-t-il des études anglosaxones sur la relation entre oeuf et cholesterol vu que c'est l'ingrédient principal de leur petit-déjeuner? Quel est le pourcentage de personnes avec un taux élevé de cholesterol chez nos voisins britanniques?

    Dr Anne-Laure Salem

  • Oeuf et cholestérol

    Le 02 décembre 2018

    Amusant de voir botter en touche sur l'oeuf hypercholestrolémiant pour éluder les c.......s de Joyeux !

    Dr François-Marie Lelay

  • Oeufs et santé

    Le 06 décembre 2018

    Le cholestérol n'est qu'un paramètre biologique peu intéressant.
    Plusieurs meta analyses montrent que les œufs sont plutôt neutres pour la santé, ou faiblement protecteurs, pour une consommation dans certaines études sources jusqu'à 20 œufs/s. Les œufs semblent protecteurs pour le risque d'avc, mais pas coronaire, pas d'effet sur le cancer. Les études ne permettent pas de distinguer les effets des œufs "industriels" ou type "bio" (même si dans les études les œufs industriels sont très largement majoritaires), les effets du mode de cuisine, de la consommation le matin ou le soir, dont le role a été proposé par certains, il y aurait peut-être une différence d'impact selon que l'on est diabétique ou pas. Je crois que la société américaine de cardiologique recommande la consommation jusqu'à 1 oeuf par jour. L'œuf semble une source de protéine intéressante, par rapport aux autres.
    Je ne cite pas les sources, vous les trouverez facilement si cela vous intéresse.

    Dr Philippe Martinez

  • Quelle mascarade !

    Le 10 décembre 2018

    J’ai effectivement testé une conférence de ce monsieur.
    Donc ceci est une réaction à chaud après un congrès de médecine naturelle des 8 et 9 décembre au parc Chanot à Marseille.
    Le patronyme doit jouer un rôle sur l’humeur car plus Joyeux que ça tu meurs, inauguration donc de ce congrès : je n’ai jamais entendu autant d’inepties, rien de scientifique beaucoup d’attaques et de mise en accusation de notre système de médecine qui même imparfait ne mérite pas autant d’opprobre.
    Accompagné de son épouse sur le podium je n’ai en ce qui me concerne retenu que deux éléments le premier étant que ses ennuis ordinaux étaient quasiment terminés et que tous les soirs il mangeait avec son épouse 1/2 carré de chocolat : Omegachoco ce qui les apaisaient et mieux dormir ...
    Voilà ceci était inaugural de ce congrès : envie de hurler et m’enfuir, mais je suis restée et heureusement car les autres orateurs avaient un vrai talent scientifique.
    Quelle mascarade !

    Dr Patricia Erbibou

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.