Omicron : regarde la vague arriver

Paris, le jeudi 16 décembre 2021 - La propagation du variant Omicron continue de provoquer restrictions et inquiétudes.  

Le variant majoritaire en France en janvier ?

Hier, la Grèce et l’Italie se sont ajoutées à la liste des pays qui restreignent l’entrée sur leur territoire. Ces deux pays obligent désormais tous les voyageurs à présenter un test de moins de 48 heures, et l’Italie y ajoute une quarantaine pour les non-vaccinés quel que soit le résultat du test. Le Maroc, lui, a tout bonnement fermé ses frontières après l’identification du premier cas d’Omicron sur son territoire. De son côté la France a annoncé ce matin que la validité des tests pour se rendre en France depuis le Royaume-Uni va être réduite de 48 heures à 24 heures, quel que soit le statut vaccinal.
Face à cette situation explosive, la propagation du variant Omicron sera au cœur des discussions du sommet des dirigeants des 27 qui se tient aujourd’hui à Bruxelles.

C’est la situation du Royaume-Uni qui suscite le plus la circonspection. Ainsi, le pays connaît une nouvelle flambée de cas de Covid, puisque les autorités sanitaires du pays ont fait état de 78 610 cas positifs hier, dont 40 % seraient dus au variant Omicron. Les responsables sanitaires britanniques n’ont pas de mots assez forts pour décrire leur inquiétude. « Ce variant est la menace la plus grande à laquelle nous faisons face depuis le début de la pandémie », a par exemple déclaré hier Jenny Harries, directrice générale de l’Agence britannique de sécurité sanitaire. Et nul doute, qu’à l’instar des précédentes vagues, la situation britannique préfigure de quelques jours ce qui se passera en Europe continentale.

Ainsi, en France, si seuls 170 cas de Covid-19 causés par ce variant sont formellement confirmés, compte tenu de sa vitesse de diffusion, les experts estiment qu’il risque de devenir dominant début janvier.

Les vaccins actuels suffiront-ils ?

La lutte contre Omicron, passera, en outre, probablement par le développement d’un nouveau vaccin.

Ainsi, hier, les résultats d’une étude préliminaire menée par l’organisme d’Assurance maladie sud-africain, Discovery Health, ont été communiqués. Les travaux ont consisté à comparer le groupe de 123 000 Covid + infectés par le variant Delta à 78 000 Covid + Omicron. Ils ont mis en évidence que la vaccination avec deux doses de vaccin Pfizer/BioNTech n’offre qu’une protection de 33% contre l’infection par le variant Omicron. En revanche, il protègerait à 70% contre les hospitalisations.

Dans ce contexte, l’ECDC (European Center for diseases control) a estimé que : « Dans la situation actuelle, la vaccination seule ne nous permettra pas d'empêcher l'impact du variant Omicron »,  un appel sibyllin à de nouvelles restrictions voire à de nouveaux confinements.

C’est sous ces auspices, qu’un nouveau conseil de défense sera organisé, demain après-midi…

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Quel taux d'éfficacité ?

    Le 17 décembre 2021

    Vous dites "avec deux doses de vaccin Pfizer/BioNTech n’offre qu’une protection de 33% contre l’infection par le variant Omicron. En revanche, il protègerait à 70% contre les hospitalisations."
    Comment est ce possible?
    Cela veut il dire qu'on est protégé à 33% et parmi ces 33% à 70% contre les hospitalisations? ce qui fait un peu plus de 20% au final ? C'est TRÈS peu.
    peut on encore dire "tous vaccinés, tous protégés"? En tant que professionnel de santé j'ai un sérieux doute et je ne suis pas anti vaccin.
    le laisser croire à nos concitoyens est ce professionnel?

    Anne Levry (Pharmacien)

  • oh la la !

    Le 17 décembre 2021

    Ils faut se vacciner, sinon, pan pan ! Mais si vous êtes vaccinés, même avec test négatif, quarantaine ou on ne passe pas! Alors pourquoi obliger à une 3 éme dose déjà peu efficace sur le delta variant et qui serait inefficace sur Omicron? Pourquoi tester avec des tests qui ne sont pas adaptés à notre ami Omicron? Les gestes barrières, la prudence, ce sont peu de choses qui relèvent du bon sens dont l'efficacité est discutable, mais si la vie consiste à arriver vivant à Noel et le rester avant le grand laisser aller qui suivra au nouvel an...et je radote: les traitements, ou en est-on? et Valvena, Novacyt ?

    Nos autorités tiennent-elles vraiment à régler le problème? Il n'y a que Pfizer, "saint" Pfizer, 1, 2, 3, 4 doses, et les brimades à la clé pour les récalcitrants! Je comprends les confrères réanimateurs, soignants, même les non vaccinés, surtout eux, qui passeront probablement Noël seuls! Je serai avec eux par la pensée!

    Dr Jean-Paul Vasse

Réagir à cet article