L’Académie de médecine condamne les propos de Luc Montagnier

Paris, le mercredi 15 novembre 2017 - Ce mardi 14 novembre devait être entièrement consacré à la prise en charge du diabète à l’occasion d’une séance commune des Académies de médecine et de pharmacie. Un autre sujet a cependant agité les participants : la récente conférence de presse spectacle du professeur Luc Montagnier, membre de l’Académie de médecine, sur la vaccination des nourrissons. Nous avons évoqué comment le 7 novembre dernier, le Prix Nobel de médecine, récompensé pour sa découverte du VIH, n’avait pas hésité à relayer les théories les plus contestables concernant les prétendus effets secondaires de la vaccination. Luc Montagnier avait ainsi estimé légitime d’interroger les liens entre vaccination et mort subite du nourrisson, en raison de l’existence dans certains cas d’une concordance temporelle ! Aux côtés du professeur Henri Joyeux, Luc Montagnier avait par ailleurs appelé à une « résistance pacifique » face à la future entrée en vigueur de l’extension de l’obligation vaccinale qui inclura à partir de l’année prochaine 11 vaccins.

La médecine bafouée

Si la suspicion vis-à-vis des vaccins et plus encore la défense de théories pseudo scientifiques pour le moins controversées de la part de Luc Montagnier ne sont pas des faits nouveaux, cette association avec Henri Joyeux, cette mise en scène et ces déclarations dangereuses associant mort subite du nourrisson et vaccination ont suscité une profonde indignation et une inquiétude chez de nombreux membres de l’Académie de médecine. Le professeur Marc Gentilini a été le premier à s’élever publiquement dans les colonnes du Quotidien du médecin. Après une interview en solitaire, il publiait ce lundi avec trente autres académiciens, dont les professeurs Jean-François Bach, François Bricaire, Alain Fischer ou Jean-François Degos une tribune sans concession contre Luc Montagnier. « Le Nobel ne saurait servir d’alibi pour diffuser impunément des messages portant atteinte à la santé. Luc Montagnier accumule les impostures scientifiques et médicales à force de se prononcer dans des domaines où il n’est pas compétent : l’extrait de Papaye fermentée fourni au Pape Jean-Paul II contre la maladie de Parkinson, le test diagnostique de la maladie de Lyme supposé détecter la bactérie dans le sang à partir des ondes électromagnétiques, de prétendues preuves de la réalité de la mémoire de l’eau sans la moindre publication, la médecine bafouée, les patients mystifiés et nos concitoyens abusés » écrivent les auteurs.

Aucune base scientifique

Parmi eux, beaucoup seraient partisans d’une sanction des Académies de médecine et des sciences dont Luc Montagnier est membre. Cependant, la nécessaire garantie d’une véritable liberté de parole, condition indispensable pour assurer l’indépendance du débat scientifique, impose aux Académies une certaine prudence. Ainsi, s’il est sans ambiguïté sur la condamnation des propos de Luc Montagnier, le communiqué diffusé hier en fin de journée demeure prudent en ce qui concerne une éventuelle sanction. Évoquant les discours de Luc Montagnier et d’Henri Joyeux, les Académiciens de médecine et de pharmacie commentent donc : « Les propos qu’ils ont tenus, qui ne manqueront pas d’introduire le trouble chez les parents de jeunes enfants, ne sont pas fondés et doivent être démentis ». Les deux instances poursuivent en s’inquiétant de la « nature émotionnelle des faits rapportés » et « s’élèvent avec force contre les propos tenus qui ne reposent sur aucune base scientifique ».

Garde-fou

Après s’être élevé contre les allégations concernant la maladie de Lyme, c’est la deuxième fois en moins d’une semaine que l’Académie de médecine se fend d’un communiqué pour dénoncer des impostures scientifiques ; impostures qui trouvent dans d’illustres praticiens et chercheurs des portes paroles inattendus et regrettables.

Sans doute la vieille dame ne s’attendait pas à ce que ce travail de garde-fou constitue un jour une part si importante de son activité.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article