Opioïdes, hypnotiques, anxiolitiques : des addictions en hausse avec la pandémie

Paris, le jeudi 25 février - Avec la pandémie, les centres d’addictovigilance notent une hausse de la consommation de certaines substances.

Les centres relèvent en particulier une augmentation des « demandes suspectes auprès de médecins généralistes de prescriptions chez des sujets jeunes » de pregabaline, une « consommation à la hausse du fait de l’inactivité » du protoxyde d’azote et des « signalements plus nombreux » d’usage de cocaïne.

Ils notent également une importante augmentation du nombre « d’ordonnances suspectes » pour de la codéine antitussive.

Signaux inquiétants concernant la méthadone

En partie responsable : l’assouplissement des Conditions de Prescription et de Dispensation (CPD) de divers médicaments* décidé en marge du premier confinement. 

Cette règle, nécessaire afin de faciliter la continuité des soins a entraîné des fraudes (difficiles à quantifier…) et une augmentation des mésusages.

Ainsi, pour la méthadone, que prennent 65 000 personnes en France en substitution à l’héroïne « par peur de manquer, des patients ont fait des stocks et augmenté leurs doses. D’autres en ont donné à des proches qui n’avaient jamais pris ce médicament, sans se rendre compte des dangers » rapporte Joëlle Micallef (Pharmacologie, La Timone, Marseille) dans Le Monde.

« Avant la Covid, tous les clignotants étaient déjà au rouge sur le mésusage de la méthadone, avec un nombre croissant de décès par surdosage (163 en 2018), qui est désormais supérieur au nombre de morts par héroïne. La crise a encore aggravé la situation », s’inquiète encore la pharmacologue.

Ainsi, sur 126 overdoses, dont 30 mortelles, notifiées entre avril et juillet 2020, la méthadone a ainsi été le plus souvent en cause, devant l’abus d’antalgiques opioïdes, de cocaïne ou d’héroïne.

* Méthadone, buprénorphine haut-dosage, fentanyl, méthylphénidate, zolpidem, clonazépam et autres thérapeutiques anxiolytiques et/ou hypnotiques.

X.B.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article