Mise en place d’un Observatoire de la souffrance au travail des infirmières

Paris, le mardi 14 mai 2019 - Convergence infirmière, le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) et les deux syndicats d’infirmières scolaires ont lancé un observatoire destiné à mieux évaluer l’ampleur de la souffrance au travail des infirmières. Les personnes concernées peuvent en ligne (à l’adresse https://souffrance-infirmiere.fr) renseigner un questionnaire. L’objectif de cette plateforme est, à l’aide notamment d’outils statistiques, de « repérer les causes les plus fréquentes », de proposer des solutions (au cas par cas et de manière globale) et d’évaluer l’efficacité des mesures déjà prises. Les personnes participant au travail de cet observatoire qui paraîtront également nécessiter une aide psychologique (en plus d’un soutien syndical) seront orientées vers une autre structure. 

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Emplâtre sur une jambe de bois

    Le 16 mai 2019

    La plateforme ne fonctionne pas.
    Plutôt que de mettre un observatoire de la souffrance avérée des soignants et dont les causes structurelles organisationnelles et structurelles sont connues, améliorer les conditions de travail par l’embauche la revalorisation des salaires et une vraie reconnaissance.

    Ceci ne sera qu’un emplâtre sur une jambe de bois, et quand la branche est pourrie l’emplatre ne sert à rien.
    Quand un infirmier est en souffrance du fait de mauvaise conditions de travail on l’envoie chez le psy, cherchez l’erreur!

    Anna Cannavacciuolo (IDE)

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.