Origine de la Covid : l’enquête de l’OMS ne convainc pas grand monde

Wuhan, le vendredi 5 mars 2021 – Les conclusions de l’enquête de l’OMS sur les origines de l’épidémie de Covid-19 en Chine sont attaquées de toute part, si bien que certains demandent une nouvelle enquête indépendante.

En décembre 2019, les premiers cas d’une pneumonie atypique que l’on n’appelait pas encore la Covid-19 étaient détectés à Wuhan en Chine. Plus d’un an après, les origines de cette épidémie qui a bouleversé le monde et provoqué la mort de 2,5 millions de personnes sont encore inconnues. Une enquête a certes été menée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à Wuhan ce mois de janvier. Mais les experts ont finalement renoncé à rendre un rapport provisoire et leur rapport définitif se fait attendre.

Des conclusions d’enquête favorables à la Chine

Reste donc les premières conclusions de l’enquête, révélées par les scientifiques de l’OMS au cours d’une conférence de presse à Wuhan le 9 février dernier. Des conclusions étonnamment favorables à la Chine. L’enquête écarte en effet la théorie, soulevée par le Washington Point en avril dernier, selon laquelle le SARS-Cov-2 se serait « échappé » du laboratoire P4 de Wuhan. Reste donc deux origines possibles pour l’épidémie. La plus probable est celle d’une transmission de la chauve-souris à l’Homme via un animal intermédiaire indéterminé. Mais à la grande satisfaction de Pékin, l’OMS juge possible que le virus soit parvenu en Chine par l’intermédiaire de viande congelé importé.

Dans leur conférence de presse, les experts de l’OMS n’ont pas tranché entre ces deux hypothèses et appellent à poursuivre les investigations. Mais à Pékin, c’est suffisant pour crier victoire. Cela fait plusieurs mois désormais que le gouvernement chinois défend cette théorie de l’importation du virus par de la viande congelée, qui dédouanerait la Chine de toute responsabilité dans la naissance de l’épidémie. A la suite de cette conférence de presse, les médias chinois gouvernementaux ont ainsi accusé pêlemêle l’Espagne, l’Italie et les Etats-Unis d’être à l’origine de l’épidémie.

Pékin mis à part, ces premières conclusions ont été accueillis avec un grand scepticisme dans le reste du monde. Dans un article publié le 26 février dernier, le journal britannique Nature rappelle que cette théorie de l’importation du virus par la viande congelée est rejetée par la majorité de la communauté scientifique. Ned Price, porte-parole du département d’État américain a évoqué des « conclusions qui pourraient être motivées par d’autres considérations que la science ». Le directeur général de l’OMS lui-même a tenu à rappeler que, malgré les déclarations des enquêteurs, l’hypothèse de l’accident de laboratoire « restait sur la table ».

Une enquête trop rapide et sous contrôle chinois

Avant même la publication d’un rapport définitif, les conclusions des enquêteurs de l’OMS sont donc décriées. Tant et si bien que dans une tribune publiée ce jeudi dans le Wall Street Journal et Le Monde, des scientifiques du monde entier demandent la mise en œuvre d’une nouvelle enquête plus approfondie et véritablement indépendante.

Les auteurs de la tribune dénoncent les nombreuses failles de l’investigation de l’OMS. Manque de temps, la Chine n’ayant laissé qu’un mois aux experts pour mener l’enquête. Manque d’indépendance, alors que « la moitié de l’équipe conjointe est composée de citoyens chinois ». Manque de liberté enfin, toutes les investigations devant passer par le filtre des autorités chinoises. « Les membres de l’équipe conjointe, de leur propre aveu, se sont souvent appuyés sur la parole de leur homologue chinois » écrivent les signataires de la tribune.

Les scientifiques souhaitent donc que la communauté internationale pousse pour le lancement d’une nouvelle enquête, rappelant qu’« élucider les origines du coronavirus SARS-Cov-2 est crucial pour mieux faire face à l’épidémie actuelle et réduire les risques de futures pandémies ». Mais en l’état actuel des choses, il est fort peu probable que la Chine accepte de se soumettre à de nouvelles investigations.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Si ce n’est toi c’est donc ton frère

    Le 04 mai 2021

    La participation du gouvernement chinois est remarquable de transparence et de bonne volonté pourvu que l’on dise ce qu’il dicte. Je suis étonné qu’aucun média ne précise la nature de ces fameuses viandes congelées, ni le pays d’origine. Reporter la responsabilité sur un autre est un bon moyen de se dédouaner.

    Dr Hervé Favoriti

Réagir à cet article