Le conseil national de l'Ordre des médecins ouvre une procédure contre le professeur Perronne

Paris, le jeudi 25 juin 2020 - Publié à grand renfort d’interventions dans les médias, le pamphlet écrit par le Professeur Perronne (« Y a-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise », chez Albin Michel) se voulait comme un réquisitoire implacable contre les autorités gouvernementales et sanitaires.

Les propos lancés sur les chaines d’information ont suscité les foudres de nombreux infectiologues.

Le Professeur Perronne a notamment déclaré sur la chaîne d'information en continu BFMTV que si les traitements à base d'hydroxychloroquine avaient été appliqués à tous les patients atteints de Covid-19, « on aurait pu éviter 25 000 morts ». Il justifie ce chiffre en comparant avec « les autres pays qui ont utilisé la chloroquine » contre le virus. Rappelons que les pays en question ont dans leur grande majorité renoncé à la prescription de ce produit comme moyen de lutte contre la Covid-19.

D’autres commentaires visent nommément certaines institutions. Le Professeur Perronne a ainsi notamment affirmé que les médecins du CHU de Nantes auraient « laissé crever son beau-frère » en refusant de lui prescrire le traitement recommandé par le Professeur Didier Raoult.

Le Conseil National de l’Ordre ouvre une instruction

Le conseil de l'Ordre, « alerté par les propos tenus dans de nombreux médias par le Pr Christian Perronne, a saisi le conseil départemental de l'Ordre des médecins des Hauts-de-Seine. Il lui a été demandé de se saisir et d'instruire le dossier du Pr Perronne et d'informer le CNOM des suites qui seront données. »

Confraternité et information du public

Dans un communiqué en date du 23 avril 2020, le Conseil national de l’ordre des médecins avait émis un appel à la prudence, rappelant les usages élémentaires en matière de communication au grand public.

Pour l’article R.4127-13 du Code de la Santé Publique, le médecin qui participe à une action d’information du public (que ce soit sur internet, à la télévision ou à la radio) se doit de limiter son intervention à la délivrance d’une « information au public ». Cette information ne peut que concerner des éléments ou données qui ont été « confirmées par la science ».

Le médecin se doit en toute circonstance d'éviter de délivrer une interprétation personnelle de données scientifiques et toujours avoir « le souci des répercussions de ses propos auprès du public ». Il doit également s’interdire de tout propos visant à dénigrer ses confrères.

C.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (50)

  • Communication grand public

    Le 25 juin 2020

    Il était vraiment temps que l'on se préoccupe de la cacophonie qui dure depuis 3 mois dans les communications au grand public. C'est une véritable honte en termes de santé publique. La gestion de cette crise et les recommandations qui ont été émises sont assez difficiles en raison de l'évolutivité de la situation et de nos connaissances, sans devoir y rajouter des désaccords entre (pseudos) experts... cela va à l'encontre de toutes les recommandations en matière d'éducation du public à la santé. On ne veut pas en vouloir à nos concitoyens de ne pas respecter les consignes quand elles sont contredites par nos propres collègues.

    Alain Deccache

  • Dépenses somptueuses du CNOM

    Le 25 juin 2020

    Le CNOM ferait mieux de gérer ses dépenses somptueuses, comme l'a rappelé à de multiples reprise la Cour des Comptes. Il a 3 ans de cotisations en réserve et de multiples placements (?).

    Dr Bernard Albouy

  • Pourquoi pas d'étude correctement menée

    Le 25 juin 2020

    A part des affirmations non fondées et de l'agressivité, le livre de Perronne n'apporte pas grand chose au débat. On ne sait toujours pas pourquoi le Pr Raoult n'a pas voulu apporter la preuve que le traitement à base d'hydroxychloroquine était efficace dans les formes précoces de la Covid par une étude correctement menée dont il avait largement les moyens (intuition précoce, tests, grand nombre de patients positifs, moyens financiers et scientifiques de l'IHU).

    Incidemment, pour le Dr Albouy, si dépenses excessives il y a au CNOM, elles sont somptuaires et non somptueuses...

    Dr Dominique Jaubert

  • Qu'a fait le CNOM pour protéger les médecins ?

    Le 25 juin 2020

    Qu'a fait le Conseil de l'Ordre pour protéger les médecins, alors que dès le 14 janvier nous étions tous informés de l'arrivée d'un nouveau coronavirus ?

    Dr Anne Santagostini

  • Consignes (à A. Deccache)

    Le 25 juin 2020

    A A. Deccache. D'où émanent les "consignes", et un médecin devrait il les respecter si elles lui semblent gravement contraires à l'intérêt de ses patients.
    Le problème ici sont bien ces deux points, et seule l'étude du cas d'espèce peut apporter un semblant de réponse, y compris devant l'Ordre des Médecins.
    Dire qu'il ne faut ni diagnostiquer, ni traîter d'aucune façon hors de l'hôpital, quand l'insuffisance respiratoire vous y a conduit était il la seule consigne sensée ?

    Dr Gilles Bouquerel

  • Honte

    Le 25 juin 2020

    Petit médecin généraliste de base, j'ai honte.

    J'ai honte de ces "mandarins" qui prétendent savoir, toujours après-coup (!), ce qu'il aurait fallu faire.
    La liste est longue du Prof. Perronne au Prof. Raoult et beaucoup d'autres...
    Se rendent-ils compte, ceux-ci, des dégâts auprès de notre patientèle de tous les jours, des patients qui regardent BFMTV et autres chaîne d'info ou sur internet.

