La consommation d’alcool a-t-elle un impact sur la fécondité ?

Il est recommandé aux femmes souhaitant une grossesse de ne pas consommer d’alcool. L’effet de l’alcool sur la fécondité n’est toutefois pas bien précisé, certains travaux affirmant qu’une consommation même faible d’alcool nuit à la fertilité, d’autres au contraire ne retrouvent pas d’effet négatif de l’alcool sur la fécondité, certains concluant à un effet positif.

Le British Medical Journal publie les résultats d’une étude prospective réalisée au Danemark, incluant plus de 6 mille femmes âgées de 21 à 45 ans ayant un projet de grossesse. Près de 7 d’entre elles sur 10 seront enceintes pendant le suivi (entre juin 2007 et janvier 2016).

Sans danger, semble-t-il, si moins de 14 verres par semaine

La consommation médiane d’alcool de la cohorte est de 2 unités par semaine, mais force est de constater que certaines boivent largement plus et que celles qui consomment plus de 14 unités par semaine réduisent leurs chances de concevoir de 18 % par rapport à celles qui ne boivent pas du tout d’alcool. Les consommations inférieures à 14 unités par semaine ne semblent pas avoir d’impact sur la fécondité.

L’analyse de la relation entre un éventuel retard à la conception et les différents alcools consommés suggère que la bière et le vin n’auraient aucune influence, tandis qu’un lien un peu plus significatif est retrouvé avec les alcools forts. Il aurait été intéressant de pouvoir distinguer la consommation régulière et le bingedrinking, les adeptes de cette pratique pouvant consommer une grande quantité d’alcool pendant la période de fécondité. Les données disponibles pour cette étude ne permettent toutefois pas de faire cette distinction.

Cette enquête n’apporte pas d’élément convaincant sur l’impact de la consommation d’alcool et la fertilité. Notons toutefois que le fœtus étant particulièrement vulnérable pendant les premières semaines, il paraît prudent de continuer à conseiller aux patientes souhaitant une grossesse de s’abstenir de boire de l’alcool pendant leur « fenêtre » de fertilité et jusqu’à ce qu’une grossesse ait été écartée.

Dr Roseline Péluchon

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article