Le choix des patientes pour la reconstruction du sein après mastectomie

La reconstruction du sein (RS) après mastectomie a un effet favorable sur les plans cosmétique et psychologique, mais n’est pas dénuée de risques. Des variations importantes selon le lieu géographique, l’ethnie, le type d’assurance maladie ont conduit à se demander si la décision d’entreprendre une RS était toujours régie par les préférences de la patiente et reposait sur un bon niveau d’information. 

Pour le vérifier, une équipe a entrepris une étude prospective auprès de  femmes traitées à Chapel Hill (Caroline du nord) pour un cancer du sein in situ (stade 0) ou de stade I (< 2 cm) à III (> 5 cm ou > 4 ganglions), entre 2012 et 2014.

Les patientes recrutées ont été invitées à remplir un questionnaire avant l’intervention chirurgicale, les interrogeant sur leur âge, race, niveau d’instruction, de revenus, statut marital, mais aussi sur leurs connaissances des risques de la RS (scorées par les réponses à 9 questions) et ce qui comptait le plus pour elle (avoir une forme de poitrine après la mastectomie avec ou sans vêtements,  les risques de complications, le nombre de gestes chirurgicaux éventuels, la durée de récupération, l’image corporelle, la sexualité. Ces priorités ont été également « scorées » de 0 à 5.

En fonction des résultats on a pu distinguer les femmes qui voulaient une RS immédiate, parce que avant tout soucieuses de leur silhouette, et celles qui, plus concernées par les risques de complications et les difficultés de la procédure privilégiaient la mastectomie simple (MS).

Aider les patientes dans leur décision

L’étude a porté sur 126 femmes, dont la majorité avait de bons diplômes, de bons revenus et une bonne assurance. Une RS immédiate a été pratiquée chez 51 femmes (40 %). Un bon niveau de connaissances a été retrouvé chez 88 patientes (70 %), encore que 125/126 eussent sous-estimé les risques. Les femmes privilégiant la RS étaient plus concernées par leur apparence physique et moins par la durée de la convalescence que celles souhaitant une MS. La plupart (66 %) cependant ont placé en tête de leurs préoccupations la crainte de complications.

La MS a été choisie par 85 % des participantes si on retient les critères les plus rigoureux. La concordance entre les souhaits exprimés et le traitement appliqué a été de 48 % pour la MS et de 88 % pour la mastectomie + RS.

La « qualité de la décision » a pu être considérée comme élevée pour seulement 52 femmes (43 %) : il s’agissait surtout de femmes blanches, cultivées et de milieux favorisés, ou n’ayant pas de cancer mais porteuses de gène BRCA et candidates à une chirurgie prophylactique.

Pour les auteurs de cette étude le choix des femmes quant à la reconstruction ne repose pas toujours sur de bons critères et il est nécessaire que le chirurgien les aide dans leur décision.

Dr Jean-Fred Warlin

Références
Lee CN et coll. : Quality of patient decisions about breast reconstruction after mastectomy. JAMA Surgery 2017; 152 : 741-748.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Manque de détails

    Le 18 janvier 2018

    Dans cette étude, il me semble manquer beaucoup de paramètres pour être plus lisible : l'explication préalable des gestes possibles donnée aux patientes appartient aux chirurgiens : RS immédiate ou différée en raison de traitements éventuels à venir en particulier ? Ceci conditionne les
    bonnes questions et donc les réponses au questionnaire, qui, en l'état manque de détails.

    Dr JP.Olu

Réagir à cet article