Le comité Capnet freine-t-il la recherche contre la Covid-19 ?

Paris, le vendredi 19 février 2021 - Comment expliquer un tel blocage ? En octobre dernier, l’Institut Pasteur de Lille (IPL) affirmait avoir réalisé une percée décisive dans la recherche d’un traitement efficace contre la Covid-19.

Après des essais in vitro, il est apparu que le clofoctol, antibiotique bactériostatique actif sur les cocci gram positifs mis sur le marché en 1978, pourrait aider à combattre la Covid-19 au début de la maladie en réduisant la charge virale : « Nous avons démontré in vitro qu’une molécule [le clofoctol, ndrl] est active contre le coronavirus. Nous l’avons testée sur des cellules humaines du poumon et les résultats se sont révélés très prometteurs. Pris aux premiers symptômes de la maladie, ce médicament réduit la charge virale du porteur de la maladie, évite la contagion. Pris plus tard, il contrecarre ses formes graves. Son action est bien celle d’un antiviral et non celle d’un anti-inflammatoire » expliquait en octobre le directeur scientifique de l’IPL, le Pr Benoît Déprez. A l’époque, il ne restait plus pour l’IPL que de réaliser des essais cliniques pour lever les incertitudes entourant cette molécule.

Mais d’après la Voix du Nord, le Capnet (Comité ad-hoc de pilotage national des essais thérapeutiques) aurait considérablement ralenti le processus d’homologation du potentiel futur traitement.

Urgence

Compte tenu de l’urgence, l’IPL a déposé, fin janvier, son dossier au Capnet afin d’accélérer les processus d’évaluation par les autorités compétentes.

Or, l’IPL s’est vu tout simplement opposé un refus au motif que « le comité suggère des amendements à la stratégie de développement clinique et principalement un redimensionnement initial de l’essai », explique l’IPL à 20 Minutes.

« On nous demande de repasser en phase 2 et de mesurer la tolérance du produit et son acceptabilité alors que tout cela est déjà très documenté » expose notamment Terence Beghyn dans La Voix du Nord. « Nous travaillons à partir du repositionnement d’un médicament dont la balance bénéfice-risques est bien connue. Selon nos, elle nous permettait d’accéder directement à une étude clinique de phase 3. » Pas pour l’autorité ministérielle.

Pas de publicité pour la DGS

En clair, l’institution demande à l’IPL de réaliser des essais plus précis. Interrogé par 20 Minutes, la DGS a indiqué que les discussions collégiales s’exerçant au sein du Capnet « n’avaient pas vocation à être rendues publiques ». Une décision qui risque toutefois de retarder grandement une éventuelle autorisation de mise sur le marché du produit contre la Covid-19. Même si pour l’IPL, le principal reste « d’avancer » sur ce dossier.

C.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Un triste bilan national ?

    Le 20 février 2021

    CAPNET : «Comité ad-hoc de pilotage national des essais thérapeutiques et autres recherches sur la COVID-19»
    INSERM et son «REACTing» : REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases
    Tout est presque dit dans la forme : Quid du Fond ?

    Loin des constats du Café du Commerce sur les Usines à gaz , Comités théodule , Bureaucratie pyramidale , Big-pharma et en essayant de se tenir pour une fois bien à distance de l’HCQ et de la recherche vaccinale , quel est le bilan de la recherche thérapeutique française vis-à-vis de la Covid ?

