Pour protéger nos ressources menacées, le GIEC invite à une évolution de l’alimentation

Paris, le jeudi 8 août 2019 – Le Groupe d’experts intergouvernemetnal sur l’évolution du climat (GIEC) a rendu public hier un rapport dédié aux « changements climatiques, la désertification, la dégradation des terres, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres ». A l’instar des travaux précédents de l’instance, le rapport propose non seulement un dossier scientifique très largement étayé (1 200 pages) et un « résumé à l’intention des décideurs ». Ici, notamment, le GIEC formule différentes préconisations.

Faire attention à l’eau, au gaspillage et manger moins de viande

Le constat principal du rapport est une forte augmentation depuis les années soixante de l’exploitation des terres et des eaux douce, à la faveur de la « croissance de la population mondiale et la consommation par habitant de denrées, d’aliments pour animaux, de fibres, de bois et d’énergie ». Ainsi, depuis 1961, 5,3 millions de km carrés de terres naturelles ont été transformées en terres agricoles. Or, la préservation de ressources, rendue aujourd’hui plus difficile (et plus nécessaire) en raison des conséquences du réchauffement climatique, est une priorité pour pouvoir continuer à assurer l’alimentation de la population mondiale. Dès lors le GIEC étudie différents scénarios en vue d’une « gestion durable des terres ». Ils supposent de limiter la déforestation, d’améliorer la productivité, de diversifier les cultures ou encore d’optimiser l’usage de l’eau. Cette protection doit également passer par une évolution de notre alimentation. Le GIEC invite notamment à un effort accru vis-à-vis de la lutte contre le gaspillage (qui représente entre 25 et 30 % de la production des denrées) et à une diminution de l’apport en protéines alimentaires au profit des céréales, des fruits et des légumes.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article