Non, le port du masque n’entraîne pas d’hypoxie !

Il est prouvé que les masques faciaux empêchent la propagation de la Covid-19. Toutefois, alimentée par des affirmations diffusées principalement sur les réseaux sociaux, une polémique est née : elle est construite sur l’affirmation selon laquelle les masques peuvent créer une hypoxie et seraient donc dangereux.

Pour vérifier si le port d’un masque non médical est réellement associé à une modification de la saturation en oxygène, une équipe canadienne a mené un essai croisé.

Au total 25 participants, âgés de 65 ans ou plus, ont mesuré leur saturation en oxygène (SpO2) avant, pendant et après le port d’un masque. Étaient exclus les patients atteints de comorbidités cardiaques ou respiratoires s’accompagnant d’une dyspnée de repos. Les participants recevaient tous le même modèle de masque plat, jetable, à 3 couches, avec élastiques derrière les oreilles. Ils portaient le masque au repos et au cours de leurs activités quotidiennes. Une diminution de la SpO2 de 3 % ou plus est considérée comme cliniquement significative, mais pour cette étude, menée chez des personnes âgées, les auteurs ont fixé le seuil de significativité à 2 %.

Ces résultats convaincront-ils les plus réticents de l’innocuité du port du masque ? Espérons-le car les données montrent que ce dernier ne s’accompagne pas de baisse de la SpO2. La SpO2 moyenne « poolée » est en effet de 96,1 % avant, 96,5 % pendant et 96,3 % après le port du masque. Chez aucun des participants, le port du masque ne s’accompagne d’une saturation inférieure à 92 %. Les différences moyennes entre avant et pendant le port du masque sont de 0,46 %, et de 0,21 % entre pendant et après, excluant à chaque fois la probabilité d’une réduction de 2 % ou plus.

Dr Roseline Péluchon

Références
Chan NC et coll. : Peripheral Oxygen Saturation in Older Persons Wearing Nonmedical Face Masks in Community Settings. JAMA, 2020 ; Publication avancée en ligne le 30 octobre. doi:10.1001/jama.2020.21905

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (7)

  • Assurément pas un scoop !

    Le 04 novembre 2020

    Depuis plus d'un siècle, des millions de soignants dans les bocs opératoires, et des millions d'autres travailleurs dans diverses conditions, portent un masque quotidiennement sans s'en plaindre !
    Ce n'est pas une petite vérification de l'oxymétrie qui fera changer d'avis les opposants au masque, pas plus qu'aucune évidence ne peut convaincre les antivaccins.

    Dr Pierre Rimbaud

  • Etude biaisée !

    Le 04 novembre 2020

    On ne doit pas avoir les mêmes appareils de détection et mesures ! La composition en O2 de l'air est de 20,9%. Sous le masque, on descend à 17%. Soit une chute de 18% ! cad que dans les enceintes de travail l'alarme est déclenchée depuis longtemps...
    On fait dire ce qu'on veut aux chiffres quand les bases sont mal posées...

    Serge Rader (pharmacien)

  • La question des enfants

    Le 05 novembre 2020

    S'il n'y avait aucune conséquence, on verrait tous les sportifs de haut niveau porter un masque en compétition...
    Plus sérieusement, c'est chez les enfants qu'il y a un risque d'hypoxie car le volume d'air réinspiré est proportionnellement plus important. C'est cette étude qu'il aurait été intéressant de faire !

    Dr Franck Boutault

Voir toutes les réactions (7)

Réagir à cet article