    1- Focus sur corticothérapieS & Tocilizumab

    HYDROCORTISONE («CAPE COVID») ? : La randomisation multicentrique NATIONALE (76 Hydrocortisone vs 73 Placébo) était régulièrement citée par le Dr O Véran alors qu’elle ne dégage PAS de bénéfice « patent » à J28 ni en mortalité , ni en support ventilatoire. Le SOUS EFFECTIF inhérent à son arrêt prématuré (149 recrutés versus 290 prévus) , lié aux conclusions de l’essai RECOVERY (UK) , fait nuancer cette conclusion par les auteurs et lecteurs : Dequin P et coll. :

    Effect of Hydrocortisone on 21-Day Mortality or Respiratory Support Among Critically Ill Patients With COVID-19: A Randomized Clinical Trial. JAMA. 2020 Oct6 ;324(13) : 1298–1306 doi:10.1001/jama.2020.16761

    TOCILIZUMAB (TCZ) :
    Un travail rétrospectif franc-comtois estival suggérait les bienfaits du TCZ (n=20) mais surtout les limites de l’esprit collaboratif.:

    Klopfenstein T et coll . Tocilizumab therapy reduced intensive care unit admissions and/or mortality in COVID-19 patients. Med Mal Infect. 2020 Aug ;50(5):397-400 doi:10.1016/j.medmal.2020.05.001

    Trois études discordantes mais des populations très différentes dans leur niveau d’oxygéno-requérence mais des conclusions assez univoques : Oui, Non mais «D’autres études sont nécessaires»

    • La randomisation française «CORIMUNO-19» avec une belle méthodologie mais aussi ses effets d’annonces prématurées (AH-HP) : 64 TCZ versus 67 Soins standards (pas si standards comme souvent) :

    Hermine O et coll . Effect of Tocilizumab vs Usual Care in Adults Hospitalized With COVID-19 and Moderate or Severe Pneumonia: A Randomized Clinical Trial. JAMA Intern Med. 2021 Oct20 ;181(1):32–40. doi:10.1001/jamainternmed.2020.6820

    • La randomisation italienne avec 121 patients bien peu inflammatoires, une méthodologie discutable (ré-orientations thérapeutiques per-étude), une mortalité bien faible (2,4% à J30):

    Salvarani C et coll . Effect of Tocilizumab vs Standard Care on Clinical Worsening in Patients Hospitalized With COVID-19 Pneumonia: A Randomized Clinical Trial. JAMA Intern Med. 2021 Oct20 ;181(1):24–31 doi:10.1001/jamainternmed.2020.6615

    • Une large étude observationnelle US (n=4500 STOP-COVID) :

    Gupta S et coll . Association Between Early Treatment With Tocilizumab and Mortality Among Critically Ill Patients With COVID-19. JAMA Intern Med. 2021 Oct20 ;181(1):41–51doi:10.1001/jamainternmed.2020.6252

    RECOVERY (UK) : intérêt du TCZ (introduit 14/4/2020) et surtout de sa synergie "add-on" avec la DXM chez les patients trés inflammatoires et bien délimités comme tels (pré-print 11Fev 2021) :

    Wise J. Covid-19: Arthritis drug tocilizumab reduces deaths in hospitalised patients, study shows. BMJ. 2021 Feb11;372:n433. doi: 10.1136/bmj.n433 : Clôture du bras TCZ chez l’adulte (26/1/2021-V13.0)

    RECOVERY c’est aussi , depuis sa V1.0 (13/3/2020) , renoncer aux Bras HCQ, DXM , AZT, lopinavir–ritonavir , Tocilizumab , sérum de convalescents en expliquant pourquoi mais aussi ne même pas ouvrir de bras Remdésivir

    RECOVERY c’est aussi explorer d’autres stratégies de REPOSITIONNEMENT THERAPEUTIQUES , toujours chez les patients hypoxémiques : Colchicine , Aspirine , Baricitinib , Anakinra … sous réserve du verdict de la randomisation
    https://www.recoverytrial.net/files/recovery-protocol-v13-0-2021-01-26.pdf

    Alors bien sur, RECOVERY depuis sa V1.0 ne porte QUE sur les patients , adultes , enfants , femmes enceintes HYPOXEMIQUES.
    Qui a entendu parler de Peter Horby ? Une signature commune, collégiale : RECOVERY Collaborative Group et ... Ca marche

    Cette AGILITE UTILE et enviable semble non partagée.