    Vivement que le Conseil de l'Ordre (puisque c'est son rôle) fasse in fine le grand ménage!

    Dr Thibault Heimburger

  • Voltaire revient vite

    Le 26 juin 2020

    Il est urgent de supprimer le Conseil de l'Ordre des Médecins qui est, tous les jours un peu plus, un serviteur zélé de la censure. La liberté d'expression, est un droit de la République et du citoyen, et ceci quelque soit la fonction du citoyen. Tous les jours un peu plus oublié...

    Dr Christian Trape

  • Données « confirmées par la science »

    Le 26 juin 2020

    Par The Lancet ? Par Gilead Sciences ? Le CNOM devrait se concentrer sur les problèmes de conflits d'intérêts qui polluent la communication scientifique.

    Dr Bruno Canovas

  • Ah quand même ...

    Le 26 juin 2020

    Décidément, la perspective d'être médiatisé fait perdre les pédales même aux plus compétents. Il est temps que l'Ordre mette le hola dans cette polémique attisée par les médias à fin strictement audimatesques, et dans laquelle trop de medecins se sont roulés avec délectation.

    Dr Pierre Baque

  • Gardons raison

    Le 26 juin 2020

    Encore en pleine pandémie, il faut garder raison et savoir attendre les publications sérieuses et fiables qui ne pourront paraître que dans quelques semaines, voire quelques mois, selon les procédures habituelles de révision, de validation et de publication des travaux.
    Le professeur infectiologue Francis Klotz, membre honoraire du Val-de-Grâce et directeur de l'Hôpital de Dakar, a publié un article remarquable sur le rôle délétère des médias dans ces conflits d'égos et d'intérêts. C'est donc aussi le rôle du CNOM de se pencher sur cela, en faisant le bilan exhaustif des médecins (professeurs, hospitaliers ou généralistes) et chercheurs qui ont participé par médias interposés à cette foire d'empoigne indécente.

    Dr Christian Raphel

  • Pourquoi pas un peu d'humour?

    Le 28 juin 2020

    Je conseille à tous la chanson que vient d'écrire et de publier l’inoxydable Pierre Perret, qui est comme toujours d'un ton parfaitement juste: vous ne le regretterez pas...

    https://youtu.be/zA2JjodD6IU?t=216

    Dr Astrid Wilk

  • Un peu de sérieux

    Le 28 juin 2020

    Au "bordel" actuel, le CNOM veut ajouter sa touche.
    Le port du masque est "scientifiquement efficace" lors des épidémies à virus pulmonaire.
    Alors le docteur Salomon qui en déconseillait le port devrait être mis en examen par ce même CNOM pour déclarations mensongères publiques.
    Dans le cas contraire...
    Un peu de sérieux ne pourrait pas nuire.

    Dr Jean Pierre Sapin

  • Réaction tardive

    Le 28 juin 2020

    Il est regrettable que le CNOM qui a été bruyamment muet pendant le pic de la pandémie se manifeste maintenant.
    La confraternité est une chose. Mais nul ne peut nier que les conflits d'intérêts majeurs, et il y en a, influencent des décisions. Cette bataille d'égos est lamentable. Tout comme les prépublications visant à faire parler de soi. Quant aux chaînes d'informations continues avec des journalistes incompétents (la phrase qui revient n'est-elle pas "on en parle") elles ont largement contribué à semer la zizanie.

    Essais randomisés, oui (peut-être pas dans l'urgence), mais séries observationnelles, oui aussi. Sans prendre parti, il est heureux néanmoins que des gens secouent le cocotier du "confort" des universitaires

    Pr A. Muller, therapeute

  • Merci au Pr Perronne

    Le 28 juin 2020

    Le livre du Pr Perronne est documenté, et nous donne des éléments intéressants pour comprendre la gestion surprenante de la crise COVID. Le Conseil de l'Ordre devrait intervenir pour soutenir la profession lorsqu'elle est attaquée, plutôt que de s'attaquer à des médecins qui font un travail d'information, même si la forme en est un peu polémique.
    Le rôle de l'État était de faire en sorte qu'il y ait des masques et des possibilités de faire des tests.
    Le rôle des médecins était de poser les indications de dépistage, mise en isolement, et traitement. C'est ne pas faire confiance aux médecins que de décider en haut lieu des indications de tel ou tel traitement. Un médecin généraliste est capable de faire en sorte qu'un patient ait un ECG et un dosage de la kaliémie s'il souhaite prescrire de l'hydroxychloroquine.
    Pourquoi le Conseil de l'Ordre n'est-il pas intervenu pour défendre cela ?

    Dr Christine Gintz

  • Remerciements aux Professeurs Perronne et Raoult

    Le 28 juin 2020

    De tout cœur avec les Professeurs Perronne et Raoult qui travaillent de façon concrète et conséquente pour sauver des vies. Merci à eux et à ceux qui travaillent à leurs côtés.
    En effet des milliers de vies auraient pu être épargnées, si le système Big Pharma n'avait pas 'géré' la crise.
    Tout à fait d'accord aussi avec les Docteur s Trape et Canovas qui demandent que le CNOM devrait se concentrer sur les problèmes de conflits d'intérêts qui polluent la communication scientifique, plutôt que taper sur des professeurs de cette trempe.

