Les maladies dermatologiques qui mènent les enfants aux urgences

Une étude rétrospective, monocentrique, conduite à l’hôpital Ambroise Paré, à Boulogne, en région parisienne, a évalué de façon exhaustive la fréquence et les caractéristiques des maladies dermatologiques ayant motivé une consultation aux urgences pédiatriques au cours de l’année 2006. Sur les 20 652 dossiers d’enfants vus aux urgences, 1 897 (9,2 %) étaient le fait d’une pathologie dermatologique, touchant des enfants significativement plus jeunes (4,1 ans versus 4,6 ans dans le groupe des maladies non dermatologiques), avec un  taux d’hospitalisation de 8,2 % (versus 13,7 % dans le groupe à affections non dermatologiques). Les maladies dermatologiques en cause étaient : infectieuses dans 46,52 % des cas, virales surtout (27,6 %) et bactériennes (14,4 %) ; inflammatoires et immunologiques (26,2 %), principalement urticaire (13 %) et angiœdème (2,9 %), dermatite atopique (3,5 %) et purpura rhumatoïde (2,1 %) ; des dermatoses liées à un agent externe (14,8 %), notamment brûlures (6,1 %) et piqûres d’insectes (7,4 %) ; des dermatoses focales non spécifiques (9,2 %), dont les vulvites, les balanites, les aphtes ; des pathologies transitoires du nourrisson (3,7 %), post-vaccinales, lésions tumorales, carentielles ; des lésions non spécifiques (3 %).

Dr Claudine Goldgewicht

Référence
Duhamel A et coll. : Prévalence des motifs dermatologiques aux urgences pédiatriques générales. Congrès des Sociétés françaises médico-chirurgicales pédiatriques (Nantes) : 4-7 juin 2008.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.