Le risque de cancer du sein augmente avec quelques kilos de plus

L’obésité est associée à de nombreuses maladies chroniques parmi lesquelles figure le cancer, tout particulièrement le cancer du sein survenant après la ménopause. A l’inverse, la perte de poids peut avoir des effets bénéfiques, tels une amélioration du profil lipidique et de la tolérance glucidique. Après la ménopause, quelques kilos en moins permettent de diminuer les taux des estrogènes circulants et, à ce titre, il serait possible d’en espérer une réduction du risque de cancer du sein, une hypothèse qui n’a jamais été confirmée par les études prospectives.

Une étude de cohorte prospective, en l’occurrence la Nurses’Health Study a inclus 87 143 femmes ménopausées, âgés de 30 à 55 ans, indemnes de toute affection cancéreuse à l’état basal. Le suivi a atteint 26 années (1976-2002), au cours duquel ont été prises en compte les variations pondérales depuis l’âge de 18 ans. Chez 49 514 participantes, les variations du poids survenues après la ménopause ont pu être renseignées. Au total, 4 393 cas de cancer du sein ont été diagnostiqués pendant la période d’observation.

Une prise de poids ≥ 25 kg depuis l’âge de 18 ans a été associée à un risque relatif (RR) de cancer du sein de 1,45 (p<0,001 versus absence de prise de poids), l’association étant plus marquée (RR, 1,98) en l’absence d’exposition à un traitement hormonal substitutif (THS).

Une prise de poids ≥ 10 kg depuis la ménopause, a été associée à un RR de cancer du sein de 1,18 (p=0,002 versus poids stable). Chez les femmes qui n’ont jamais pris de THS, ou qui ont perdu au moins 10 kg depuis leur ménopause et ont gardé un poids stable, le RR précédent a été estimé à 0,43 (p=0,01).

Globalement, 15 % des cancers du sein survenus dans cette population seraient imputables à une prise de poids d’au moins 2 kg après l’âge de 18 ans (versus 4,4 % quand une prise de poids identique est enregistrée après la ménopause). Chez les femmes non exposées au THS, les valeurs correspondantes du risque attribuable à cette variation pondérale sont respectivement de 24,2 % et 7,6 %.

Ces données prospectives suggèrent que la prise de poids à l’âge adulte, notamment après la ménopause, augmente le risque de cancer du sein, la perte de poids ayant l’effet inverse.

Dr John Sorri

Référence
Eliassen AH et coll. Adult weight change and risk of postmenopausal breast cancer. JAMA 2006; 296: 193-201.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.