    Philippe Baudry

  • Les "pairs" et les "sachants"

    Le 28 juin 2020

    Il y a plusieurs types de "sachant" ou d'expert.
    Celui, reconnu par une grande majorité de ses pairs. En général, il pense la même chose que ses pairs.
    Celui, détesté par une majorité de ses pairs. En général, il ne pense pas la même chose que ses pairs.
    Celui, inconnu de ses pairs. Soit il ne pense rien, soit il ne fait parti des pairs.
    Pour Raoult et Perronne, faites votre choix.

    Dr Jean-Pierre Massol

  • Qui est-il ?

    Le 28 juin 2020

    Mais, qui est-il ce Professeur Perronne ?

    Certainement, une "pointure" dans son domaine, les maladies infectieuses et tropicales.
    Mais quand j'apprends qu'en 2016, il aurait affirmé que l'"explosion" de la maladie de Lyme serait due à "une prolifération mal contrôlée de tiques trafiquées par un chercheur nazi réfugié aux Etats-Unis", les bras m'en tombent.
    https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/Maladie-de-Lyme-le-complotisme-applique-aux-acariens-810259

    Ces personnes (Prof. Peronne, Prof. Raoult ..) n'ont plus aucunes légitimité à mes yeux.
    Un grand ménage s'impose.

    Dr Thibault Heimburger

  • Confraternité et avenir

    Le 29 juin 2020

    Ordres, Contrordres et finalement désordre...
    A qui profitera cette guéria entre nous ? Les patients ? Les soignants ?
    Ne pourrait on pas lâcher un peu notre égo pour travailler main dans la main, nous n'avons pas choisi d'être soignants pour mener des pugilats...
    Pouvons nous, nous ressaisir, prendre de la hauteur, soigner ce qui nous a fait mal, nous serrer les coudes et aller de l'avant ?
    Nous ne pourrons pas revenir en arrière mais nous pouvons aller de l'avant ...
    SVP
    De tout cœur.

    Marie-Laure Gomez

  • Honni soit qui mal y pense

    Le 29 juin 2020

    La palme d'or de la honte est décernée à tout ceux qui crachent sur des professeurs prodigieux qui n'ont rien à gagner à défendre leur point de vue. Ils sont intègres et ne mangent dans la main des labos comme de nombreux professionnels corrompus qui osent se sentir au dessus de la loi...

    Zahia Chardin

  • Bref !

    Le 29 juin 2020

    C'est la chienlit dans tous les domaines! Les politiques ne volaient pas haut, les médecins et assimilés les ont rejoints! on n'est pas dans la merde, mais ça y ressemble! serions-nous tous devenus fous? Quand ce feuilleton malsain va-t-il finir? quand allons nous nous remettre au travail tous et sereinement, sans invective, dignement, indépendamment des médias?
    retrouver l'honneur de notre profession et la confiance que nos patients?

    Dr Jean-Paul Vasse
    Quand?

  • Qui est-il ? Depuis l'oeil de Moscou (suite)

    Le 29 juin 2020

    Nous savons que le Pr Raoult n'a jamais adoubé le Pr Peronne. Les deux sont independants. Les mettre dans le meme panier et dire par consequent que le Pr Raoult n'a aucune legitimité est un manque de discernement.
    Il suffit d'ecouter les 3.15 heures passees devant le conseil scientifique pour peut etre commencer a s'en convaincre. (https://youtu.be/HKwTKwjhkoA ) et ensuite jeter un coup d'oeil sur le top 10 des Prs "au dessus de tous soupcons d'illegitimite" : https://www.boursorama.com/actualite-economique/forum/referendum/detail/455274636/

    Afin de mettre un peu de vin en pot dans notre partialite.


    Dr Pierre Monod (desole pour l'absence d'accent)

  • Honni soit qui mal y pense ?

    Le 29 juin 2020

    Pour ceux qui fantasment sur un Prof.Raoult blanc comme neige versus les "professionnels corrompus", je les invite à lire cet article de Médiapart, très bien documenté, intitulé:
    "Chloroquine: pourquoi le passé de Didier Raoult joue contre lui. Mediapart a voulu comprendre la défiance du monde médical et scientifique à l’égard de Didier Raoult, son principal promoteur. Nos recherches nous ont permis de découvrir des rapports et des témoins qui pointent des résultats scientifiques biaisés et des financements opaques."

    https://www.mediapart.fr/journal/france/070420/chloroquine-pourquoi-le-passe-de-didier-raoult-joue-contre-lui?page_article=1

    Cet article est réservé aux abonnés mais l'abonnement pour lire cet article est modique et peut être interrompu à tout moment.
    A réserver à ceux qui veulent comprendre de qui on parle, ...s'ils le veulent vraiment.

    Dr Thibault Heimburger

  • Aux supporters de MM Raoult et Perrone

    Le 02 juillet 2020

    J'en vois beaucoup qui chantent leurs louanges, sans s'émouvoir un instant qu'ils produisent des chiffres sortis d'on ne sais où, et que leur principal credo c'est de dire que les autres sont nuls et qu'ils sont les seuls à tout savoir.

    Vous vous étonnez de les retrouver devant le CO voire (plus tard...) devant d'autres juridictions, eux qui ne font maintenant qu'insulter les réanimateurs de toute la France, qui ont tous risqués leur vie pendant la crise, et qui se voient traiter d'assassins aujourd'hui ?

    Un peu fort de café, non ? Il me semble que lorsque certains ont laissés supposer que l'homeopathie était une médecine non basée sur des preuves (ce qui est quand même assez documenté, au moins autant que le fait que l'HCQ ne marche pas sur le covid), il n'y a pas eu grand monde pour les défendre, et eux aussi sont devant le CO.

