Maladie coronaire stable : l’écho d’effort parle plus que l’angor

En théorie, les recommandations officielles actuelles n’invitent pas à la pratique systématique de tests d’effort chez les patients atteints d’une maladie coronaire stable, sauf si des douleurs d’allure angineuse surviennent ou se répètent au point de devenir préoccupantes. Cette stratégie diagnostique pourrait être mise en cause, comme le suggèrent les résultats d’une étude de cohorte (Heart and Soul Study) dans laquelle ont été inclus 937 patients suivis en ambulatoire, tous atteints d’une maladie coronaire stable. Un questionnaire a été soumis aux participants qui ont ainsi rapporté les éventuelles crises d’angor.

En outre, un  test d’effort, couplé à une échocardiographie a été pratiqué, afin d’induire une ischémie myocardique. Le modèle des risques proportionnels de Cox a été utilisé pour traiter les données prospectives, avec ajustement en fonction des facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels. L’objectif a été d’évaluer l’association indépendante, d’une part, de l’angor, d’autre part, de l’ischémie myocardique induite par l’effort, avec les évènements cardiovasculaires (infarctus du myocarde, IDM ou décès d’origine cardiaque), ceci au terme d’un suivi d’une durée moyenne de 3,9 années. 

Au sein de la cohorte, trois sous-groupes ont été constitués en fonction des données cliniques et/ou électrocardiographiques : 1) angor isolé (n=129, 14 %) ; 2) ischémie induite isolée (n=188, 20 %) ; 3) angor + ischémie induite (n=40 ; 4%). Des évènements cardiovasculaires sont survenus chez 7 % des patients qui n’avaient ni angor, ni ischémie, versus dans les groupes 1, 2 et, 3, respectivement 10 %, 21 % et 23 % (p<0,001).

L’existence d’un angor isolé n’a pas été significativement associée à des évènements cardiovasculaires récidivants, le risque relatif ajusté (RRA) n’étant en effet que de 1,40 (p=0,31). En revanche, l’ischémie induite, à elle seule, sans angor isolé s’est avérée hautement prédictive de ces évènements, avec un RRA de 2,2 (p=0,05).

Au total, 24 % des patients atteints d’une maladie coronaire stable présentaient une ischémie myocardique induite par l’effort, alors que chez 80 % d’entre eux n’avaient aucun angor d’effort. Cette ischémie semble multiplier par plus de 2 le risque d’évènements cardiovasculaires répétitifs.

Dr Philippe Tellier

Référence
Gehi AK et coll. Inducible Ischemia and the Risk of Recurrent Cardiovascular Events in Outpatients With Stable Coronary Heart Disease. The Heart and Soul Study. Arch Intern Med. 2008;168:1423-1428.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • CQFD

    Le 20 août 2008

    Celà fat 4 ans que je pratique ainsi.
    La légitimité arrive ensuite...

    Dr Roger Turbide, Cardiologue

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.