Pour un programme de prévention face au cyberharcèlement parmi les étudiants

Si le harcèlement classique remonte sans doute aux origines de l’humanité, l’avènement d’Internet et des smartphones lui a donné un nouveau visage, en facilitant la « cyber-attaque » d’une victime, notamment sous couvert d’un anonymat présumé sur les réseaux sociaux. Ce cyber-harcèlement est déjà bien documenté chez les adolescents, gros « consommateurs » de ces réseaux sociaux, mais une étude (réalisée au Canada et portant sur 4 626 étudiants inscrits dans des universités en France) montre que cette problématique ne se résume pas à l’adolescence : elle concerne également les jeunes étudiants (âgés ici de 15 à 23 ans, avec un âge moyen de 20 ans ± 1,3 an).

Selon cette étude, la fréquence du cyber-harcèlement chez ces jeunes adultes est importante, puisqu’elle concerne environ 20,1 % des étudiants et 18,7 % des étudiantes. Constatant que le cyber-harcèlement constitue un « problème majeur » en milieu universitaire, les auteurs estiment que les programmes de prévention ne devraient pas cibler seulement les adolescents. Il faudrait aussi « mettre en garde les étudiants et les autorités universitaires » sur cet effet pervers d’Internet et des réseaux sociaux : conçus pour faciliter les contacts humains, ces outils sont parfois dévoyés à des fins néfastes.

Relation entre cyber intimidation et suicidalité

Ce « harcèlement 2.0 » peut consister notamment en messages agressifs (15,7% des cas) ou en propagation de rumeurs sur le sujet ciblé (9,7 % des étudiants et 7,5% des étudiantes). Mais le plus préoccupant est bien sûr son incidence péjorative sur le risque de suicide : « les cyber-victimes des deux sexes rapportent avoir plus d’idées suicidaires et commettre plus de tentatives de suicide » que la population générale. Et la modélisation de ce phénomène montre un « effet de médiation complet de la détresse psychologique (associée à la cyber-victimisation) sur la relation entre la cyber-intimidation et la suicidalité. »

Une meilleure prise en compte de ce phénomène de société devrait donc permettre de renforcer la prévention des idées et des comportements suicidaires parmi les étudiants d’âge universitaire. Les auteurs proposent aussi d’étudier la personnalité des cyber-agresseurs et celle des cyber-victimes, pour « intégrer cet aspect de la question aux programmes de prévention » du cyber-harcèlement.

Dr Alain Cohen

Référence
Cénat JM et coll.: Cyber victimization and suicidality among French undergraduate Students: A mediation model. Journal of Affective Disorders; 2019 ; 249 : 90–95.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article