    Comme quoi la foi n'a pas besoin de preuve, mais c'est plutot inquietant de faire de la médecine "au gré de la voix du peuple", enfin moi je trouve !

    Dr E Orvain

  • PartIalité évidente (à M. Thibaut Heimburger)

    Le 02 juillet 2020

    "Pretit médecin de base honteux" (c'est ainsi que vous vois définissez et je crois que vous avez raison), vous êtes intervenu trois fois pour cracher votre venin sur les professeurs Péronne et Raoult, appelant médiapart à votre secours (et vous avez grand besoin de secours). Pas un mot sur les bons apôtres officiels qui ont menti au moins une fois puisqu'ils n'ont cessé de se contredire, pas un mot sur le scandale de l'interdiction de prescription d'un médicament autorisé depuis 70 ans.
    Votre partialité est aussi évidente que l'indigence de vos arguments. C'était tolérable une fois, mais pas trois (et, à mon avis, bientôt quatre).

    Dr Jean-Fred Warlin

  • Somptuaires ou somptueuses ? (@ Dr Dominique Jaubert)

    Le 02 juillet 2020

    Somptuaire = relatif à la dépense (latin sumptuarius, de sumptus, dépense). Le pléonasme dépense somptuaire est aujourd'hui fréquent dans l'expression orale relâchée.
    Recommandation :
    Dans l'expression soignée, en particulier à l'écrit, préférer dépenses d'apparat ou dépenses excessives, exagérées.
    Remarque
    Dans l'Antiquité, les lois somptuaires (leges sumptuariae) avaient pour objet de réglementer et de restreindre les dépenses, notamment les dépenses de luxe. En France, l'édit somptuaire de 1660 interdisait de porter « aucune étoffe d'or ou d'argent, fin ou faux ».

    Somptueux = dont la magnificence suppose une grande dépense ; luxueux (latin sumptuosus, de sumptus, dépense). Un cadeau somptueux. - L'emploi au sens de « qui fait de grandes dépenses, des dépenses de luxe » (« un prince somptueux en habits, en équipage », Larousse du XXe s.) est vieilli ou littéraire.

    Dr Bernard Albouy

  • Honni (ou banni) soit qui mal y pense ?

    Le 03 juillet 2020

    Je viens de lire l'article de Mediapart cite par le Dr Thibault Heimburger (et de m'abonner par la meme occasion..)
    Oui c'est troublant !
    Mais entre confrères ne parlons pas de fantasmes, ne prenons pas des postures extrêmes.
    L'échange poli des infos, le partage de la vérité, l’impartialité...ce sont des ingrédients qui suffiront a faire prendre la mayonnaise :)

    Dr PM

  • Attaques personnelles (au Dr Warlin et PM)

    Le 03 juillet 2020

    @Dr Warlin @ Dr. PM
    Non il n'y aura pas de quatrième fois, Dr Warlin, tellement je suis écœuré par vos attaques ad hominem à mon encontre. Y a t-il un modérateur dans la salle ?
    Si je désapprouve (recherches à l'appui) l'attitude (je parle bien de l'attitude vis à vis des médias et de leurs confrères) des Prof. Raoult et Peronne (pour des raisons différentes), je présente mes sources. Et en aucun cas je n'insulte personnellement quiconque participe à ce forum et qui est d'une opinion contraire. Contrairement à vous, Dr Warlin.

    Merci au Dr PM d'avoir bien voulu lire l'article que je citais dans ma dernière intervention.
    Malheureusement "l'échange poli des infos", notion que je partage tout à fait, ne semble pas du goût de tout le monde.
    La "mayonnaise" ne prendra jamais avec de tels "confrères" !

    Dr T.H.

  • Supprimer le CNOM.

    Le 04 juillet 2020

    Il faut supprimer le cnom qui ne défend pas le médecin de base qui nous coûte cher et entretient une armée de mandarins inutiles profiteurs de nos deniers et qui nous empêche de soigner nos malades!

    Dr Michel Hourtal

  • Une impasse

    Le 04 juillet 2020

    Raoult, le savant de Marseille, et ses soutiens parisiens (Douste et Perronne), se sont engouffrés dans une impasse de laquelle ils n'arrivent plus à sortir ; voilà ce qu'il advient d'une médiatisation incontrôlée ! Ajoutons à cela les postures suffisantes voire calomnieuses de Raoult et nous voici en plein délire.

    Auréolés de leurs médailles passées, nos "professeurs" qui, jusqu'alors, avaient probablement de bonnes raisons d'être appréciés, et se croyant au-dessus de leurs pairs, se sont - à la faveur de cette énorme blague fourvoyés et ont perdu, ad vitam aeternam, toute crédibilité….

    Dommage de terminer sa carrière avec une telle notoriété ! Cette histoire nous rappelle la fameuse et délirante "mémoire de l'eau" d'un autre mage, le bien nommé Benveniste, qui sombra très vite dans le ridicule.

    Les Français en ont marre désormais de ce défilé indécent de soi-disant "sommités" médicales et de leurs élucubrations tous azimuts !
    5 mois après toutes ces litanies, nous en sommes restés au point de départ, c'est à dire au temps des cathédrales, des grandes épidémies et de leurs cortèges de crécelles….

    Quant au vaccin (les media annoncent chaque jour qui passe que "LE" vaccin est là ! Vaste fumisterie qui fait déjà fantasmer le grand public qui se rue sur le web où se raconte tout et n'importe quoi) attendons le covid20 !
    Étudiant (il y a donc qqes décennies), je pensais déjà que le véritable fléau à venir pour l'humanité serait le risque biologique ; je crains malheureusement d'avoir eu raison.

