Pain au pavot : peut-être pas si inoffensif !

Paris, le lundi 4 mars 2019 - La DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) informe avoir été alertée par le Centre Antipoison de Paris de cas de personnes présentant, dans leurs urines, des taux élevés de deux alcaloïdes, la codéine et la morphine, après avoir consommé des pains agrémentés de graines de pavot. 

Les graines de pavot utilisées dans ces pains ont été analysées et présentaient effectivement des teneurs élevées en morphine et en codéine.

Dans ce contexte, la DGCCRF recommande « vivement » d’éviter la consommation de produits de boulangerie contenant des quantités significatives de graines de pavot, « en particulier avant d’exercer une activité nécessitant une attention particulière (conduite par exemple) ou pour les populations les plus à risque (femmes enceintes ou allaitantes, enfants, personnes ayant un risque de rétention urinaire et personnes à risque respiratoire) ».

En effet, l’exposition aux teneurs en morphine et en codéine retrouvées dans les pains incriminés est susceptible de « conduire rapidement et pendant plusieurs heures à des symptômes de type somnolence, confusion, fatigue, rougeur du visage, démangeaisons, bouche sèche, nausées, vomissements, constipation, rétention d’urine » rapporte la DGCCRF.

4 mg de morphine dans un sandwich

Après avoir fait sourire, cette annonce a de quoi étonner et inquiéter, En principe, en effet, les graines de pavot utilisées pour aromatiser les pains sont inoffensives puisqu'elles ne contiennent pas, normalement, de morphine ou de codéine. Néanmoins des erreurs de manipulation au moment de la récolte de ces graines pourraient être à l’origine de contaminations. Ainsi, « quand vous faites la cueillette des graines de pavot, vous souillez les graines par la "sève" de la plante, sève qui est de l'opium », explique Jean-Claude Alvarez, chef de service du laboratoire pharmocologie-toxicologie du centre hospitalier Raymond Poincaré de Garches, au micro d'Europe 1.

« Quand vous mangez un sandwich, vous vous administrez 4 milligrammes de morphine (…) J'ai fait le test avec cinq de mes collaborateurs qui ont mangé une baguette entière et deux ont fait un mini-malaise » précise-t-il par ailleurs.   

Des investigations sont actuellement en cours pour identifier l’origine de cette contamination et déterminer quels produits sont concernés.

Espérons que cette nouvelle ne donne pas des idées à certains…

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Connu des laboratoires

    Le 04 mars 2019

    Ce qui est décrit dans cet article est connu des laboratoires qui font les dépistages de toxicomanie dans les urines. La consommation de pains au pavot positive les urines. Nous avons mis en place dans notre laboratoire un questionnaire ciblant cette consommation lors de nos dépistages de stupéfiants. De la même manière, les tisanes à base de maté de coca qui peuvent être rapportées de façon tout à fait légal du Pérou notamment, positivent les urines en cas de recherche de cocaïne (benzylecgonine).

    C. Guichet (Biologiste)

Réagir à cet article