La vaginose altère le pronostic obstétrical

L’altération de l’écologie vaginale autrement dit la vaginose est de plus en plus considérée comme un facteur de risque majeur d’accouchement prématuré (AP). De nombreux travaux ont été nommés sur ce thème tel celui que viennent de publier JA Svare et son équipe.

Cette étude prospective a concerné 3 262 femmes en début de gestation qui ont fait l’objet, lors de l’inclusion, d’une recherche de vaginose par l’examen à l’état frais au microscope des sécrétions vaginales.
Des signes de vaginose étaient présents chez 16% des patientes et il y a eu 5,2 % d’AP dans la population étudiée. Le poids de naissance moyen était réduit en présence d’une vaginose (3 408 vs 3 511 g p < 0,01). L’analyse multivariée avec ajustement sur divers facteurs de risque d’AP (conisation, antécédent d’AP, tabagisme, rupture prématurée des membranes, etc.), révélait que la vaginose s’associait significativement aux risques de faible poids de naissance (OR 1,95 IC95 % 1,3-2,9), de naissance prématuré d’un enfant de petit poids (OR 2,5 IC95 % 1,6-3,9), d’AP provoqué (OR 2,4 IC95 % 1,4-4,1) et de chorioamniotite (OR 2,7 IC95 % 1,4-5,1).

Dans cette enquête danoise, la prévalence de la vaginose en début de grossesse est comparable à celles retrouvées dans d’autres publications. Cette infection est associée à une dégradation du pronostic obstétrical avec majoration de la probabilité de donner naissance prématurément, plus ou moins spontanément, à un enfant de plus faible poids que prévu.

Reste la question toujours sans réponse de l’intérêt du dépistage de la vaginose chez la femme enceinte asymptomatique en l’absence d’élément probant sur l’efficacité du traitement aux modalités du reste très mal définies.

Dr Jean-Michel Brideron

Référence
Svare JA et coll. : “Bacterial vaginosis in a cohort of Danish pregnant women: prevalence and relationship with preterm delivery, low birthweight and perinatal infections” BJOG 2006 ; 113 : 1419

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article