    Dr ACR

  • Le premier qui dit la vérité...

    Le 04 juillet 2020

    ... il doit être exécuté.

    Dr Marie-Thérèse Couchard

  • Ce bon conseil de l'ordre

    Le 04 juillet 2020

    C'est ce bon conseil de l'ordre qui n'a pas levé le petit doigt à l'interdiction de prescrire, n'a pas entendu les appels au secours des généralistes qui mourraient au champ d'honneur, et qui finalement a peu contribué à l'effort dans cette crise à part rappeler à l'ordre...
    Et oui, il faut s'y faire, la communication de nos jours est libre M Heimburger.
    Heureusement que les gens qui savent parlent, ça évite le management à la chinoise.

    Xavier Geneste

  • Laissez les travailler (Au Dr E Orvain)

    Le 04 juillet 2020

    Quelqu'un a-t-il prouvé quelque chose concernant la Covid ? À ma connaissance, non. Alors laissez travailler les médecins qui tentent quelque chose et qui ont une certaine expérience des maladies infectieuses.

    Dr Christine Gintz

  • CNOM et Pr Salomon : responsabilité pénale

    Le 05 juillet 2020

    Une vraie Question plus factuelle que la polemique D R.
    Devant les messages reçus de ces deux organismes dont je ne commenterais pas les flous artistiques de cette période COVID se pose la question :
    Quelle responsabilité pénale prennent ils à nous "recommander" de ne pas prescrire d'Azithromycine? (Par mails répétés).
    En effet une famille me poursuivant pour ne pas avoir tout mis en œuvre pour sauver son parent âgé.
    Quelle serait la part de Responsabilité de ces deux instances qui guident nos actes et le fait de ma "non prescription ".

    Je rappelle que j'ai passé ma thèse en 1975 et que j'exerce jusqu'à ce jour sans procès à mon encontre, que j'ai toujours tenté l'impossible pour soigner mes patients.

    Proposer un placebo à un patient malade affaibli relève de l'abus de faiblesse.
    A réfléchir, j'aimerai votre avis.

    Dr Nicole Veschi

  • Conseil désordre

    Le 05 juillet 2020

    Qui a lu le livre du Professeur Perronne ? il dresse un bilan accablant à partir de déclarations effectuées dans les journaux ou sur les ondes de nos "élites médicales". Le "conseil de l'ordre" devait avoir les yeux et les oreilles confinés , car certains de ces chers confrères auraient du avoir un rappel à l'ordre.

    Dr Christian Roget

  • Proposer un placebo (au Dr Veschi)

    Le 05 juillet 2020

    Concernant votre remarque « Proposer un placebo à un patient malade affaibli relève de l'abus de faiblesse », je vous renvoi au travail de IHU lui-même :
    JC Lagier , M Million , Ph Gautret et coll . Outcomes of 3,737 COVID-19 patients treated with hydroxychloroquine / azithromycin and other regimens in Marseille, France : A retrospective analysis. Travel Medicine and Infectious Disease 2020 June 25 , 101791 (In Press, Journal Pre-proof)
    La SELECTION des patients y est patente (Exclusion de plus de la moitié des patients PCR+ , Age moyen 45ans , 88%<65ans) : Pas du tout « affaiblis » et donc potentiels candidats à un bras «Placébo».
    Les sempiternels "sauver des vies" , "Bouées de sauvetage & parabole du noyé" peuvent impressionner MAIS ne résistent PAS à la lecture des travaux de l'IHU.

    Je vous suggère la référence suivante relative à l’utilisation ambulatoire de l’azithromycine chez l’adulte de plus de 30ans , HORS COVID (1998-2014) : Majoration (X2) de la mortalité cardio vasculaire (et non CV) évaluée à J5 par rapport à l’amoxicilline qui fait office de «témoin» :
    Zaroff JG, Cheetham TC, Palmetto N et coll . Association of Azithromycin Use With Cardio vascular Mortality. JAMA Netw Open. 2020 Jun 1 ; 3(6):e208199

    L’arythmogénicité potentielle du cœur COVID, des associations médicamenteuses (HCQ et autres) ne peut qu’acutiser ce constat et le risque attenant comme n fois rappelé

    Dr JP Bonnet

  • Perronne

    Le 06 juillet 2020

    Laissons aussi au contestataires de dire aux "anciens médecins" occupés à faire plaisir aux politiques de pouvoir s'exprimer.


    Dr Guillaume Tagle

  • Poursuite par des familles (Au Dr Veschi)

    Le 06 juillet 2020

    Je ne doute pas que votre mise en cause par la famille de ce patient soit particulièrement lourde à porter.
    Je pense cependant que, d'un strict point de vue juridique, vous n'avez pas grand chose à craindre.
    Nous avons en effet l'obligation de soigner nos patients "selon les données acquises de la science".
    Il est clair que ces données n'étaient et ne sont pas en faveur de l'utilisation de l'Azithromycine dans le COVID 19. Je ne jetterai pas pour autant la pierre aux confrères qui, en leur âme et conscience, ont pensé devoir prescrire ce médicament (ou même de l'HCQ ou leur combinaison), la prescription hors AMM étant bien sûr tout à fait possible, sous leur seule responsabilité.

