Le HDL explique en partie le risque vasculaire résiduel sous statines

Malgré les traitements par statines, les objectifs de réduction du LDL-cholestérol (LDL-C) ne sont pas atteints par de nombreux patients atteints de maladie coronarienne. Parallèlement des études récentes montrent que plus d’un tiers de ces patients ont aussi un HDL-C bas. C’est pourquoi des auteurs norvégiens, ont souhaité évaluer l’accroissement du risque d’événement cardiovasculaire majeur sous statine, lorsqu’à une élévation du taux de LDL-C s’associe un faible niveau de HDL-C.

Pour ce faire, Q Zhang et coll. ont analysé les données de la célèbre Scandinavian Simvastatin Survival Study (étude 4S), menée sur 5 ans, contre placebo. Ils y ont inclus les patients du bras simvastatine de 4S dont le LDL-C était supérieur ou égal à 1g/L après 1 an de traitement (n=1450). Pour ce groupe, ils ont comparé, sur 4 ans en moyenne, le risque d’événements cardiovasculaires majeurs (revascularisation incluse) chez les patients cumulant HDL-C bas (défini par une concentration, à 1 an, inférieure à 0,40 g/L chez l’homme et à 0,50 g/L chez la femme) et LDL-C élevé, à celui de ceux chez lesquels l’augmentation du LDL-C était isolée.

Forte prévalence de l’association HDL-C bas-LDL-C élevé…

Dans la population étudiée la prévalence du HDL-C bas était de 37 %.
L’analyse laisse apparaître que ces patients étaient plus jeunes, plus souvent diabétiques et avaient en moyenne un LDL-C légèrement (mais significativement) plus élevé que ceux qui avaient une élévation du LDL-C isolée.

… avec accroissement du risque d’événement cardiovasculaire

Dans l’ensemble, le taux d’incidence sur 4 ans des événements cardiovasculaires majeurs s’est avéré significativement accru en comparaison des patients ayant une élévation isolée du LDL-C (32 % vers 23 %).

Après ajustements sur nombre de facteurs de confusion (le sexe, les antécédents d’HTA, d’infarctus du myocarde et de diabète, le tabagisme, le LDL-C et les triglycérides à 1 an), ce travail a mis en évidence une relation significative entre l’association HDL-C bas-LDL-C élevé et la survenue d’événements cardiovasculaires majeurs, avec une augmentation du risque de 50 % (intervalle de confiance à 95 % [IC95] : 21 à 85 %).

Cette analyse post-hoc confirme le rôle majeur d’un taux de HDL-C bas dans la morbi-mortalité cardiovasculaire et ce tout particulièrement chez les sujets bénéficiant d’un traitement par statines.

Dr Julie Perrot

Références
Zhang Q et coll. High density lipoprotein cholesterol, low high density lipoprotein cholesterol and major cardiovascular events. European Society of Cardiology (ESC) Congress (Munich) : 30 août-3 septembre 2008.
Eur Heart J 2008 ; 29 Abstract Suppl, 345.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.