La Chine prête à « enquêter » sur l’origine du SARS-CoV-2

Pékin, le lundi 25 mai – Sous la pression des Occidentaux, le gouvernement chinois s’est dit prêt à une coopération internationale pour préciser l’origine du virus. En Europe, le déconfinement s’accélère tandis qu’en Amérique latine on se prépare à des mois difficiles.

Un véritable caillou dans la chaussure de Pékin. Déjà accusé d’avoir dissimulé la gravité de l’épidémie de coronavirus à ses débuts et de mentir sur le nombre réel de victimes dans le pays, le gouvernement chinois doit faire face depuis plusieurs semaines à une théorie selon laquelle la pandémie actuelle serait dûe à un accident au laboratoire de virologie de Wuhan, berceau de l’épidémie. Loin d’être un délire complotiste, cette hypothèse a été émise par le très sérieux journal américain The Washington Post et est désormais défendue par l’administration Trump.

Le laboratoire de Wuhan nie toute responsabilité

Dans ce dossier, Pékin a finalement décidé de se montrer conciliant. Alors que plusieurs pays occidentaux ont, lors de la dernière réunion de l’Assemblée mondiale de la Santé, exigé une enquête internationale sur les origines du virus, le ministre des affaires étrangers chinois Wang Yi s’est dit prêt ce dimanche à une « coopération internationale » pour déterminer la source de la pandémie. Le ministre a précisé que cette future enquête devrait s’abstenir de toute « ingérence politique » et n’a pas manqué de critiquer au passage les responsables politiques américains qui « propagent des rumeurs pour stigmatiser la Chine ».

Cette décision du gouvernement chinois intervient après que la directrice du laboratoire de Wuhan mis en cause, Wang Yanyi, ait affirmé ce samedi à la télévision chinoise que son centre de recherche n’avait rien à voir avec l’épidémie actuelle. Selon elle, les accusations américaines sont de la « pure fabrication ». Si elle reconnait que le laboratoire de Wuhan détient bien des souches de coronavirus de chauves-souris, ces pathogènes sont différents du SARS-CoV-2 qui frappe actuellement la planète. La thèse d’une contamination via le marché aux animaux exotiques de Wuhan reste la piste privilégiée par Pékin, certains scientifiques évoquant un mélange entre coronavirus de chauve-souris et de pangolin dans le marché...

Accélération du déconfinement en Italie et en Espagne

En Europe, tandis que l’épidémie semble s’essouffler, le déconfinement s’accélère. En Italie (32 800 morts), après les cafés, les restaurants et les églises, ce sont les salles de sport et les piscines qui rouvriront leurs portes ce lundi. Avec des conditions particulières puisque les sportifs et nageurs italiens devront réserver leur place. La prochaine étape du déconfinement aura lieu le 3 juin, avec l’autorisation de se déplacer entre les régions et la réouverture des frontières.

Situation similaire en Espagne (28 800 morts) où le jusque là très prudent Pedro Sanchez a finalement concédé une accélération du déconfinement, sous la pression du parlement mais aussi de la rue, où les manifestations anti-confinement prennent de l’ampleur. Le Président du Conseil a ainsi annoncé ce samedi la reprise du championnat de football le 8 juin prochain et la réouverture des frontières en juillet. Rappelons qu’en Espagne, le déconfinement est à géométrie variable : les habitants de Madrid et Barcelone n’ont ainsi retrouvés leur liberté de circulation que ce lundi, deux semaines après leurs compatriotes.

Hécatombe annoncée en Amérique du Sud

Si la situation s’améliore en Europe, où beaucoup espèrent un été presque normal, elle s’aggrave fortement en Amérique du Sud, désormais l’épicentre de l’épidémie. Au Pérou (3 500 morts), le confinement, en vigueur depuis le 16 mars a été prolongé jusqu’au 30 juin. Au Brésil (22 700 morts), ce sont désormais plus de 900 personnes par jour qui décèdent du coronavirus. Les Etats-Unis viennent d’ailleurs d’annoncer qu’ils ferment leurs portes aux ressortissants brésiliens. La région s’apprête à vivre une période tragique, à l’image de celle vécu par l’Europe en mars-avril.

QH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article