    Je pense, sans en avoir la preuve, que les instances que vous citez ont dû être alertées par des chiffres de vente très anormaux de ces médicaments dans ce contexte. Ils n'ont sans doute fait qu'inciter à la prudence, s'agissant de recommandations et pas d'interdiction (le cas de l'HCQ étant un peu différent car il manquait en pharmacie pour les patients non COVID qui en avaient réellement besoin).

    Ce que je crains maintenant c'est une multiplication de plaintes envers les médecins pour les mêmes raisons que vous. J'espère qu'il n'en sera rien. Mais c'est un risque, puisque maintenant le soin adéquat est de plus en plus souvent décrété par le patient ou sa famille, à partir des "réseaux sociaux" et autres, sur la base d'informations non validées voire fausses.
    Bref bien loin des données acquises de la science.
    Bon courage à vous.

    Dr Thibault Heimburger

  • L'Ordre ne pipe mot quand...

    Le 11 juillet 2020

    L'Ordre des Médecins est une création du gouvernement de Pétain (loi du 7 octobre 1940) et qu'il semble plutôt dés-ordonné...
    On note que celui-ci ne dit rien lorsque l'Etat se mêle de prescription médicale. L'Etat estime même convenable de nous interdire la prescription de certaines molécules. Il prétends savoir ce que nous ignorons. Ainsi, l'article 8 de notre déontologie est bafoué.

    L'Ordre ne pipe mot...

    Par contre, lorsque des laboratoires tiennent notre plume quand nous prescrivons, lorsque la pub cornaque la recherche médicale, là, il ne se sent pas concerné. La question de la corruption est de toutes les conversations médicales, mais cela ne doit pas être un sujet pour ces cénacles-là...

    Dr Michel Merlin

  • Interdiction de prescrire (au docteur Heimburger)

    Le 11 juillet 2020

    Pardon, cher confrère, il a bel et bien été interdit de prescrire l'HCQ. Et deux sécurités valant mieux qu'une, au cas ou un confrère se serait risqué à braver l'interdiction, l'Etat avait aussi interdit la délivrance par les pharmaciens...
    Alors, ne dites pas que cela aurait été permis hors AMM, ou autre contre vérité.
    C'était interdit.

    Dr Michel Merlin

  • "Des tiques trafiquées par un chercheur nazi réfugié aux Etats-Unis"

    Le 12 juillet 2020

    Notre collègue nous apprend que, dans un article de 2016, Perronne aurait affirmé que "l'explosion" de la maladie de Lyme serait due à "une prolifération mal contrôlée de tiques trafiquées par un chercheur nazi réfugié aux Etats-Unis".....
    https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/Maladie-de-Lyme-le-complotisme-applique-aux-acariens-810259

    On ne voit pas comment un journal aurait pu inventer pareil scoop !

    Après la "mémoire de l'eau" du (mal nommé) Benveniste (qui nous a quand même bien amusés !), les complots nazis évoqués par Perronne et la géniale trouvaille de Raoult (laquelle après 5 mois semble enfin s'être éteinte! ouf...merci Aspro !), nous voici ramenés, pour ce qui est du covid-19, au réalisme pur et dur, c'est à dire au temps des cathédrales...masques et crécelles !

    Et Raoult qui affirmait il y a qqes semaines encore "cette épidémie ne durera pas" !....

    Nos éminents universitaires devraient quand même éviter la pleine lumière ; pas très bon pour leur notoriété.

    Dr ACR

  • Le Pr Perronne et le Lyme

    Le 12 juillet 2020

    Ce n'est pas exact de décrire le PR PERRONNE comme un complotiste voyant des nazis partout, le role de TRAUB dans la recherche des armes bacteriologiques à partir d'insectes "piqueurs" est bien connu, PR PERRONNE a soulevé bien de questions qui posent problème dans le LYME ; la chronicité, le bénéfice de traitements prolongés,la négativité douteuse de certains tests, cela face à la méconnaisance de cette maladie, comme tout chercheur passionné il dérange et mérite mieux qu'un commentaire sarcastique.

    Dr Christian Roget

  • Soutien inconditionnel au Pr Perrone

    Le 12 juillet 2020

    Blâme sévère au conseil de l’ordre qui n’est pas capable de rétablir la vérité sur la scélératesse de notre ancienne ministre de la santé, et qui est incapable de défendre notre autonomie médicale et notre liberté de prescription.

    Cette crise aura bien monté ceux qui relèvent encore de la France de Vichy, et les autres. Honte à ce conseil (...)!

    Dr Siegfried Bourguignon

  • Tout ceci est honteux et scandaleux !

    Le 12 juillet 2020

    C'est honteux que le Conseil de l'Ordre, qui ne sert à rien, ne s'occupe pas de réduire son train de vie qu'il se paie sur notre dos (nos cotisations) et pour lequel il a été épinglé à juste titre par la Cour des Comptes.
    C'est honteux que le Conseil de l'Ordre n'ait pas défendu le droit des médecins, en cette période de crise, de prescrire librement un traitement qui était sans danger et qui était probablement efficace au stade où les médecins généralistes voyaient les malades, d'autant plus qu'il n'y avait rien d'autre.

    C'est honteux que le Conseil de l'Ordre n'ait pas protesté contre l'imprévoyance et les mensonges du gouvernement, notamment sur les masques, et qu'il ait laissé les médecins aller au front sans aucune protection.

    C'est scandaleux que le Conseil de l'Ordre s'en prenne au Professeur Christian Perronne, ancien président du Haut Conseil de la Santé Publique et probablement beaucoup plus compétent que le président du Conseil de l'Ordre, alors que Christian Perronne n'a fait que dire la vérité, une vérité qui dérange bien sûr.

