L’étau se resserre autour du laboratoire de Wuhan

Londres, le mardi 5 mai – Un journal britannique accuse le laboratoire P4 de Wuhan d’être à l’origine de la pandémie de coronavirus et d’avoir dissimulé des informations sur des failles de sécurité en son sein.

Trois semaines après avoir été mis en avant par un article du journal américain le Washington Post, la théorie selon laquelle la pandémie actuelle de coronavirus serait dû à un accident dans le laboratoire P4 (qui manipule les pathogènes les plus virulents) de Wuhan (le berceau de l’épidémie) gagne de plus en plus d’adeptes et d’ampleur. Ce dimanche, c’est le journal britannique Daily Mail qui révèle de nouvelles informations compromettantes sur le laboratoire chinois.

Manipulations sans matériel de protection

Selon les journalistes britanniques, les scientifiques chinois auraient tenté de supprimer de leur site internet des photos révélant des manquements à la sécurité au sein du laboratoire. Sur ces photos, dont l’authenticité n’est pas encore avérée, on peut voir des scientifiques capturer des chauves-souris dans des grottes de la région du Yunnan, dans le sud de la Chine, puis manipuler ces animaux, le tout en portant seulement des masques et des gants. On sait que le génome du virus SARS-Cov-2 qui affecte actuellement la planète est à 96 % identique à un coronavirus porté par ces chauves-souris du Yunnan.

Toujours selon le Daily Mail, le laboratoire P4 de Wuhan aurait également supprimé toute référence à une visite du laboratoire opéré par des diplomates américains en 2018, visite justement mise en lumière par l’article du Washington Post du 14 avril dernier. A la suite de cette visite, Rick Switzer, conseiller scientifique à l’ambassade américaine à Pékin, aurait averti sa hiérarchie que le laboratoire « manquait de personnel qualifié pouvant travailler en toute sécurité dans le laboratoire ».

Du pain béni pour Donald Trump

Bien qu’aucun lien formel n’ait pu être établi entre les expériences menées au sein du laboratoire et la pandémie de coronavirus, la théorie d’une origine accidentelle de l’épidémie est prise de plus en plus au sérieux. Pour le gouvernement britannique, cette hypothèse « n’est plus à écarter » et est considérée comme « une alternative crédible » à celle d’une origine naturelle.

Moins prudent, le gouvernement américain, bien content de pouvoir discréditer son rival chinois, semble désormais persuadé de la véracité de cette théorie. Ces derniers jours, le président Donald Trump et son chef de la diplomatie Mike Pompeo ont affirmé disposer de « nombreuses preuves » que le coronavirus provenait d’un laboratoire chinois, sans pour autant exposer ces preuves. Prudemment, l’OMS a pour l’instant estimé que ces accusations restaient « spéculatives » en attendant plus d’information.

Pékin nie toute implication

De son côté, le laboratoire de Wuhan nie toute implication dans la pandémie actuelle, tout en reconnaissant le danger potentiel que représente ces recherches sur des virus particulièrement dangereux. Contrôlés par le gouvernement, les médias chinois ont dénoncé les accusations portées par le gouvernement américain, qualifiés de « mensonges » et de « propagande guerrière » visant à cacher sa propre incurie dans la gestion de l’épidémie aux Etats-Unis.

Pékin s’en tient toujours à sa théorie, très contestée scientifiquement, selon laquelle l’épidémie tirerait son origine du marché aux animaux de Wuhan…qui ne vend pourtant pas de chauve-souris.

QH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (11)

  • Virus Wuhan

    Le 06 mai 2020

    Certitudes de Trump et Pompeo... bien sûr, comme celles de Bush au sujet des armes de destruction massive de Sadam Hussein ...!

    JM

  • D'où viennent les premiers patients covid+ de Wuhan?

    Le 06 mai 2020

    Dans le Nejm 2020 (march26 fig 1 p 1202) on peut noter que les premiers cas "confirmés de covid 19 début décembre ne provenaient pas du marché de Huanan. Bien qu'ils s'agissent seulement de cas confirmés on peut s'interroger sur la provenance de ces premiers cas. Aucune explication dans le texte de l'article sur l’origine de ces premiers cas.

    Dr Anne Cosnes

  • SARS-CoV-2, Wuhan, P2-P4

    Le 06 mai 2020

    Il semblerait que le laboratoire P4, très à distance du dit-marché de Wuhan, soit confondu avec un autre laboratoire P2, situé lui à moins de 200 mètres ?

    Dr JJ Arzalier

Voir toutes les réactions (11)

Réagir à cet article