Le stress professionnel serait corrélé à la fréquence des AVC chez l’homme

Le stress professionnel (SP) dépend de facteurs multiples et intriqués dont l’individualisation s’avère difficile. Pour sa quantification il existe désormais des outils d’évaluation sous la forme de questionnaires spécifiques, tels le JD-C (job demand–control) utilisables dans toute enquête (ou étude) touchant à l’épidémiologie descriptive ou interventionnelle.

Les lacunes dans la connaissance du SP et de ses conséquences sont à l’origine d’une étude de cohorte prospective multicentrique réalisée au Japon, dans laquelle ont été inclus 6553 travailleurs des deux sexes. Le stress en question a été évalué au moyen d’une version japonaise du questionnaire JD-C. Ce dernier suggère implicitement que le SP résulte en partie d’une dissociation entre des contraintes professionnelles élevées (Job demand ou JD) et un contrôle faible des tâches imparties (Job control ou JC). D’un point de vue statistique, les données ont été analysées et traitées au moyen du modèle des risques proportionnels de Cox, l’objectif étant de rechercher une relation significative entre le SP et le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC).

Au cours d’un suivi moyen de 11 années, 147 AVC ont été identifiés au sein de cette cohorte. Une analyse multivariée a révélé que, chez les hommes soumis à un SP authentique du type JD élevé et JC bas, le risque d’AVC de tous types était multiplié par plus de deux (risque relatif, RR : 2,73), versus un SP plus faible caractérisé par la formule JD-bas et JC élevé. Cette relation a été établie après ajustement en fonction des facteurs de confusion potentiels suivants : âge, niveau socio-éducatif, profession, tabagisme, consommation d’alcool, activité physique et lieu de recrutement.

Des ajustements supplémentaires pratiqués en fonction des facteurs de risque biologiques ont atténué le résultat précédent sans lui enlever sa signification statistique, le RR correspondant étant alors de 2,53.

Chez les femmes aucune liaison significative n’a pu être établie entre SP et risque d’AVC, quelle que soit l’activité professionnel.

Cette étude longitudinale japonaise établit donc une association significative entre stress professionnel et risque d’AVC, mais uniquement chez les hommes.

Dr Philippe Tellier

Référence
Akizumi Tsutsumi et coll. Prospective study on occupational stress and risk of stroke. Arch Intern Med. 2009; 169:56-61.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.