    Les médecins n'ont pas une obligation de résultat mais une obligation de moyens, et le traitement du Professeur Raoult fait partie de ces moyens.

    Au lieu de poursuivre le Professeur Perronne, le Conseil de l'Ordre devrait poursuivre tous ceux qui ont refusé aux patients le traitement du Professeur Raoult, et qui ont laissé mourir tous ces malades, comme le beau-frère du Professeur Perronne.

    Dr Jean Wolga

  • Dider Raoult et Christian Perronne ont raison, l'hydroxychloroquine marche !

    Le 12 juillet 2020

    Réponse au Dr Orvain et à l'anonyme Dr ACR (pas le courage de dire son nom ?) : comment pouvez-vous comparer les travaux de Didier Raoult (entouré de plusieurs centaines de médecins et chercheurs) avec ceux de Benveniste et avec l'homéopathie et dire que l'HCQ ne marche pas sur le Covid ? Toutes les études disant que l'HCQ ne marche pas étaient soient frauduleuses (comme celle du Lancet dont nos autorités se sont emparées sans même la lire), soit faites avec des doses beaucoup trop fortes d'HCQ (2400 mg/jour pour Recovery comme si on avait voulu tuer des malades pour prouver que l'HCQ ne marche pas), soit chez des malades hospitalisés et à un stade trop avancé de la maladie, lorsque l'HCQ effectivement ne marche plus.

    Didier Raoult a fait tout de même la preuve que son traitement réduisait la charge virale beaucoup plus vite, d'où diminution du R0 (taux de contagiosité) avec un intérêt épidémiologique évident.

    Et regardez honnêtement les chiffres ! Ils sont têtus et ils sont constants, surtout quand on compare le nombre de décès par Covid-19 non pas par rapport à la population, mais par rapport au nombre de cas confirmés (testés positifs pour le SARS-CoV2) :
    - moyenne nationale pour toute la France : 14,5%
    - en Allemagne, pays d'Europe parmi les moins touchés, cité en exemple : 4,5%
    - parmi les malades dépistés et traités à l'IHU de Marseille par l'hydroxychloroquine (pendant au moins 4 jours), avec ou sans azithromycine : 0,53% seulement !

    L'efficacité du protocole de l'IHU de Marseille est confirmée également par d'autres publications extérieures à cet institut, comme l'indique le Professeur Didier Raoult dans sa dernière vidéo "Des mots et des chiffres" (sur le site de l'IHU Méditerranée Infection).

    Le "génie" de Didier Raoult a été de commencer à faire très tôt des tests PCR à grande échelle, et il a été le seul en France à le faire, en faisant appel aux laboratoires vétérinaires, ce qui était normalement interdit car la médecine humaine et la médecine vétérinaire sont totalement séparées en France.

    En plus le traitement par HCQ et Azithromycine ne coûte que 12 euros et 62 centimes !
    Alors que le prix du traitement par Remdesivir dépasse 2000 euros !

    Le laboratoire Gilead va se remplir les poches avec ce traitement qui a été curieusement validé, sans avoir fait véritablement ses preuves.
    Il ne fait que raccourcir la durée des symptômes mas ne diminue pas la mortalité, il entraine un risque d'insuffisance rénale, et il ne diminue pas le R0 (taux de propagation du virus).

    Dr Jean Wolga

  • Dépenses somptueuses !

    Le 13 juillet 2020

    Pour le Dr Jaubert,
    Sachez que “dépenses somptuaires” est un pléonasme !
    Votre confrère le Dr Albouy a parfaitement raison avec cette expression littéraire (quoi qu’un peu vieillie).

    Roger Peltre

  • Défense de la liberté thérapeutique ?

    Le 13 juillet 2020

    Une fois de plus le conseil de l'ordre est aux ordres de la puissance régnante.
    On aurait aimé qu'il soit plus vigilant quant à la défense de la liberté thérapeutique des médecins.

    AB

  • 4 propositions

    Le 13 juillet 2020

    1/ Eviter les références "historiques" quand on ne les maitrise pas.

    2/ Regarder le site https://covidinfos.net/ : On y retrouve la sphère des connus ou moins connus, de ceux qui auraient tant voulus l'être, un coucou aux époux Delépine au passage. La "grey zone" entre soignants & soignés peut être extrêmement ténue, ce qui peut plaire ou déplaire.

    3/ Essayer de lire : Zelmat M "Facing COVID-19 by the confinement : EBM, "MBM" or "SBM" ? proposé , non revu , au ... BMJ puis le proposer en lecture critique aux vieux ET aux jeunes médecins ou non : Trés trés accessible, une bibliographie inédite , un auteur "masqué".
    https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3600511

    4/ Beaucoup plus pédagogique : Sinha P, Matthay MA, Calfee CS. Is a "Cytokine Storm" Relevant to COVID-19? . JAMA Intern Med. 2020 Jun 30 ;10.1001.

    Autre portée , plus chronophage car dense , plus élitiste probablement , plus utile ? Vous verrez bien.

    Il semble qu'une analogie immuno-inflammatoire (!) entre Borrélioses & Syndromes inflammatoires multiviscéraux puisse être faite mais le petit jeu des analogies, si pratique , nous a copieusement planté depuis 6 mois.

