L’examen du placenta est capital pour le diagnostic de toxoplasmose congénitale

Lorsqu’une séroconversion de toxoplasmose survient pendant la grossesse, le risque de transmission fœtale est de 30 %. Le taux de transmission et la sévérité de l’atteinte de l’enfant dépendent de l’âge de la grossesse ; 75 % des contaminés sont asymptomatiques à la naissance mais leur dépistage est capital afin de traiter pour prévenir les séquelles à long terme.

La sensibilité du diagnostic prénatal par PCR sur le liquide amniotique est de 80 % mais il ne peut être utilisé en fin de grossesse. Chez les nouveau-nés, la détection des anticorps IgM est peu sensible. Ces faits ont incité l’équipe du centre de référence de Rennes examiner les performances de la recherche du toxoplasme par inoculation à la souris et PCR quantitative sur 102 placentas. La séroconversion maternelle a été dépistée sur la cinétique des anticorps IgG et IgM sur 2 sérums successifs et la détermination de l’ « affinité » des IgG spécifiques quand le 1er sérum a montré en début de grossesse des IgG et IgM. Les amniocentèses ont été faites entre la 18ème et la 33ème semaine et les mères traitées par spiramycine ou pyriméthamine/sulfonamide si le diagnostic prénatal était positif. L’infection congénitale a été affirmée sur la persistance des IgG spécifiques après 9 mois et/ou un diagnostic prénatal positif et/ou, chez le nouveau-né, des IgM ou la synthèse d’anticorps de novo.

La toxoplasmose congénitale a été diagnostiquée 28 fois sur 102 : 8 % des cas au cours  du 1er trimestre, 31 % lors du 2ème et 73 % du 3ème. Un diagnostic prénatal a été fait  15 fois sur 19. Une grossesse a été interrompue en raison de malformation cérébrale ; sur 6 enfants symptomatiques, 3 ont eu des calcifications cérébrales, 2 des convulsions et 2 une rétinite. A la naissance, les IgM spécifiques étaient présents dans 57 % des cas. La positivité de l’examen du placenta par PCR et inoculation à la souris était le seul signe d’infection chez 3 nouveau-nés (11 %) asymptomatiques à la naissance. La sensibilité de la PCR sur le placenta a été de 71 % et celle de l’inoculation à la souris de 67 % et les spécificités de 97 % et 100 %. Les parasites ont été détectés plus souvent dans les infections du 3ème trimestre (p<0,01), quel que soit le traitement. La sensibilité de la détection des IgM a été de 43 % en cas de traitement maternel contre 75 % en son absence (p<0,01). Parmi les 7 enfants symptomatiques, l’examen placentaire a été positif dans 5 cas. Il n’a pas été constaté de corrélation entre la positivité du placenta et la présence de signes cliniques durant la première année. L’examen placentaire a une valeur prédictive positive de 91 % et négative de 90 %.

En conclusion, l’examen du placenta est un outil efficace pour le diagnostic précoce de la toxoplasmose congénitale.

Pr Jean-Jacques Baudon

Référence
Robert-Gangneux F et coll. : Clinical relevance of placenta examination for the diagnosis of congenital toxoplasmosis. Pediatr Infect Dis J 2010 ; 29 : 33-38

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.