Le staphylocoque aime la peau des lymphomes

A propos des lymphomes T épidermotropes constitués par le mycosis fongoïde et le syndrome de Sézary, une étude américaine a évalué le portage chronique du staphylocoque doré au niveau narinaire et cutané chez ces patients. L’éradication du staphylocoque, quand elle était observée, a été évaluée en terme d’amélioration clinique du lymphome.

Cent-six patients ont été recrutés, 63 % d’entre eux avaient une colonisation cutanée staphylococcique et 54 % avaient une colonisation nasale. Enfin, 31 % étaient porteurs de staphylocoques à la fois au niveau nasal et cutané. La colonisation était en général plus importante chez les patients érythrodermiques et moindre chez les patients avec des mycosis fongoïdes en plaques. L’éradication du staphylocoque a été obtenue par un traitement antibiotique oral et topique chez 80 % des patients porteurs de staphylocoques au niveau narinaire et chez 91 % de patients porteurs du staphylocoque au niveau cutané. On a observé une amélioration clinique chez 58 % des patients porteurs du germe.

Cette étude montre que le portage de staphylocoques est un phénomène fréquent au cours des lymphomes T épidermotropes et que l’éradication de ce germe permet d’améliorer de façon significative l’état clinique chez plus de la moitié des patients.

Dr Patrice Plantin

Référence
Talpur R et coll. : Prevalence and treatment of Staphylococcus aureus colonization in patients with mycosis fungoides and Sezary syndrome. Br J Dermatol 2008 ; 159 :105-12.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.