    Premières données, romaines, minimalistes, sur le 3ième Round "Post Covid" (Déja!) :

    Carfì A, Bernabei R, Landi F; Gemelli Against COVID-19 Post-Acute Care Study Group. Persistent Symptoms in Patients After Acute COVID-19 . JAMA. 2020 Jul 9;10.1001

    Quitte à faire Hurler , la Liberté de prescription se mérite. La formation & l'esprit critique sont deux outils : Qu'on ne me parle pas d'expérience clinique dans le cas présent.

    Dr JP Bonnet

  • Remarques pour le Dr J Wolga : Ratisser large ou creuser profond ?

    Le 14 juillet 2020

    Faire le tri nécessite esprit critique & discernement, toute la nuance entre Informer & Convaincre : Ratisser large ou creuser profond ?
    Inutile de demander au Pape « ce qu’il pense du petit Jésus » , voir l’inverse

    L’intérêt épidémiologique des initiatives testantes de l’IUH est indéniable.
    Vos remarques sur «la charge virale» n’ont pas toujours été partagées, sa signification clinique reste à établir.

    Creusons profond, plus chronophage que YT mais en français la aussi :

    C Samer, F Curtis, KR Ing Lorenzini, P Vetter. Chloroquine, hydroxychloroquine et COVID-19 : Evaluation pharmacologique. Service de Pharmacologie et Toxicologie Cliniques – HU Genêve – V2.8 Mise à jour 2 JUILLET 2020

    Sur plan thérapeutique & méthodologique : il est probablement préférable de lire « à la source » plutôt que de regarder assidument YT. Je vous renvoi donc au dernier travail de IHU lui-même :

    JC Lagier , M Million , Ph Gautret et coll . Outcomes of 3,737 COVID-19 patients treated with hydroxychloroquine / azithromycin and other regimens in Marseille, France : A retrospective analysis . Travel Medicine and Infectious Disease 2020 June 25 , 101791 (In Press, Journal Pre-proof)

    La SELECTION des patients y est patente (Exclusion de plus de la moitié des patients PCR+ , Age moyen 45ans , 88%<65ans) : Pas du tout « affaiblis » ET DONC potentiels candidats à un bras «Placébo».
    Les sempiternels "Sauver des vies" , "Bouées de sauvetage & Parabole du noyé" peuvent impressionner MAIS ne résistent PAS à la lecture des travaux de l'IHU.

    Les propos d’autres chers confrêres du style « Proposer un placebo à un patient malade affaibli relève de l'abus de faiblesse » rappelle les LIMITES de la fameuse Liberté de Prescription quand elle était/est ou reste et restera aveugle.

    Utile de préciser que le coût n’est pas un argument vis-à-vis de l’efficacité ? Cf DXM.

    Les Interfaces copieuses Auteurs/ Editeurs ont été rapportées par le Jim, tout comme à l’étranger (Montréal, Genêve): Il serait débile d’affirmer qu’elles sont le monopole de l’IHU.

    Tout ceci s'apparente à du circuit fermé et de « l’entre soi » . Le VICE des points SIGAPS a été rappelé.

    Dans la mesure où vous citez le Pr Perronne, il me faut vous rappeler le devenir du travail Garchois RETROSPECTF, et non prospectif comme initialement annoncé , mono centrique lui aussi :

    PRE-PRINT 11 Mai : B Davido ,T Lansaman,S Bessis et coll on behalf of the COVID-19 RPC Team.Hydroxychloroquine plus azithromycin: a potential interest in reducing in-hospital morbidity due to COVID-19 pneumonia (HI-ZY-COVID)? medRxiv May 11, 2020
    «Conclusion: The present study suggests a potential interest of the combination therapy using HCQ/azithromycin for the treatment of COVID-19 in in-hospital patients»

    Méthodologie très incertaine , appel des auteurs eux même à la Randomisation et … RETRAIT 20 Mai : "The authors have withdrawn this manuscript and do not wish it to be cited. Because of controversy about hydroxychloroquine and the retrospective nature of their study, they intend to revise the manuscript after peer review"

    Votre remarque sur Recovery & les doses d’HCQ «comme si on avait voulu tuer des malades pour prouver que l'HCQ ne marche pas» rappelle les méfaits de l’outrance qui risque de discréditer l’ensemble de votre propos.
    Je vous indique que le Remdesivir est ABSENT de ce travail «agile» qui nous rappellera, si besoin était, les bienfaits potentiels de la rigueur & de la collaboration inter-hospitalière.

    L’implication du « Bigpharma » dans la promotion de la Déxaméthasone est très improbable.
    https://www.recoverytrial.net/files/recovery-protocol-v7-0-2020-06-18.pdf

    Vos remarques sur la « MORTALITE » mériteraient d’être documentées, puis crédibilisées en introduisant d’éventuels facteurs confondants.
    L’actualité nous rappelle notre incapacité nationale à évaluer ce paramêtre théoriquement simple.
    Je ne doute pas une seconde que vos 3 lignes de chiffres emporteront la conviction des plus crédules : La "zone grise" entre soignants & soignés peut être ténue.

    Dr JP Bonnet

  • Enfin !

    Le 19 juillet 2020

    Peut être une utilité du CO...pour le moment je ne vois que la lettre annuelle de relance pour la cotisation.

    Dr François Malaurie

  • Mécontentement

    Le 19 juillet 2020

    On ne devrait intervenir qu'une fois par sujet dans ce forum.
    Je dis cela surtout à l'intention du Dr Thibault Heimburger, qui dépose ses scories, ses miasmes et ses inepties quatre fois par jour, et qui ferait mieux de consacrer son temps et ses connaissances, à coup sûr considérables, au bien-être de ses patients.

    Dr Jean-Fred Warlin

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.