    Reste la MAJORITE : NON-HYPOXEMIQUES et la CHIMIOPROPHYLAXIE. J’ai promi de ne pas évoquer l’HCQ :
    • N essais publiés ou non - Blogs-Vidéos après : comment ne pas être dans l’attente d’un travail concluant ou non sur l'Ivermectine après une courte (12/12) randomisation espagnole en demi-teinte (Jim 22/1/2021) ? :

    Chaccour C et coll. : The effect of early treatment with ivermectin on viral load, symptoms and humoral response in patients with NON-SEVERE COVID-19: A pilot, double-blind, placebo-controlled, randomized clinical trial. Lancet EClinicalMedicine 2021January 19 DOI:https://doi.org/10.1016/j.eclinm.2020.100720

    • Les suggestions empiriques VITAMINE C et / ou du ZINC semblent mal parties à l'issue de la randomisation de Cleveland :


    Thomas S et coll . Effect of High-Dose Zinc and Ascorbic Acid Supplementation vs Usual Care on Symptom Length and Reduction Among Ambulatory Patients With SARS-CoV-2 Infection: The COVID A to Z Randomized Clinical Trial. JAMA Netw Open. 2021 Jan 9 Feb12 ;4(2):e210369 doi:10.1001/jamanetworkopen.2021.0369

    Après avoir évoqué nos « lourdeurs administratives , difficultés de financement etc » , il faudrait aussi reconnaitre notre INCAPACITE NATIONALE A TRAVAILLER ENSEMBLE.

    2- L’exception pédiatrique : illustration
    Deux travaux rétrospectifs uni puis multicentrique français indiquent que l’adjonction de CORTICOIDES (Solumédrol 0.8mg/kg/j 5j IV) à la dose unique d’IMMUNOGLOBULINES plus consensuelle (2g/kg une fois) accélère la RECUPERATION FONCTIONNELLE VENTRICULAIRE GAUCHE des exceptionnels « KAWA-COVID post infectieux » potentiellement létaux sans interférer avec une mortalité déjà nulle :

    Ouldali N et coll French Covid-19 Paediatric Inflammation Consortium. Association of Intravenous Immunoglobulins Plus Methylprednisolone vs Immunoglobulins Alone With Course of Fever in Multisystem Inflammatory Syndrome in Children. JAMA. 2021 Feb1. doi: 10.1001/jama.2021.0694

    Dr JP Bonnet

  • Architecture, encore ?

    Le 20 février 2021

    Les structures bureaucratiques collégiales (ce qui veut dire dont les membres sont cooptés) sont-elles les structures ad-hoc pour réguler l'innovation, ici thérapeutique (et dans une infection émergente) ?
    Sur l'exemple cité du clofoctol, le précautionnisme de l'organe ad-hoc (comme le capitaine) laisse rêveur. Renvoyer aux calendes grecques l'indispensable essai randomisé interroge, d'autant que ces essais, dans le contexte fluctuant du covid se perdent souvent dans les sables plus ou moins mouvants. On a montré moins de pusillanimité pour des médicaments bien plus agressifs, quand leur aura mirifique laissait présager, aux yeux de certains au moins, des lendemains qui chantent.

    Ce qui indique peut être que ces structures cooptées sont souvent dans l'erreur partagée, ce qui est au fond assez prévisible, puisque souvent ils possèdent, comme je l'ai dit, un noyau initial fort cooptant le reste de la bande et portent donc le risque de l'unanimiste unidirectionnel.

    La coopération, dont le Dr Bonnet souligne le manque est peut être plus à rechercher dans une relation en maillage de pair à pair que dans un réseau hiérarchique pyramidal de type maître-esclave.
    Malheureusement la tradition bureaucratique française est entièrement acquise à cette dernière architecture.

    Dr Gilles Bouquerel

Réagir à cet article